CPI - OSI Bouaké
Accueil du site > Mots-clés > Glossaire > CPI

CPI


    Après Daech, quel accueil pour les mères et les enfants revenants ?

    Plaidoyer pour une société tutrice de résilience et de citoyenneté

    The conversation, 22 aout 2017 - Séraphin Avala - L’Europe comptait, début 2017, 2 500 djihadistes en Syrie et en Irak. Près de 700 Français et 500 Belgescombattaient alors encore pour Daech. Après les défaites importantes sur le terrain militaire, la question du retour des familles combattantes est un défi politique, policier, juridique, mais aussi éthique, philosophique et éducatif. Elles s’appellent Marie, Sonia, Henda, Sophie, Laura ou Julie. Musulmanes de naissance ou converties, portant le (...)
    ... la suite

    Darfour, juste un mot, ils tuent et ils violent

    Abandon politique total, silence médiatique absolu

    Libération - 18 décembre 2014 - Tribune de Richard Rossin - L’ONU ne compte plus les morts au Darfour. Pourtant, rien n’a cessé. Au Darfour, dans le silence médiatique et le murmure diplomatique, les massacres continuent. La situation est tellement intolérable que l’ONU ne totalise plus les morts, le compteur a été bloqué en 2008. Pourtant, rien n’a cessé. Parfois, un entrefilet signale une attaque, un bombardement, des morts, des viols. Mais on répète sempiternellement depuis 2008 : 300 000 morts et (...)
    ... la suite

    Jugement à hauts risques pour la Cour pénale internationale

    Ouverture du procès de William Ruto aujourd’hui

    La Libre Be - AFP - 8 septembre 2013 - Pour la première fois de son histoire, la CPI va juger un haut dirigeant en fonction : William Ruto, 46 ans, accusé d’avoir fomenté les violences ayant meurtri le Kenya après la réélection contestée du président Mwai Kibaki fin décembre 2007. Le procès pour crimes contre l’humanité du vice-président kényan William Ruto (à droite sur la photo, aux côtés de Uhuru Kenyatta, président du Kenya) doit s’ouvrir mardi à La Haye devant la Cour pénale internationale, une (...)
    ... la suite

    Le Kenya se fait le porte-parole des Etats africains opposés à la CPI

    (Les Etats ne sont pas les peuples)

    Le Monde - 7 septembre 2013 - Stéphanie Maupas, La Haye Correspondance - Le Parlement kényan demande le retrait du pays de la Cour pénale internationale Cinq jours avant l’ouverture du procès de William Ruto, le vice-président du Kenya, le 10 septembre, et deux mois avant celui du chef de l’Etat, Uhuru Kenyatta, Nairobi s’apprête à rompre avec la Cour pénale internationale (CPI). Les deux hommes sont poursuivis, comme le journaliste Joshua Sang, pour crimes contre l’humanité commis après l’élection (...)
    ... la suite

    Justice denied for Lubanga’s victims

    Traité de Rome : Pour un amendement afin de criminaliser le recours aux enfants de moins de 18 ans dans les conflits armés.

    The Hague - 2013/06/12 - By Robert Atcheson - When Thomas Lubanga Dyilo was convicted and sentenced on 14 March 2012 for conscripting, enlisting and using child soldiers many hailed the decision as historic. Historic because it was the first conviction for the relatively new International Criminal Court, but also because it meant the healing process could begin for the victims who survived the atrocities committed by Lubanga and his followers. However, not all of Lubanga’s victims were able (...)
    ... la suite

    Affaire Lubanga : la version française du verdict est désormais en ligne

    OSI Bouaké - 15 septembre 2012 - SD - Le texte du jugement de Thomas Lubanga Dyilo par la CPI, rendu le 14 mars 2012 par la chambre de première instance. Vous trouverez ci-dessous les différentes pièces du jugement rendu conformément à l’article 74 du statut : ICC-01/04-01/06-2842 - JUGEMENT - Traduction en français du texte original en anglais ICC-01/04-01/06-2842-AnxA - ANNEXE A - Traduction en français du texte original en anglais ICC-01/04-01/06-2842-AnxB - ANNEXE B - Traduction en français du (...)
    ... la suite

