Accueil >>  Et en Afrique, on dit quoi ? >>  Côte d’Ivoire >>  VIH

VIH

 Le Sida a tué 23000 personnes en 2011 en Côte d`Ivoire
Abidjan.net - 4 Décembre 2012 - Quelque 23.000 personnes sont décédées en 2011 à cause du Sida en Côte d’Ivoire, où le taux de prévalence reste encore élevé avoisinant les 3,4 pc, ce qui en fait l’un des pays les plus touchés dans la sous-région par la pandémie, a indiqué la ministre ivoirienne de la Santé et de la lutte contre le Sida, Raymonde Goudou Coffie. Dans une allocution à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le Sida, la ministre ivoirienne a présenté la nouvelle (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : 98% des filles ont leur premier rapport sexuel sans préservatifs
Connection Ivoirienne - 9 avril 2012 - Seriba Koné Au cours du lancement officiel de ses activités, samedi 7 avril 2012 à Yopougon, le président de l’Ong Association ivoirienne pour la santé de la mère et de l’enfant (Aisme), Dr. Tahou Thierry a fait des révélations sur le taux de prévalence du Vih/Sida 1 et 2 en Côte d’Ivoire. Dans son exposé, le conférencier dont l’Ong vise à protéger et améliorer l’état de santé de la mère et de l’enfant en favorisant leurs accès aux soins essentiels, notamment la (...)
... la suite
 "Pour tous les séropositifs ivoiriens, les séquelles seront là"

Tribune publiée dans Le Monde sous le titre : "L’attention aux malades du sida, baromètre de l’humanité"

LeMonde.fr | 05.04.11 | par Xavier Anglaret, Françoise Barré Sinoussi, Renaud Becquet, Christine Danel, Eric Fleutelot Le sida, au début "maladie des homosexuels et des drogués", puis des "pays pauvres qui n’auraient jamais les moyens d’y faire face", est devenu un des symboles du combat universel pour l’accès aux soins. Parce que son équation initiale paraissait insoluble – comment traiter à vie des dizaines de million de personnes, avec des médicaments chers, dans des pays à ressources limitées – (...)
... la suite
 Le point sur le programme d’élargissement du traitement antirétroviral chez les enfants contaminés par le VIH en Côte d’Ivoire

Bulletin de l’Organisation mondiale de la santé (juillet 2010)

Inist.fr - Juillet 2010 - Dans son bulletin de juillet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait le bilan d’un programme d’extension du traitement antirétroviral aux enfants exposés au VIH en Côte d’Ivoire, notamment en terme de mortalité et de nombre de perdus de vue. Ce programme s’est révélé efficace mais il apparaît que le traitement est souvent administré trop tard. La mortalité précoce et les pertes pour le programme avant et juste après la mise en route du traitement ont constitué des problèmes (...)
... la suite
 Côte d’ivoire : des jeunes « plus exposés au VIH… que n’importe qui d’autre »
Abidjan, 12 avril 2010 (PlusNews) - Un local délabré, jonché d’effets personnels et d’ordures au cœur de la grouillante gare routière d’Adjamé, un quartier populaire d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne. De très jeunes filles y sont assises ou étendues sur le sol, certaines avec des enfants. Très nerveuses. Car à quelques mètres à peine, leurs ‘vieux pères’ – surnom donné indifféremment à des protecteurs ou souteneurs - machette ou couteau à la main, surveillent de très près leur « business ». Elles (...)
... la suite
 Guinée : Les réfugiés ivoiriens veulent retrouver leur centre de formation
Kouakan, 20 août 2009 (Irin) - Les Ivoiriens du camp de réfugiés ’Kouankan 2’, dans le sud-est de la Guinée, font ce qu’ils peuvent pour entretenir le centre de formation professionnelle du camp dont la survie, selon les réfugiés et les travailleurs humanitaires, est cruciale tant pour le présent que pour l’avenir de la communauté. Le 4 août, une distribution de vivres avait lieu au camp, situé dans la région de N’zérékoré, et le centre de formation était vide, à l’exception de deux hommes qui faisaient (...)
... la suite
 De la gratuité des ARV, mais par pour tous
Abidjan, 29 août, Fulgence Zamblé (IPS) Si les organisations non gouvernementales (ONG) de lutte contre le VIH/SIDA ont salué dans l’ensemble la décision de la gratuité des anti-rétroviraux (ARV) prise par le gouvernement ivoirien, certaines parmi elles se montrent sceptiques face aux contours de cette mesure de l’Etat. Un arrêté du ministère ivoirien de la Santé et de l’Hygiène publique, rendu public la semaine dernière, a décidé de rendre gratuits les soins liés au VIH/SIDA dans les centres de santé (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : les ARV gratuits pour les malades du Sida

