Accueil >>  Zone Franche >>  Pillage des ressources naturelles

Pillage des ressources naturelles

 Minerais de sang : l’Europe en fait le moins possible
Multinationales.org, 23 juin 2016 , Olivier Petitjean - Les minerais de sang - étain, tantale, tungstène et or - sont utilisés dans de nombreux objets prisés des consommateurs occidentaux, à commencer par les smartphones et autres gadgets électroniques. À l’autre bout de la chaîne, en République démocratique du Congo et ailleurs, leur exploitation attise les violences et les atteintes aux droits humains. Si les États-Unis ont commencé à s’attaquer au problème en 2010 à travers la loi Dodd-Frank, (...)
... la suite
 La face cachée du chocolat : travail des enfants et déforestation
Bastamag, Nolwenn Weiler - 10 juin 2016 - D’un côté, six grands industriels (Mars, Nestlé, Ferrero...), qui possèdent 50% du marché mondial [1]) – entre 80 et 100 milliards de dollars par an. De l’autre, cinq millions de petits producteurs, qui s’échinent à longueur d’année pour moins de deux dollars par jour. Bienvenue dans le monde merveilleux du cacao, décortiqué par le Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne (Basic). Réalisée pour la Plate-forme du commerce équitable, l’étude du Basic (...)
... la suite
 Bolabola, le bois qui saigne
Le Monde - 24 Janvier 2015 - Une journée de pillage ordinaire s’achève à Antanandavehely, paisible village accroché au flanc oriental de la péninsule de Masoala, la plus grande aire naturelle protégée de Madagascar, dans le nord-est de la grande île de l’océan Indien. La nuit tombe en contrebas sur le fleuve encore écrasé de soleil et les derniers radeaux chargés de bois de rose se pressent sur les berges assoupies. Elles n’attendent que le retour des hommes pour retrouver une atmosphère de fête, les (...)
... la suite
 Envahis par le gaz : les paysans du Nigeria face à Total
multinationales.org - 4 novembre 2014 - Olivier Petitjean - Depuis les années 1960, le Nigeria est l’un des principaux terrains d’action des multinationales pétrolières occidentales. Leurs activités y ont entraîné un désastre environnemental de grande ampleur, qui laisse les communautés locales de plus en plus dépourvues de moyens de subsistance, ainsi qu’une explosion de violences. Les opérations de Total dans le territoire du peuple Egi ne semblent pas déroger à la règle. Si le géant français vante (...)
... la suite
 L’embargo inefficace des diamants du sang
Le courrier.ch - samedi 28 Juin 2014 - Faut-il réintégrer la République centrafricaine (RCA) sur le marché mondial du diamant ? La question a été au centre des discussions lors de la dernière réunion des responsables du Processus de Kimberley, au mois de juin à Shangaï, en Chine. Depuis, elle ne cesse d’agiter les milieux de la diplomatie internationale. Pendant ce temps, la Centrafrique s’enfonce dans le chaos, avec une économie en grande partie paralysée. Les violences et les exactions entre (...)
... la suite
 Glencore mine toujours le Congo
Le courrier.ch, Mercredi 18 Juin 2014, Joël Burri - RDC - Le géant minier suisse Glencore tente de se donner une image d’entreprise responsable. Mais une enquête menée par plusieurs ONG dénonce le mépris des populations locales. A en croire le rapport annuel 2013 de GlencoreXstrata, l’entreprise – rebaptisée Glencore depuis – est un modèle de développement durable et de respect des droits de l’homme. « Nous nous engageons à respecter les bonnes pratiques commerciales, à atteindre ou dépasser les lois (...)
... la suite
 Industrie chimique, sociétés de biotechnologies et géants du trading contrôlent la chaîne alimentaire mondiale
Bastamag, Ivan du Roy, Sophie Chapelle - 7 novembre 2013 Des champs aux hypermarchés, en passant par l’élevage, quelques géants de l’agrobusiness se partagent le marché alimentaire mondial. Les semences sont la propriété de quelques grands groupes de l’industrie chimique. Une poignée d’entreprises de biotechnologies conçoivent la grande majorité des volailles et poissons d’élevage. D’autres, parfois les mêmes, maîtrisent le commerce international de céréales… Une concentration sans précédent. En cas de (...)
... la suite