    Face à l’ingérence du Rwanda en RDC, les pays occidentaux réduisent leurs aides

    Le Monde.fr | 10.08.2012 | Par Aymeric Janier L’heure n’est plus à la flagornerie. Ni aux échanges diplomatiques doucereux et policés. Depuis qu’un rapport d’experts des Nations unies (télécharger en ligne sur le site de l’ONU), rendu public le 27 juin, a explicitement accusé le Rwanda de déstabiliser la République démocratique du Congo (RDC) voisine par le truchement d’armes, de munitions et de combattants, le "pays des mille collines" est victime d’un désamour patent de la part de ses principaux (...)
    ... la suite

    Destruction des mausolées de Tombouctou : un "crime de guerre" selon la CPI

    Le Monde.fr avec AFP - 01 Juillet 2012 - La ville de Tombouctou, inscrite jeudi sur la liste du patrimoine mondial en péril par l’Unesco à la demande du gouvernement malien, va-t-elle subir le même sort que les majestueux Bouddhas de Bamyan, en Afghanistan, qui n’ont pas survécu aux talibans et à leurs alliés d’Al-Qaida ? Située à environ 1 000 km au nord de Bamako, Tombouctou est contrôlée depuis le 1er avril par des groupes armés, dont des djihadistes. Surnommée "la cité des 333 saints" ou plus (...)
    ... la suite

    Vers la création d’une cour pénale africaine ?

    Johannesbourg, 14 juin 2012 (IRIN) - Le différend de longue date qui oppose l’Union africaine (UA) et la Cour pénale internationale (CPI) en raison d’un supposé parti pris a conduit l’UA à promouvoir la création d’une cour pénale africaine, mais les experts pensent qu’elle pourrait entraver, et non favoriser, la justice internationale. « L’Afrique veut juger les dirigeants africains pour les crimes commis sur le sol africain », a dit à IRIN Alan Wallis, un avocat spécialiste de la justice (...)
    ... la suite

    Charles Taylor condamné à 50 ans de prison par la justice internationale

    L’ex-Président du Liberia Charles Taylor a été condamné ce mercredi, à La Haye, par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSS) à cinquante ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité durant la guerre civile sierra-léonaise qui a fait 120 000 morts.

    Afrik.com - 30 mai 2012 - par Assanatou Baldé Charles Taylor est désormais fixé sur son sort. L’ex-chef d’Etat du Liberia a été condamné à cinquante ans de prison par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSS) à La Haye, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Des crimes commis entre 1991 et 2001, durant la guerre civile sierra-léonaise, qui a fait 120 000 morts et des milliers de mutilés. Il avait déjà été reconnu coupable le 26 avril par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone. Le (...)
    ... la suite

    Kinshasa et Kigali doivent mettre fin à l’impunité des criminels de guerre congolais

    Le Monde 22 Mai 2012 - par Clément Boursin Au moins deux criminels de guerre congolais séjournent au Rwanda sans être inquiétés par la justice... Le colonel Laurent Nkunda, ex-chef du Conseil national pour la défense du peuple (CNDP), est en résidence surveillée et ne semble faire l’objet d’aucune poursuite judiciaire depuis son arrestation le 22 janvier 2009. Quand il était officier supérieur du Rassemblement congolais pour la démocratie-Goma (RCD-Goma), puis chef du CNDP, ses soldats ont violé, (...)
    ... la suite

    Charles Taylor jugé coupable de crimes contre l’humanité

    L’ancien président du Liberia a été reconnu coupable hier de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre en Sierra Leone.

    La Croix.com - 26 avril 2012 - François d’Alançon Quel a été le verdict prononcé contre Charles Taylor ? « La chambre vous reconnaît coupable d’avoir aidé et encouragé la commission des crimes suivants », a déclaré hier le juge Richard Lussick avant d’énumérer 11 chefs d’accusation, dont « viol » , « meurtre » et « actes inhumains » , lors d’une audience à Leidschendam, près de La Haye, devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL). Le juge avait annoncé peu auparavant que Charles Taylor était « (...)
    ... la suite

    Les proies de la CPI

    La Cour pénale internationale a lancé vingt mandats d’arrêt au total. Parmi eux, cinq poids lourds.