L’effet magique de l’approche des élections ?

26 août 2008, par Jocelyne Ballot pour afrik.com Depuis lundi, les anti-rétroviraux (ARV) sont gratuits pour tous les malades du Sida vivant en Côte d’Ivoire. La décision est venue du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique à la suite d’un séminaire dans le cadre de la lutte contre le VIH/SIDA. Le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique a pris un arrêté rendant totalement gratuits les médicaments destinés à la prise en charge des personnes vivant avec le virus du SIDA, sur le territoire (...)
... la suite
 90% des Ivoiriens ne sont pas dépistés, selon l’ambassadeur des Etats-Unis
APA-Abidjan (Côte d’Ivoire), 29-07-2008 L’ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Mme Wanda L. Nesbitt, a révélé que 90% des Ivoiriens n’ont pas encore effectué leur test de dépistage du VIH/SIDA. La diplomate s’exprimait au cours de l’inauguration d’une exposition de photos d’Ivoiriens malades du SIDA, organisée par le Programme d’urgnce américain de lutte contre le SIDA (PEPFAR) et l’Ambassade des Etats-Unis. Ces photos, a-t-elle expliqué, « racontent une histoire qui mérite d’être racontée et qui (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : Les victimes de guerre n’ont pas fini de payer
Bouaké, 15 mai 2008 (PLUSNEWS) Qu’elles aient été forcées à fuir en 2002 ou contraintes à rester, les populations de Bouaké, dans le centre de la Côte d’Ivoire, continuent de subir les conséquences de la crise politique qui a coupé le pays en deux, a fortiori lorsque la violence sexuelle et le VIH sont venus noircir le tableau. L’insurrection lancée en septembre 2002 par la rébellion des Forces nouvelles, basée à Bouaké, contre le gouvernement du président Laurent Gbagbo, a fait fuir des milliers de (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : le redéploiement des services tarde à se concrétiser
Bouake, 29 avril 2008 - La crise politique qui a coupé la Côte d’Ivoire en deux, après le lancement d’une insurrection armée en 2002, a laissé des traces à Bouaké, fief de la rébellion, dans le centre du pays. En dépit d’un accord politique signé en 2007, la reprise de certains services, comme les services VIH/SIDA, se fait toujours attendre. Outre de nombreux bâtiments publics délabrés, vidés de leurs équipements et aujourd’hui envahis par les herbes, la rareté des véhicules circulant sur des routes en (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : Sida - le secteur informel très touché
Fraternité Matin (Abidjan) - 9 Avril 2008 Publié sur le web le 10 Avril 2008 David Ya, Abidjan Dans le secteur informel, qui emploie la majorité des travailleurs de la plupart des pays africains, notamment dans l’agriculture, on ne dispose que de maigres données sur l’impact du VIH/SIDA en raison de l’insuffisance des recherches. Cependant, il ressort des études menées au Kenya et en Côte d’Ivoire que la morbidité et la mortalité dues au SIDA ont entraîné une diminution dramatique de l’épargne, une (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : Une ligne « info-sida » pour les professionnels de la santé
Abidjan, 19 octobre 2007 (PLUSNEWS) Un numéro vert a été mis à la disposition des professionnels de la santé en Côte d’Ivoire pour leur permettre d’obtenir des informations sur le dépistage, le conseil et la prise en charge du VIH/SIDA, et ainsi les aider à mieux répondre aux besoins de leurs patients. Officiellement lancé mi-octobre par le ministère ivoirien de la Santé et de l’hygiène publique, ce numéro gratuit, le 800 11 000, « doit parvenir à maintenir le personnel [de santé] à la pointe du savoir et (...)
... la suite
 Burundi : Violences sexuelles, tabous culturels rendent les femmes plus vulnérables au VIH