 Après le coton, Monsanto cherche à multiplier les OGM en Afrique de l’Ouest
Basta - Patrick Piro - 8 avril 2013 - Le Burkina Faso, l’un des pays les plus pauvres de la planète, a opté pour une variété OGM de Monsanto dans l’espoir de redresser sa filière cotonnière, qui fait vivre trois millions de personnes. Promesses de rendements non tenues, droits de propriété prohibitifs, coton de moindre qualité… Le bilan est plus que mitigé. Qu’importe, Monsanto cherche à étendre son coton OGM et travaille sur des haricots et du sorgho génétiquement modifiés. Certains craignent « une (...)
... la suite
 Comment Areva laisse mourir ses travailleurs au Niger
Basta, Emmanuel Haddad - 14 janvier 2013 - Les Français s’éclairent et se chauffent grâce à leur travail : ces centaines de mineurs nigériens qui ont passé 20 ou 30 années de leur vie à extraire de l’uranium pour Areva. De l’uranium qui, importé en France, alimente ensuite nos 58 réacteurs nucléaires. Souvent victimes des effets des radiations, ils souffrent et meurent aujourd’hui dans l’indifférence. Pas question de reconnaître leurs maladies professionnelles. Combien de temps le leader français du (...)
... la suite
 Pillage : Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l’accaparement de terres
Basta, Nadia Djabali - 10 octobre 2012 - Alors que 868 millions de personnes souffrent de sous-alimentation, selon l’Onu, l’accaparement de terres agricoles par des multinationales de l’agrobusiness ou des fonds spéculatifs se poursuit. L’équivalent de trois fois l’Allemagne a ainsi été extorqué aux paysans africains, sud-américains ou asiatiques. Les plantations destinées à l’industrie remplacent l’agriculture locale. Plusieurs grandes entreprises françaises participent à cet accaparement, avec la (...)
... la suite
 Biopiraterie : le nouveau colonialisme
Basta, 5 Septembre 2012 - Catherine Grèze - Les brevets déposés sur les végétaux font l’objet d’une compétition acharnée entre multinationales. Conséquences : un paysan mexicain peut être, d’un point de vue légal, condamné à devoir des royalties à une entreprise américaine pour cultiver les haricots de ses ancêtres. Face à la « colonisation des savoirs », la députée européenne Catherine Grèze (EELV) appelle à la pleine reconnaissance des droits des peuples autochtones. Dans une forêt reculée, des Indiens (...)
... la suite
 Les semences et les plantes, propriété exclusive de l’agro-industrie ?
Basta, Sophie Chapelle (4 septembre 2012) - Rien ne va plus pour les agriculteurs, les jardiniers et les artisans semenciers. Vendre ou échanger des semences de variétés anciennes, libres de droit de propriété et reproductibles est devenu quasi mission impossible. L’association Kokopelli en fait aujourd’hui les frais. Un récent arrêt de la Cour de justice européenne consacre le monopole de l’industrie semencière sur les plantes. La réforme en cours de la réglementation des semences n’augure rien de (...)
... la suite
 Dette, extractivisme, gâchis, aux racines de l’injustice globale
CADTM - 21 Juillet 2012 - La société de consommation qui rêve de se transformer en une société de développement durable est comme un sprinter de 100 mètres qui imagine pouvoir conserver la même vitesse pendant les 42 kms d’un marathon. Cette civilisation européenne, fondée sur l’extraction de ressources naturelles, doit son exceptionnelle puissance à une accélération du pillage et du gâchis généralisé de toutes les richesses de la planète. Le pétrole – âge 500 millions d’années - n’est largement utilisé (...)
... la suite
 Une ville fantôme construite par la Chine en plein cœur de l’Angola
Le Monde - Big Bowser - 4 juillet 2012 Nova Cidade de Kilamba est une ville flambant neuve, faites de bâtiments aux couleurs vives et impeccables, construite en moins de trois ans à une trentaine de kilomètres de Luanda, capitale de l’Angola. Nova Cidade de Kilamba est également à peu près vide, une ville fantôme bâtie par une compagnie d’Etat chinoise – China International Trust and Investment Corporation (Citic) – pour la modique somme de 3,5 milliards de dollars. Où sont passés les 500 000 (...)
... la suite
 Minerais de sang