    Libération - 13/03/12 - Par C.B. Chargée depuis son entrée en fonction en 2003 de juger les auteurs présumés de génocides, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, la Cour pénale internationale (CPI), basée à La Haye (Pays-Bas), a lancé vingt mandats d’arrêt au total, tous dans sept pays d’Afrique. Le premier de ces mandats visait le chef de milice congolais Thomas Lubanga, accusé d’enrôlement d’enfants soldats, qui sera fixé sur son sort ce mercredi. Parmi les autres suspects toujours poursuivis, (...)
    ... la suite

    La CPI déclare Thomas Lubanga coupable de crimes de guerre

    L’ex-chef de milice congolais est jugé coupable d’avoir enrôlé des enfants dans son groupe. Sa peine sera connue ultérieurement.

    Libération, 14 Mars 2012 - L’ancien chef de milice de République démocratique du Congo (RDC) Thomas Lubanga a été reconnu coupable ce mercredi de crimes de guerre, pour avoir utilisé des enfants soldats, par la Cour pénale internationale (CPI) qui rendait son premier jugement (à télécharger ci-dessous en pdf). « La chambre a conclu à l’unanimité que l’accusation a prouvé au-delà de tout doute raisonnable que Thomas Lubanga est coupable des crimes de conscription et d’enrôlement d’enfants de moins de 15 ans (...)
    ... la suite

    Lubanga, premier coupable de la Cour pénale internationale

    Dix ans après sa création, et malgré une instruction difficile, la CPI rend aujourd’hui son premier verdict dans le procès du milicien congolais.

    Libération - 14 mars 2012 - Par Maria Malagardis - C’est un jour historique pour la justice internationale : dix ans après sa création, la Cour pénale internationale (CPI) rend aujourd’hui son premier verdict. Un seul procès achevé depuis 2002 ? Voilà qui peut sembler inquiétant pour une juridiction qui ambitionne de poursuivre les crimes « qui menacent la paix, la sécurité et le bien-être du monde », selon ses statuts. Première véritable juridiction internationale indépendante, la CPI a été créée pour (...)
    ... la suite

    Justice internationale : premier jugement de la CPI le 14 mars, contre le Congolais Lubanga

    Le Nouvel observateur - 29 février 2012 - La Cour pénale internationale a annoncé mercredi qu’elle rendrait le 14 mars son jugement dans le procès de l’ancien chef de milice de République démocratique du Congo (RDC) Thomas Lubanga, le premier depuis l’entrée en fonction de la cour en 2003. Poursuivi pour crimes de guerre, Thomas Lubanga, 51 ans, est accusé d’enrôlement et de conscription d’enfants de moins de 15 ans qu’il aurait fait participer activement à la guerre civile en Ituri, une région du (...)
    ... la suite

    Côte d’Ivoire : après Gbagbo, Soro et les comzones à la CPI ?

    JeuneAfrique - Pascal Airault - 29/02/2012 - Mauvaise nouvelle pour les acteurs de l’ex-rébellion ivoirienne : les investigations de la Cour pénale internationale (CPI) vont être étendues aux crimes commis depuis le 19 septembre 2002. Pour la défense de Laurent Gbagbo, c’est une victoire. Les investigations de la Cour pénale internationale (CPI) en Côte d’Ivoire vont être étendues aux crimes commis depuis le 19 septembre 2002, date de la tentative de renversement de l’ancien président ivoirien. « Nous (...)
    ... la suite

    Procès Lubanga : "Un moment décisif pour la justice internationale" selon HRW

    Afrikarabia, 29 Fevrier 2012 - Le 14 mars prochain, la Cour pénale internationale (CPI) doit rendre son premier verdict dans l’affaire du chef rebelle congolais Thomas Lubanga. Une décision très attendue par de nombreuses ONG, à l’image d’Human Rights Watch (HWR) qui considère ce verdict comme "un moment crucial pour la justice internationale". Un procès qui a permis d’attirer "une attention considérable sur le problème des enfants soldats". A moins de deux semaines du verdict de la CPI sur l’affaire (...)
    ... la suite