Les femmes, les plus vulnérables au VIH

Bujumbura, 4 septembre 2007 (PlusNews) Le faible statut social des femmes burundaises les rend vulnérables aux violences sexuelles et les tabous culturels les empêchent de demander de l’aide. Selon des organisations non-gouvernementales (ONG), cet environnement les expose fortement au VIH ou à d’autres maladies sexuellement transmissibles. Dans son rapport annuel, l’ITEKA, la ligue burundaise pour les droits de l’homme, souligne que malgré la fin des 13 années de guerre durant laquelle les (...)
... la suite
 Sida, l’autre guerre en Côte d’Ivoire
Alors que le pays s’extrait péniblement d’un conflit armé qui a coupé le pays en deux, il doit faire face à un nouveau défi : le sida. L’UNICEF s’emploie, en s’appuyant sur le gouvernement et un réseau d’ONG, à lutter contre l’épidémie. Doucement, elle pose une main sur son ventre rond. Le visage poupin mais le corps raide, elle écoute la « conseillère » qui lui fait face. Opine de la tête. Dans la lumière blafarde du petit bureau dépouillé, les mots de l’une et de l’autre sont presque avalés par une (...)
... la suite
 Deux femmes, deux histoires

L’une a dû affronter le rejet de son mari et de ses voisins. L’autre a reçu le soutien de son époux. Portraits croisés de deux Ivoiriennes malades du sida.

10 septembre 2007 - L’Humanité Assises côte à côte, l’une et l’autre pèsent leurs mots. Racontent leur histoire en détail, à tour de rôle. Avec, en filigrane, ce point commun : toutes les deux ont le sida. Félicité Sahi depuis huit ans, Clémentine Bono depuis six ans. La première, à lfragile et au visage triste, a dû affronter le rejet de son mari. La seconde, pleine d’énergie, a été épaulée par son époux. Une chance, dans cette région pauvre de l’ouest de la Côte d’Ivoire, où la maladie reste taboue. « Au (...)
... la suite
 Le Repmasci prend pied dans la vallée du Bandaman

Le réseau des professionnels des médias et des arts engagés dans la lutte contre le sida s’installe à Bouaké

16 Dec 2006 - 19:35 GMT Le réseau des professionnels des médias et des arts (repmasci) et certaines de structures de financement engagées dans la lutte contre le SIDA en Côte d’Ivoire ont a procédé, hier vendredi à Bouaké, à l’investiture du comité Repmasci de la vallée du Bandaman. C’était à la salle du cinéma "Le Capitole à Bouaké", sous le parrainage du Ministre Dacoury Tabley, rapporte le site Internet des Forces nouvelles. Qui ont exprimé leur engagement dans la lutte contre cette pandémie. « Nous nous (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : la prévention de la transmission mère-enfant

Comment prendre en charge les femmes enceintes

lundi 16 octobre 2006, par Olivia Marsaud Dossier L’Unicef contre le sida en Côte d’Ivoire En Côte d’Ivoire, les femmes sont particulièrement vulnérables au VIH. Et, bien souvent, les femmes enceintes infectées ne savent pas qu’un traitement approprié peut empêcher que leur bébé ne soit lui aussi séropositif. L’Unicef se bat pour la généralisation de la prévention de la transmission mère-enfant (PTME). Exemple à Abidjan. « Selon une enquête récente, il y a plus de deux femmes contaminées pour un homme en (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : mystérieux communiqué de IRIN Plus News...