Les esclaves du monde moderne

OSI Bouake - DG - 28 Juin 2012 - Qui connaît la cassitérite ? C’est le principal minerai de l’étain. On le trouve partout, dans nos téléphones portables, nos radios, nos télévisions... Mais à quel prix ? Dans ce livre-enquête, cette traque policière sur plusieurs continents, Christophe Boltanski nous révèle l’origine de ces « minerais de sang ». Depuis les mines du Nord-Kivu au Congo, où des gamins africains s’enfoncent sous la terre au péril de leur vie, jusqu’aux tours de la Défense, où des (...)
... la suite
 De la Grèce au Niger, comment le FMI favorise l’austérité et la pauvreté
Basta - Nolwenn Weiler - 1er juin 2012 - En se disant davantage préoccupée par les conditions déplorables de scolarisation des enfants nigériens que par la brutale austérité qui frappe les Grecs, Christine Lagarde a soulevé l’indignation. Mais le mépris avec lequel la directrice générale du FMI considère la Grèce vaut aussi pour le Niger : deuxième pays le plus pauvre du monde, embourbé depuis vingt ans dans une situation désastreuse à cause des plans d’ajustement structurels, qui y ont notamment détruit (...)
... la suite
 Vers un hold-up des multinationales sur les semences paysannes ?
Basta - 30 Mai 2012 - Sophie Chapelle - Des milliers de variétés de semences pourraient être privatisées. Cela se passe en Inde où les multinationales Monsanto, Syngenta, ou la française Limagrain, tentent de s’accaparer ce bien commun. De quoi mettre en péril la souveraineté alimentaire de l’Inde dont les variétés végétales ancestrales seraient brevetées et privatisées par les multinationales de biotechnologies. L’écologiste indienne Vandana Shiva sonne la contre-attaque. 40 000 variétés de semences (...)
... la suite
 Les populations indigènes d’Afrique et d’Asie contestent le projet Socfin/Bolloré
Le Monde - 22.05.2012 - Frédéric Mousseau, directeur politique du Oakland Institute Les tribus Bunong du Cambodge, les pygmées Bagyeli du Cameroun et les villageois de la chefferie de Malen en Sierra Leone ont une chose en commun : ils sont tous aux prises avec le développement de plantations industrielles de palmiers à huile et d’hévéas par des filiales de Socfin (Société Financière des Caoutchoucs), une société dont le principal actionnaire est le groupe Bolloré, détenu par l’homme d’affaires (...)
... la suite
 Land grabbers : Africa’s hidden revolution

Vast swaths of Africa are being bought up by oligarchs, sheikhs and agribusiness corporations. But, as this extract from The Land Grabbers explains, centuries of history are being destroyed

The Guardian - Sunday 20 May 2012 - Omot Ochan was sitting in a remnant of forest on an old waterbuck skin and eating maize from a calabash gourd. He was lean and tall, wearing only a pair of combat pants. Behind him was a straw hut, where bare-breasted women and barefoot children cooked fish on an open fire. A little way off were other huts, the remains of what was once a sizable village. Omot said he and his family were from the Anuak tribe. They had lived in the forest for 10 (...)
... la suite
 Le sous-sol de l’Afrique serait riche en eau
Le Monde.fr avec AFP | 20.04.2012 Les vastes aquifères sédimentaires de l’Afrique du Nord contiennent "une proportion considérable des eaux souterraines de l’Afrique", soulignent les chercheurs. Des scientifiques britanniques ont estimé à quelque 0,66 million de km3 le volume total des eaux souterraines en Afrique, soit plus de cent fois la ressource annuelle en eau renouvelable du continent et vingt fois la réserve d’eau douce des lacs africains. Plus de 300 millions d’Africains n’ont (...)
... la suite
 Crime environnemental : sur la piste de l’huile de palme