    La Gambienne Fatou Bensouda élue procureure de la CPI

    LeMonde.fr avec AFP | 12.12.11 | La Gambienne Fatou Bensouda succédera en juin à Luis Moreno-Ocampo, qui vient de passer neuf années à la tête de la CPI La Gambienne Fatou Bensouda, 50 ans, a été élue lundi 12 décembre nouvelle procureure de la Cour pénale internationale (CPI) par les 120 Etats membres de ce tribunal chargé de juger à travers le monde les auteurs de génocide ou de crimes de guerre. Elle succédera en juin à Luis Moreno-Ocampo, resté pendant neuf ans à la tête de la CPI. Il y avait en (...)
    ... la suite

    Laurent Gbagbo soupçonné de quatre chefs de crimes contre l’humanité

    Libération - 30/11/11 L’ancien président ivoirien a été transféré et incarcéré cette nuit à la Cour pénale internationale de La Haye. Il ne sera « pas le dernier » à y rendre compte de ses actes, a prévenu l’institution. L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, incarcéré dans la nuit de mardi à mercredi au centre de détention de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye est soupçonné de quatre chefs de crimes contre l’humanité, a annoncé mercredi la cour. "Laurent Gbagbo aurait engagé sa responsabilité (...)
    ... la suite

    Les fantômes de Duékoué, un défi pour M. Ouattara

    LeMonde | 13.04.11 | Duékoué (Côte d’Ivoire), Envoyé spécial - Du village de Niambli, à 3 kilomètres de Duékoué, il ne reste que quelques pans de murs en torchis calcinés. Aucune âme qui vive. Après le énième barrage des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) du président Alassane Ouattara ; une fois passé devant la base de casques bleus de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci), le même spectacle est visible dans les faubourgs de Duékoué depuis la route nationale. Le quartier du Carrefour (...)
    ... la suite

    Massacre à Duékoué : "Une enquête impartiale de la justice internationale est nécessaire"

    Questions du Monde à Florent Geel, responsable Afrique de la FIDH

    LeMonde.fr | 07.04.11 | Propos recueillis par Aline Leclerc | Après le massacre de grande ampleur perpétré à Duékoué les 29 et 30 mars, seule la mission des Nations unies (Onuci) a désigné les Forces républicaines (FRCI) pro-Ouattara comme responsables de "la plupart" des exécutions commises dans cette ville de l’Ouest. Les ONG, elles, restent prudentes et évoquent plusieurs pistes. Elles plaident pour une enquête indépendante, menée par la Cour pénale internationale. Florent Geel est responsable (...)
    ... la suite

    En Ouganda, la difficile réintégration des enfants soldats

    Rue89 - Par Arnaud Bebien | Journaliste | 07/03/2011 (De Kampala, Ouganda) Les rebelles ougandais de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) continuent d’opérer impunément. Boutés hors de l’Ouganda en 2006 par le Président Yoweri Museveni, ils se sont « réfugiés » dans les pays voisins, en République démocratique du Congo (RDC), au Sud-Soudan, et en République centrafricaine. Saccages, pillages, viols et assassinats, telle est la vie des fidèles prédateurs de Joseph Kony, visé par un mandat d’arrêt (...)
    ... la suite

    Côte d’Ivoire : Les forces pro-Gbagbo enlèvent des opposants

    Les disparitions et les meurtres pourraient relever de la compétence de la Cour pénale internationale

    Human Rights Watch - Dakar - 23 Décembre 2010 - Les forces de sécurité liées à Laurent Gbagbo se livrent à des enlèvements et à des « disparitions » de partisans de son rival, a indiqué Human Rights Watch aujourd’hui, citant des déclarations de nombreux témoins. Alassane Ouattara, le rival de Gbagbo, est largement considéré comme le vainqueur de l’élection présidentielle qui a eu lieu le mois dernier en Côte d’Ivoire. Les dirigeants ivoiriens qui ordonnent et encouragent pareilles violations graves des (...)
    ... la suite

    La chute finale du « petit Mobutu »

    Jean-Pierre Bemba, chef du Mouvement de libération du Congo, se voyait en héritier de l’ex-roi du Zaïre. Il est jugé aujourd’hui par la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité. Epilogue d’une carrière cousue d’or et de violences.