... reçu dans ma boîte email en juillet !

-----Message d’origine----- De : IRIN IRINnews.org [mailto:IRIN IRINnews.org] Envoyé : mardi 11 juillet 2006 13:27 À : Sandrine Dekens Objet : Plusnews Francais Chers lecteurs, PlusNews vous informe que l’entretien avec Aoua Diawara, coordinatrice du programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA (Onusida) en Côte d’Ivoire, publié le 1er juin 2006, a été retiré du site internet pour des raisons indépendantes de notre volonté. Voilà de quoi piquer notre curiosité ! En effet, la toile a été (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : La peur et le silence mettent les filles en danger
MAN, 3 juillet - Plusnews - Quand les parents de la petite fille sont venus à l’hôpital régional pour que l’on constate le viol de leur enfant de huit ans, les médecins n’ont pu être d’aucun secours : l’agression avait eu lieu trois ans auparavant. “Ils voulaient un papier parce qu’une action en justice était en cours. Ils n’ont pas compris les conséquences du viol sur l’enfant ni ce qu’on pouvait faire pour éviter le VIH”, se désole le docteur Louis Kakudji, le coordinateur médical de l’organisation (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : des patients sous ARV en danger

Les populations de Bouaké ont désormais accès aux ARV, mais pour combien de temps ?

Le manque de transparence dans la gestion du premier programme de prise en charge des personnes vivant avec le sida dans le nord de la Côte d’Ivoire compromet ses chances de succès, mais aussi la survie des patients, selon des activistes et des médecins. “Nous sommes très inquiets : les comités de gestion et de pilotage qui devaient rassembler les représentants des associations, des médecins et des autorités n’existent pas, on ne sait pas vraiment comme ça fonctionne”, confie l’un des médecins de (...)
... la suite
 Côte d’ Ivoire : le Fonds mondial attend des explications
16 juin - La Côte d’Ivoire ne bénéficiera pas de la deuxième subvention VIH/SIDA du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme tant qu’elle ne justifiera pas l’utilisation des premiers financements, selon l’institution financière et ses partenaires. Selon Mabingue Ngom, en charge de l’Afrique centrale et de l’Ouest au Fonds mondial à Genève, le décaissement des 42,8 millions de dollars prévus dans le cadre de la deuxième phase de la subvention VIH/SIDA est lié à la (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : Sans infrastructures ni médecins, le sida menace le nord

encore une confirmation si besoin que dans ces conditions, le travail fait par le CSAS de Bouaké est vraiment remarquable et exeptionnel...

Le départ précipité des personnels de santé et la fermeture de centres sanitaires dans le nord ivoirien suite à l’éclatement du conflit civil en 2002 ont eu un impact dramatique sur la lutte contre le sida et ont certainement contribué à accélérer la propagation de l’épidémie dans cette partie du pays, selon une récente étude. Cette étude, menée par des enquêteurs suisses et ivoiriens grâce à un financement du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, avait pour but de comparer la (...)
... la suite
 « Je lui renvoie l’ascenseur »

Agnès, présidente d’Amépouh, témoigne : elle a retrouvé l’espoir grâce au soutien de son mari et de l’association Amépouh, à Abidjan

ABIDJAN, 20 février 2006 (PLUSNEWS) - Quand Agnès Kouassi a appris qu’elle était séropositive, son mari lui a immédiatement apporté son soutien. Tout naturellement, dit-elle, lorsque quelques années plus tard il a appris qu’il était infecté au VIH, elle l’a aidé et continue à le faire, bien que le couple soit aujourd’hui séparé. C’est en 1998 qu’Agnès apprend qu’elle est infectée au VIH. Elle s’est mariée deux ans auparavant et depuis quelques mois, elle souffre de la tuberculose, la première infection dite (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : La politique de prévention du VIH est inadaptée