l’huile de palme est massivement importée en Europe. Elle sert à la composition d’aliments comme aux agrocarburants. Avec le soutien de la région Languedoc-Roussillon, une nouvelle raffinerie devrait voir le jour à Port-la-Nouvelle, dans l’Aude. À l’autre bout de la filière, en Afrique de l’Ouest, l’accaparement de terres par des multinationales, avec l’expropriation des populations, bat son plein

Bastamag - Sophie Chapelle - 17 avril 2012 - Basta ! a remonté la piste du business de l’huile de palme jusqu’au Liberia. Enquête. Quel est le point commun entre un résident de Port-la-Nouvelle, petite ville méditerranéenne à proximité de Narbonne (Aude), et un villageois du comté de Grand Cape Mount, au Liberia ? Réponse : une matière première très controversée, l’huile de palme, et une multinationale malaisienne, Sime Darby. D’un côté, des habitants de Port-la-Nouvelle voient d’un mauvais œil la (...)
... la suite
 Les biocarburants qui affament l’Afrique
La Repubblica - Stefano Valentino - Rome - 15 mars 2012 -Afin de respecter les normes sur le développement des agrocarburants, les Européens se disputent des millions d’hectares de terres africaines pour y faire pousser des plantes destinées à les produire. Au détriment des cultures vivrières, dénoncent les ONG. Imaginez la surface de la Suisse – 4 millions d’hectares – entièrement recouverte de plantations destinées à approvisionner des voitures et des centrales électriques. C’est la somme des terres (...)
... la suite
 Sénégal : le village de Kirène, symbole du cynisme des multinationales

Dans le village de Kirène, au Sénégal, plus de 10 000 bouteilles d’eau minérale sont produites chaque heure par l’usine locale. 30 tonnes de haricots verts sont récoltées chaque jour sur les terres maraichères environnantes. Mais les habitants n’en voient pas la couleur...

Basta - Dorothée Thiénot - 15 mars 2012 - Dans le village de Kirène, au Sénégal, plus de 10 000 bouteilles d’eau minérale sont produites chaque heure par l’usine locale. 30 tonnes de haricots verts sont récoltées chaque jour sur les terres maraichères environnantes. Mais les habitants n’en voient pas la couleur : ils ne disposent pas de l’eau courante, les haricots partent pour l’Europe, et les jeunes subissent le chômage. Une étrange vision du « Sénégal qui gagne ». Reportage. À Kirène, en pays (...)
... la suite
 Au Cameroun, l’huile chasse la forêt
Libreville - Libération - 2 Mars 2012 - par Fanny Pigeaud - L’atmosphère est tendue au Cameroun, dans le Ndian et le Koupé-Manengouba, deux départements montagneux et boisés du sud-ouest du pays. Le projet d’une société américaine, Herakles Farms, de planter 60 000 hectares de palmiers à huile suscite une vive polémique. Alors que les uns se réjouissent des 7 500 emplois promis par la compagnie, d’autres sont révoltés à l’idée de perdre leurs terres, attribuées pour un bail de 99 ans à Herakles. Des (...)
... la suite
 RDC - Pétition pour un monde sans « guerre de l’iPhone »
SlateAfrique.com , 02/01/2012, « Je veux un iPhone qui ne soit pas responsable de conflits et de guerre dans mon pays ». C’est l’appel lancé à Apple par un avocat et activiste congolais, Delly Mawazo Sesete.Il a lancé une pétition en appelant Tim Cook, le Président directeur général d’Apple, à créer d’ici Noël 2013 un nouvel iPhone qui n’utilise pas les minérais responsables de la guerre au Nord-Kivu —une province orientale de la République démocratique du Congo (RDC) située près des frontières rwandaise (...)
... la suite
 Les diamants du sang à nouveau autorisés à la vente !
La Tribune - 2 Novembre 2011 - Le Processus de Kimberley, régulateur mondial chargé de ne pas mettre sur le marché les diamants dont la vente sert à financer des guerres civiles, a autorisé la commercialisation des pierres des mines de Marange, dans l’est du Zimbabwe. Le pays devrait pouvoir en tirer 2 milliards de dollars par an. Mais cette décision est loin de faire l’unanimité. Considérées comme les plus riches découvertes en Afrique depuis des décennies, les mines de diamants de Marange au (...)
... la suite
 Des universités des États-Unis accaparent des terres en Afrique
Article de John Vidal et Claire Provost. The Guardian, mercredi 8 juin 2011 - Traduction Amis de la Terre - Des institutions comme les universités Harvard et Vanderbilt utilisent des hedge funds pour acheter des terres, ce qui pourrait chasser les paysans de leurs terres. Une nouvelle étude montre que Harvard ainsi que d’autres grandes universités états-uniennes travaillent par l’intermédiaire d’un hedge fund britannique et de spéculateurs financiers européens à acheter ou louer de vastes (...)
... la suite
 La dépollution du Delta du Niger pourrait prendre trente ans, selon l’ONU