En particulier concernant les risques de transmission par du matériel médical souillé

ABIDJAN, 17 mars 2006 (PLUSNEWS) - La politique nationale de prévention du sida en Côte d’Ivoire devrait tenir compte de l’état des structures sanitaires de ce pays, l’un des plus affectés par l’épidémie en Afrique de l’Ouest, selon un médecin très impliqué dans la lutte contre le VIH. « En Côte d’Ivoire, on n’effectue aucune recherche sur les différents modes de contamination. Si l’on veut freiner la propagation du virus, il faut aller au-delà des rapports sexuels entre les hommes et les femmes », a expliqué (...)
... la suite
 Le préservatif gagne le corridor Abidjan-Lagos
ELUBO, 10 janvier (PLUSNEWS) - Les trois millions de personnes qui voyagent chaque année le long de la route reliant la Côte d’Ivoire au Nigeria peuvent désormais s’approvisionner en préservatifs, mais aussi apprendre à s’en servir. Selon Agapit Yao Akolatse, qui travaille à Cotonou, la capitale du Bénin, avec le projet Corridor, 3,2 millions de préservatifs ont été distribués ou vendus dans les cinq pays concernés en 2005, trois fois plus qu’en 2003 et dix fois plus qu’en 2004. Le projet, une (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : Ingéniosité et coopération : des clés pour prévenir le VIH en zone de conflit
ABIDJAN, 4 janvier (PLUSNEWS) - Pour poursuivre les actions de prévention en période de conflit, il suffit d’un peu d’astuce et beaucoup d’entregent, selon les acteurs de la lutte contre le VIH/SIDA en Côte d’Ivoire. “Pour que le préservatif puisse inonder une zone de guerre, il faut que nous soyons tous solidaires. A Bouaké, par exemple, avant la crise les préservatifs venaient d’Abidjan facilement. Aujourd’hui, avec la crise, il faut s’appuyer sur d’autres agences et sur les maisons de marketing (...)
... la suite
 Côte d’ Ivoire : Les Forces nouvelles tentent de se défendre contre le VIH/SIDA

Ou comment une situation de conflit accélère la propagation du VIH

Man, 6 octobre 2005 (PLUSNEWS) - Après avoir voulu renverser le président Laurent Gbagbo il y a trois ans, les rebelles des Forces nouvelles tentent aujourd’hui de s’attaquer au VIH/SIDA dans une région appauvrie, aux infrastructures détruites par le conflit. Les soldats membres de la rébellion armée se sont installés à Man à la fin de l’année 2002, peu de temps après le déclenchement de la guerre en septembre de la même année. La préfecture de la région des 18 montagnes, dans l’ouest du pays, est une (...)
... la suite
 IST et VIH/SIDA : le point sur la situation sanitaire en Côte d’Ivoire
Le tableau n’est guère reluisant. Le système sanitaire ivoirien est à la recherche de son lustre d’antan. Il a été fortement dégradé, suite au déclenchement de la crise du 19 septembre 2002. Plus de 400 établissements sanitaires, selon le ministère d’Etat, ministère de la Santé et de la Population, ont été pillés et saccagé dans les zones sous contrôle des Forces nouvelles. Cette situation a provoqué la fuite du personnel de santé des zones ex-assiégées vers les zones gouvernementales. Occasionnant ainsi (...)
... la suite
 Le taux d’infection au VIH dépasse 18 pour cent au CDV de Bouaké
BOUAKE, 27 septembre 2005 (PLUSNEWS) Plus de 18 pour cent des personnes dépistées au Centre de dépistage volontaire (CDV) de Bouaké, au coeur de la Côte d’Ivoire, sont positives au VIH/SIDA, a dit à PlusNews le coordonnateur de ce CDV ouvert en avril. « Après plus de quatre mois d’activité, 200 personnes ont été dépistées positives, alors que nous avons dépisté 1 077 personnes”, a expliqué le docteur Karim Kouyaté. “Parmi ces 200 personnes, 134 sont sous traitement antirétroviral (ARV).” Outre le soutien (...)
... la suite
 "Dieu seul est ma capote !"

Tel est le "slogan" des étudiants de l’Université d’Abidjan-Cocody

Fraternité Matin (Abidjan) 8 Septembre 2005 Voilà une expression bien connue des étudiants de l’Université d’Abidjan Cocody [1], et qui illustre bien leur négligence du port de préservatif pendant les rapports sexuels. A partir d’une étude que nous avons menée —deux étudiants [2] de l’Université de Roskilde (Danemark)— entre juillet et décembre 2003 à Abidjan, il ressort que la couche estudiantine abidjanaise est fortement christianisée, mais en même temps, elle est livrée à elle-même et trouve dans (...)
... la suite
 Lutte contre le VIH/Sida : les USA offre 22, 890 milliards de francs cfa a la Côte d’Ivoire
Fraternité Matin (Abidjan)sur AllAfrica 16 Juin 2005 By Théodore Kouadio Abidjan Il s’agit de soutenir la campagne contre le VIH/SIDA de ce pays d’Afrique de l’ouest. Dans le cadre de la lutte contre le VIH/SIDA le gouvernement Americain a annoncé ce 16 juin l’octroi d’une aide de 22, 890 de Francs CFA à la Côte d’Ivoire. Le ministre Ivoirien de la santé, M.Mabri Toikeusse. En Côte d’Ivoire, l’objectif du PEPFAR est de soutenir les initiatives nationales destinées à traiter 77.000 personnes vivant (...)
... la suite
 L’ouest bientôt doté de centres de prise en charge des séropositifs
ABIDJAN, 14 juin 2005 (PLUSNEWS) - L’organisation humanitaire Médecins sans frontières veut offrir des traitements antirétroviraux gratuits aux personnes vivant avec le VIH/SIDA dans l’ouest ivoirien, une région en conflit très affectée par l’épidémie et les infections sexuellement transmissibles. Dans les prochaines semaines, les populations des villes de Man et de Danané, sous contrôle de l’ex-rébellion armée, et de Bin Houyé, en zone gouvernementale, se verront offrir par MSF, et pour la première fois, (...)
... la suite
 "Ruptures nosocomiales" en Côte d’Ivoire

Intervention de Philippe Mselleti sur Emed

Je souhaiterais rappeller que ce que j’appelle les "ruptures nosocomiales" ont déjà été pratiquées par certains médecins ivoiriens. En 2000, la Pharmacie de Santé Publique ivoirienne avait acquis (par appel d’offre) du D4T avec Cipa lors de l’appel d’offres de mars. Certains presripteurs, dans des servies suivant beaucoup de malades,avaient fait une "grève de la presrption" de ce D4T contraignant les PVVIH à faire une grève de la faim en octobre 2000. Le ministre de la santé de l’époque avait du (...)
... la suite
 Accès aux antirétroviraux en Côte d’Ivoire : Les ruptures de stock auraient pu être évitées

Act Up-Paris - Communiqué de presse ­ 20 mai 2005

Pendant 3 mois, un certain nombre de molécules n’ont plus été accessibles aux malades ivoiriens qui les recevaient par le biais du programme national de prise en charge. Ces difficultés ne sont pas, pour une fois, d’origine financière. A la base de cet épuisement, on trouve cette fois un défaut d’encadrement du gouvernement sur les traitements prescrits par les médecins agréés. C’est en effet la défiance des médecins ivoiriens à l’égard des génériques, activement alimentée par le lobby pharmaceutique (...)
... la suite
 Rupture généralisée des ARV : les séropositifs dénoncent des pratiques et accusent...
Fraternité Matin / ACTUALITÉS du 19 Mai 2005 By Bakayoko Zeguela Abidjan Les personnes vivant avec le vih à travers le RIP+ \(réseau ivoirien des associations de personnes vivant avec le VIH qui compte plus d’une vingtaine d’associations\) ont décidé de se faire entendre face à cette rupture généralisée d’antiretroviraux. Une rupture qui ne devrait pas exister si les médecins jouent franchement leur partition, à en croire M. Ako Cyriaque, chargé du plaidoyer pour le traitement du RIP+. " Les médecins (...)
... la suite
 MSF constate une explosion des cas d’IST et VIH dans l’ouest