Précédé par l’édito du Monde sur le sujet

La malédiction de l’or noir dans le delta du Niger Edito du Monde | LeMonde | 05.08.11 | Auteur ? Le paradoxe est bien connu, malheureusement : le pétrole rend pauvres bon nombre de pays producteurs d’or noir. Ou, plus exactement, il n’enrichit que d’étroites oligarchies ou autocraties pétrolières, au détriment de la plus grande masse des populations concernées. Trop souvent, cette "malédiction du pétrole" creuse dramatiquement les inégalités et entretient la corruption. Pour le plus grand profit des (...)
... la suite
 En Ethiopie, la famine côtoie l’abondance

Alors que des millions de personnes sont gravement menacées de famine dans la Corne de l’Afrique, des investisseurs étrangers récoltent dans la même région des tonnes de céréales à destination de l’Asie ou des pays du Golf

Philipp Hedemann - 21 Juillet 2011 - swissinfo.ch/InfoSud - Il fait un peu moins de 40°C. Accroupi, un jeune garçon arrache la mauvaise herbe qui a poussé au milieu d’un champ de canne à sucre. Un Indien passe dernière lui en l’observant du coin de l’œil. Red a 8 ans et il gagne 80 centimes par jour de travail dans ce champ de l’ouest de l’Ethiopie. C’est moins cher que les pesticides. Le fermier indien devrait gagner des millions dans les trois années à venir, en exportant ces récoltes loin de (...)
... la suite
 Herboristeries : l’Europe s’en prend aux remèdes de mamie
Par Aurore Chaillou | Journaliste | 14/05/2011 | Adieu fougère, gui, buis… Sous le coup d’une directive européenne, ces remèdes ancestraux sont désormais bannis des rayons de la paisible herboristerie du Palais-Royal, à Paris. L’herboristerie est située rue des Petits-Champs, derrière les jardins du Palais. Dès l’entrée, de subtils arômes de tilleul, de miel, de verdure et de soleil vous transportent dans le Midi. De part et d’autre de la boutique, les sachets de tisane succèdent aux huiles (...)
... la suite
 Un rapport accable la reprise du port de Conakry par Bolloré
Par Augustin Scalbert | Rue89 | 18/05/2011 | Un rapport d’audit indépendant, commandé après la polémique consécutive à la brusque attribution de la concession du port de Conakry (Guinée) au groupe Bolloré, conclut que celui-ci a obtenu un « monopole portuaire privé » unique au monde, qui « serait préjudiciable pour l’économie guinéenne » et « sera probablement contesté » par le FMI et la Banque mondiale. Le groupe Bolloré conteste ces conclusions, et parle de « rapport à charge ». Rue89 en a obtenu copie (La (...)
... la suite
 Congo : 25 millions d’hectares de forêts menacés à long terme
Greenpeace, le 23 février 2011 - Greenpeace est extrêmement inquiète suite à l’annonce faite par le Ministre congolais de l’Environnement, José Endundo. Le gouvernement congolais vient en effet de légaliser 15 nouveaux titres forestiers dans les forêts tropicales du Congo et envisage de lever prochainement le moratoire existant dans le pays sur l’expansion de l’industrie forestière. A terme, au vu des précédentes communications du ministre sur le sujet, ce sont au total 25 millions d’hectares de forêts (...)
... la suite
 Glencore : comment une multinationale pille l’Afrique avec la complicité de l’Europe
Bastamag - 11 janvier 2011 - Agnès Rousseau - Mise en danger de la population, dégradation de l’environnement, pillage des ressources minières, évasion fiscale et transferts douteux via des paradis fiscaux… tel est le bilan en Zambie de la multinationale suisse Glencore. Avec la bénédiction de la Banque européenne d’investissement, qui finance ses activités. Comment l’Europe et la France sponsorisent la guerre économique et la destruction d’un territoire d’Afrique ? Enquête sur un scandale financé sur (...)
... la suite
 Planter des arbres pour polluer tranquille, la fausse bonne idée
Rue89 - Sylvain Angerand - chargé de campagne "forêt" - Les Amis de la Terre - 12/12/2010 A Cancùn, si les négociations sont sorties de l’impasse, c’est au prix de nombreux sacrifices. Les pays riches refusent de réduire leur pollution ? Pas grave, ils pourront la compenser. Mais acheter le droit de polluer si l’on plante ou sauve des forêts est une fausse bonne idée. Voici pourquoi. En grandissant, un arbre absorbe du dioxyde de carbone, l’un des principaux gaz à effet de serre. C’est pour ça que (...)
... la suite
 Socapalm au Cameroun, l’épine du groupe Bolloré