DAKAR, 26 avril 2005 (PLUSNEWS)

La détresse économique, la séparation des familles et l’afflux de soldats dans l’ouest ivoirien se sont accompagnés d’une flambée des infections sexuellement transmissibles (IST) et de l’épidémie de VIH/SIDA, selon une étude réalisée par la branche néerlandaise de Médecins sans frontières (MSF-H) en avril. L’étude que PlusNews a pu se procurer mardi insiste sur le manque d’informations des populations vulnérables et l’absence de services de santé, notamment pour le dépistage et le traitement des IST et du (...)
... la suite
 De l’espoir à la colère : une malade du sida lance une alerte

Depuis plus de trois mois, les malades ivoiriens sont confrontés aux ruptures de stocks intempestives

J’interpelle le monde entier face à la situation chaotique de distribution des antirétroviraux (ARV) en COTE D’IVOIRE. Depuis plus de trois mois, les malades sont confrontés aux ruptures de stocks intempestives. Quant on connaît les risques de mutation et de résistance que peut provoquer l’arrêt d’un traitement antirétroviral et que nous n’avions pas droit aux nouvelles molécules tel que FUZEON, TELZIR etc. J’ai honte pour mon pays qui se retrouve aujourd’hui face à cette situation. L’industrie (...)
... la suite
 Des centres de dépistage et de traitement ouvrent dans le Nord

Ouverture de 2 Centres de Dépistage Volontaire à Man et à Bouaké

DAKAR, 25 avril (IRIN PLUSNEWS) [Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies] Le programme national de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/SIDA vient d’ouvrir deux centres de dépistage volontaire (CDV) à Man et Bouaké dans la moitié nord du pays sous contrôle rebelle, les premiers à réouvrir depuis le début de la guerre civile en 2002. “Les centres sont opérationnels, les équipements sont déjà sur place de même qu’une partie du personnel”, a dit à PlusNews le docteur (...)
... la suite
 Le Fonds mondial antisida tient son assemblée générale à Bouaké

Angola Press 22 04 2005

Bouaké, Côte d`Ivoire, 22/04 - Le Comité national de coordination du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (CNFCF/STP) a tenu sa quatrième assemblée générale jeudi à Bouaké, fief des Forces nouvelles (FN, rébellion). Placé sous la présidence du ministre ivoirien de la Santé, le Dr Touakeusse Mabri, le comité se réunissait ainsi après sa troisième assemblée tenue le 23 mars dernier à Abidjan en présence des partenaires de la Côte d`Ivoire que sont l`OMS, l`Unicef, le PNUD, la (...)
... la suite
 Lutte contre le sida : l’apport de la poésie

Où il est mention d’une prévalence de 19% à Bouaké en 2001...

http://www.fratmat.co.ci/story.asp?ID=11558 Juin 2002 voir aussi “Les résultats d’une étude menée en 2001 révèlent que le taux de séro-prévalence est d’environ 19% à Bouaké ”. Ce triste tableau peint par le directeur du district sanitaire de Bouaké, Dr Ablé Ekissi, de la situation épidémiologique du VIH/SIDA prouve que “ les efforts de sensibilisation doivent être accrus et diversifiés ”. Aussi, sous l’impulsion de la direction régionale de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : une bombe à retardement en marche dans le nord rebelle

Vivre avec le VIH en zone rebelle

source IRIN / BOUAKE, le 11 février (IRIN) Fille unique d’une famille de cinq enfants orphelins du VIH/SIDA depuis deux ans, Awa Keita passe ses journées à faire la cuisine et à s’occuper de ses frères et de son jeune fils. Mais il y a quatre mois, tout bascule dans la vie de cette famille isolée en zone rebelle, au nord de la Côte d’Ivoire. Mère et fils viennent d’être testés séropositifs et, à l’instar de millions d’autres malades, elle ne peut bénéficier d’aucune assistance médicale dans les (...)
... la suite
 Guerre en Côte d’Ivoire et VIH : le cauchemar de l’Afrique de l’Ouest

Bouaké, les rebelles et le VIH/Sida

Source : Reuters - Date : 3 Mars 2003 Par Matthew Tostevin - Traduction Virginie Kouadio BOUAKE, Côte d’Ivoire, le 3 mars (Reuters) - « Les filles nous adorent parce qu’elle aiment ce pourquoi nous nous battons » dit en riant le rebelle ivoirien Mantou Cissé, entouré de jeunes admiratrices. « Sida ? Si j’ai peur du Sida ? Mais il n’y a pas de Sida à Bouaké ! », poursuit-il avec la confiance d’un rebelle appartenant à une fraction de jeunes armés qui imposent leur loi dans la force. Mais le SIDA (...)
... la suite
 Menace sur la fabrication des antirétroviraux : les séropositifs ivoiriens inquiets

Manifestation des pvvih à Abidjan

Notre Voie (Abidjan) - ACTUALITÉS - 3 Mars 2005 - Publié sur le web le 3 Mars 2005 Des rumeurs persistants font état de ce que bientôt, l’Inde arrêtera la fabrication des médicaments génériques antirétroviraux Pour plus d’informations, voir les articles consacrés à ce sujet dans la rubrique Accès aux ARV, Inde. Voir également texte de synthèse "Pour le droit des peuples à vivre et à se soigner". Affolées par ces informations, les associations de personnes vivant avec le VIH/SIDA sont sur la brèche. Ainsi, (...)
... la suite
 Sida : flambée de la pandémie

Premiers résultats d’une enquête en cours sur l’épidémie de sida en Côte d’Ivoire

Journal l’Humanité - Rubrique International Article paru dans l’édition du 24 février 2005. Il y a urgence : dans le Nord du pays tenu par la rébellion, les centres de santé ont été fermés et les médicaments ne parviennent plus. Un organisme proche de l’ONU tire la sonnette d’alarme. « Une bombe à retardement »... Sous ce titre, l’IRIN (Integrated Regional Information Networks), organisme lié à l’agence des Nations unies OCHA (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs), vient de rendre publics (...)
... la suite
 Les médecins formés à la prise en charge du VIH en zone rebelle

Formation à Bouaké

BOUAKE, 31 mars (PLUSNEWS) Deux villes en zone rebelle accueillent depuis mardi des séminaires de formation sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH à l’attention de médecins venus des régions sous contrôle des Forces Nouvelles mais aussi d’Abidjan, en zone gouvernementale. Deux ateliers, financés par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Fonds mondial de lutte contre le sida se déroulent jusqu’à samedi et en parallèle à Bouaké, le fief de la rébellion, et (...)
... la suite
 CÔTE D’IVOIRE : Un livre sur le sida, la mort et le rejet pour les ’moins de 11 ans’

Fatou KEITA consacre son talent à la lutte contre le sida

ABIDJAN, 10 mars 2005 (PLUSNEWS) - Le sida est sûrement le dernier thème qui vient en tête quand on s’apprête à écrire un livre pour enfants. Mais pour Fatou Keita, dont le dernier ouvrage, ’Un arbre pour Lollie’, raconte l’histoire d’une fillette infectée par le virus, il n’y a rien d’étrange à cela. "Je n’ai pas inventé le sida", a dit Keita. "Les enfants sont tout le temps confrontés à ce sujet. Ils entendent les grandes personnes en parler, ils regardent les séries télévisées et les spots publicitaires (...)
... la suite