Spoliation, pollution et « climat de terreur » : l’édifiante enquête associative sur la plantation de palmiers

Rue89, David Servenay, 07/12/2010 - Après les enquêtes journalistiques, un collectif d’associations dévoile trois ans d’enquête sur la Socapalm, la plus importante plantation de palmiers du Cameroun. Une société, contrôlée par les groupe Bolloré et Fabri, aux pratiques sociales et environnementales contestées. Rue89 a lu le dossier. Quatre associations ont regroupé leurs forces pour enquêter sur les pratiques de la Socapalm : - deux au Cameroun, le Centre pour le développement et l’environnement (...)
... la suite
 Des palmiers et des hommes : Comment la SOCAPALM viole les droits sociaux et environnementaux des communautés locales
Par Sherpa - 7 décembre 2010 - Misereor (Allemagne), le Centre pour l’environnement et le développement (Cameroun), la FOCARFE (Cameroun) et l’association SHERPA (France) publient ce jour un rapport qui dresse le bilan de la privatisation de la SOCAPALM (Société Camerounaise de Palmeraies), la plus importante exploitation d’huile de palme au Cameroun. Avant l’installation de la SOCAPALM, la région était couverte d’une forêt pluviale de type guinéo-congolais exceptionnellement riche en biodiversité. (...)
... la suite
 Contre-Bilan du Grenelle de l’environnement
Agir Pour L’environnement - jeudi 4 novembre 2010 Mardi 02 novembre 2010, le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo rend un rapport « indépendant » d’évaluation du Grenelle de l’environnement. L’association Agir pour l’Environnement s’étonne qu’un rapport d’évaluation puisse être effectué sans auditer les associations de protection de l’environnement. A quelques jours d’un remaniement ministériel annoncé, l’association Agir pour l’Environnement n’est pas dupe de la manœuvre qui, sous couvert de bilan « (...)
... la suite
 Areva et Gabon créent un "observatoire de la santé" sur un ex-site d’uranium

... sous le pression des ONG

Romandie News - 20 octobre 2010 - Libreville - Le groupe nucléaire français Areva, l’Etat gabonais et d’anciens travailleurs miniers ont créé mardi un "Observatoire de la santé de Mounana" (sud-est du Gabon), notamment pour définir "l’impact de l’activité minière" sur cet ancien site d’exploitation de l’uranium. "C’est une première mondiale. C’est la première fois qu’un industriel s’engage sur une surveillance sanitaire des anciens salariés" de sites miniers, a déclaré à la presse à Libreville le directeur (...)
... la suite
 Ces multinationales européennes qui pillent les ressources des pays du Sud

Quelques noms et projets précis et quelques liens pour connaitre les noms de nos ennemis

Blog Le Monde - Mercredi 20 octobre 2010 “Toutes les cinq secondes, c’est l’équivalent du poids d’une Tour Eiffel de ressources naturelles qui est prélevé des écosystèmes et des mines.” C’est à partir de ce constat alarmant que des associations écologistes et de solidarité internationale, des syndicats et des chercheurs, coordonnés par le Centre de recherche et d’information pour le développement (Crid), lancent, ce samedi, la campagne “Une seule planète” pour une gestion durable et équitable des (...)
... la suite
 Les « diamants de sang » nourrissent les régimes africains corrompus

Le régime de contrôle de Kimberley ne parvient pas à réguler le négoce des gemmes douteuses

Le Monde, 7 Août 2010 - En Afrique, les diamants ne sont plus les amis des seigneurs de la guerre. Nombre des conflits alimentés par le trafic de ces précieuses gemmes sur le continent noir - en Sierra Leone ou au Liberia - sont terminés ou apaisés. En atteste l’actuel procès de l’ancien chef libérien Charles Taylor, jugé pour crimes de guerre et soupçonné d’avoir pris une part active au trafic de « diamants du sang ». En revanche, il ne manque pas de régimes violents ou corrompus pour perpétrer le (...)
... la suite
 Processus de Kimberley : Mettre un terme au commerce des diamants au Zimbabwe

Malgré les promesses de réforme, des soldats zimbabwéens commettent de nouvelles exactions

HRW, 21 Juin 2010 - Tel Aviv - Le gouvernement du Zimbabwe a failli à sa promesse d’agir contre les pratiques abusives dans ses mines de diamants - engagement pris dans le cadre du plan de travail relatif au Système de certification du processus de Kimberley (SCPK) - et devrait donc être officiellement exclu de ce processus, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport de 16 pages publié aujourd’hui. Les participants au processus de Kimberley (les gouvernements, l’industrie du diamant, et les (...)
... la suite
 Les marées noires oubliées du delta du Niger

Depuis cinquante ans et dans le plus grand silence, le pétrole brut se déverse en flots continus et pollue cette région. En comparaison, la catastrophe du golfe du Mexique semble surmédiatisée.

Courrier international - 03.06.2010 | John Vidal | The Guardian _______________________________________ Encadré : Contrats Le Nigeria, huitième pays exportateur de pétrole brut, a signé, mi-mai, avec une entreprise d’Etat chinoise un contrat de 23 milliards de dollars (18,9 milliards d’euros) pour construire trois raffineries, qui devraient à terme produire l’équivalent de 750 000 barils par jour, et un complexe pétrochimique. Fin 2009, la compagnie nationale pétrolière chinoise avait mis sur la table (...)
... la suite
 Les fonds volés par les dictateurs à leur propre pays représentent entre 20 et 40 milliards de dollars par an
Le Monde | 09.06.10 | Alain Faujas On estime que le général Sani Abacha, qui dirigea le Nigeria d’une main de fer de 1993 à 1998, détourna entre 3 et 5 milliards de dollars durant sa dictature. Une sorte de record ! "Il procédait de deux façons, explique Ngozi Okonjo-Iweala, directrice du Groupe de la Banque mondiale et ancienne ministre des finances du Nigeria. Soit il faisait gonfler les marchés publics pour s’approprier la différence, soit il allait directement se servir à la banque centrale de (...)
... la suite
 Une société d’Etat française "empoisonne" des pauvres

Ou quand Areva met en danger la vie des Nigériens

Paris, Julio Godoy , 15 avril 2010 (IPS) - Des études menées récemment par Greenpeace affirment que les déclarations publiques de décontamination des zones peuplées près des mines d’uranium au Niger, faites par la société d’Etat française Areva, sont fausses. Une forte radioactivité existe toujours dans les villes et les zones rurales à proximité des mines, touchant environ 80.000 personnes, selon l’ONG. Lorsque l’uranium a été découvert dans cet Etat pauvre d’Afrique de l’ouest dans les années 1960, (...)
... la suite
 Les achats de terres cultivables s’accélèrent dans le monde
LaCroix , 10 Mars 2010 - D’après un rapport de l’ONU, les investisseurs étrangers ont acquis près de 20 millions d’hectares de terres arables dans les pays en développement Ruée sur les surfaces agricoles. À Madagascar, une société indienne, Varun International, a loué, ces dernières années, 465 000 hectares de terres pour cultiver du riz destiné au marché indien. Au Mali, les autorités ont concédé 100 000 hectares aux Libyens, là encore pour la production de riz. Au Soudan, la Corée du Sud a acquis 690 (...)
... la suite
 Le franc CFA, un outil de contrôle politique et économique sur les pays africains de la zone franc
22 mars 2010 - Survie La zone franc et le franc CFA, un système hérité de la colonisation. La zone franc et sa monnaie le franc CFA constituent le seul système monétaire colonial au monde à avoir survécu à la décolonisation. La mise en place progressive de ce système est le résultat de choix stratégiques de la France mettant l’entreprise de colonisation au service des intérêts économiques français. Les monnaies africaines sont supprimées et des banques privées appartenant aux colons mais contrôlées par (...)
... la suite
 Bolloré poursuit France Inter « pour l’exemple »

Un procès d’un autre âge dans lequel un esclavagiste se fait passer pour un bienfaiteur

Rue89 | 13/03/2010 | Par David Servenay | Compte-rendu d’audience « Lorsque nous avons compris qu’une campagne de presse était lancée contre le groupe, Vincent a décidé d’y mettre un terme en attaquant. » Tapi au fond de la salle d’audience, le communicant Michel Calzaroni ne cache rien de la volonté de son client. En poursuivant en diffamation France Inter, Vincent Bolloré veut faire « un exemple ». En décembre, nous avions raconté la première audience de ce procès. Mercredi et jeudi, le tribunal a (...)
... la suite
 Ruée vers les terres “libres” d’Afrique
La conférence de Copenhague a rappelé que nous vivions dans un monde fini, que les ressources de la planète étaient limitées. La crise alimentaire mondiale, les nouveaux besoins des pays émergents qui consomment plus de viande que dans le passé, l’engouement pour les biocarburants, ont soudain aiguisé l’appétit pour les terres cultivables encore disponibles. Alors que la population mondiale a triplé depuis 1945, la production de céréales ne cesse de chuter : en 1999, les réserves mondiales de grains (...)
... la suite
 Bolloré attaque France Inter et se retrouve sur la défensive
Par David Servenay | Rue89 | 16/12/2009 | 18H08 Un procès en diffamation est souvent plein de surprises. Mardi, la XVIIe chambre du tribunal de Paris a examiné la plainte du groupe Bolloré contre une enquête de France Inter intitulée « Cameroun : l’empire noir de Vincent Bolloré ». Rue89 a suivi cette audience boomerang où l’attaquant s’est retrouvé en position de défenseur. La présidente et ses deux assesseurs ont hésité 30 minutes. Un délibéré pour finalement décider d’entendre quatre témoins, cités (...)
... la suite
 "The Rape of a Nation"

By Marcus Bleasdale

Mediastorm, Février 2008 - The Democratic Republic of Congo (DRC) is home to the deadliest war in the world today. An estimated 5.4 million people have died since 1998, the largest death toll since the Second World War, according to the International Rescue Committee (IRC). IRC reports that as many as 45,000 people die each month in the Congo. Most deaths are due to easily preventable and curable conditions, such as malaria, diarrhea, pneumonia, malnutrition, and neonatal problems and are (...)
... la suite