    Libération - 22/11/2010 - par Christophe Ayad Il faut l’avoir vu, Jean-Pierre Bemba, ce 27 juillet 2006, lorsqu’il a tenu pendant quelques heures Kinshasa dans le creux de sa main. Revenant de tournée électorale dans le vaste Congo, « Jean-Pierre » avait débarqué tel un gladiateur romain à l’aéroport de Ndjili. Puis, à bord d’un 4 x 4 entouré d’impressionnants gardes du corps, tous d’anciens miliciens dévoués à sa personne, il est descendu vers la ville au pas. Une marche de trois heures pour mieux (...)
    ... la suite

    RDC : Déni de justice internationale ?

    Goma, 17 août 2010 (IRIN) - Par une matinée comme les autres, de grande activité, à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, personne à la banque ne prête grande attention à Bosco Ntaganda et à ses gardes du corps. Les jours précédents ont été mouvementés pour le commandant rebelle converti en général de l’armée, qui a également assisté à des rencontres avec le gouverneur de la province et le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila. Cela n’a rien d’inhabituel, à une exception près : Bosco (...)
    ... la suite

    « Diamants de sang » : un ami de Naomi Campbell démissionne

    Par Caroline Venaille | Rue89 | 20/08/2010 Naomi Campbell peut respirer. L’un de ses amis sud-africains, Jeremy Ratcliffe, 74 ans et proche de Mandela, est en train d’endosser l’entière responsabilité de la « disparition » des diamants de sangs offerts en 1997 par l’ex-dictateur du Libéria Charles Taylor, jugé début août à la Haye pour crimes contre l’humanité. L’ami en question a démissionné mercredi de ses fonctions d’administrateur au sein de la Fondation Nelson Mandela pour l’enfance et de son poste au (...)
    ... la suite

    Et Naomi Campbell ressuscita le procès Taylor

    Le dernier sujet du 20h remontait à...janvier 2008

    Arrêt sur images - 06/08/2010 par Laure Daussy On avait oublié le procès de ce sanguinaire dictateur, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité durant la guerre au Sierra Léone de 1990 à 2001. Jusqu’à ce que les JT diffusent, tous, ce jeudi, des sujets de reportage sur l’audition de la top model Naomi Campbell, entendue au procès, qui renaît ainsi de ces cendres médiatiques. L’audience se poursuit depuis plus de deux ans, dans l’indifférence des journaux télévisés. Un sujet sur France 2, (...)
    ... la suite

    L’Union africaine attaque la CPI et ose piétiner la mémoire des victimes du Darfour !

    L’Union africaine entrave activement le travail de la CPI et protège El Béchir

    FIDH - Paris, Nairobi, Khartoum, Kampala, le 30 juillet 2010 La FIDH et ses organisations membres soudanaises, le African Center for Justice and Peace Studies (ACJPS) et le Sudan Human Rights Monitor (SUHRIM), déplorent vivement le refus de l’Union africaine (UA) de coopérer avec la Cour pénale internationale (CPI), exprimé à l’issue du 15ème Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement qui s’est tenu à Kampala en Ouganda, du 15 au 27 juillet 2010. L’UA réitère sa volonté de voir différer les (...)
    ... la suite

    Darfour - Quand la Cour pénale internationale défie la communauté internationale

    L’obstination de la CPI à poursuivre El Béchir est un défi courageux à la "realpolitik" de la communauté internationale

    Le Devoir, 29 Juillet 2010 - par Mahor Chiche Mahor Chiche est président de l’association Sauver Le Darfour et avocat au Barreau de Paris Dans son mandat d’arrêt en date du 4 mars 2009, la CPI a estimé qu’il existe des motifs raisonnables de soupçonner le président El-Béchir d’être pénalement responsable, en tant qu’auteur ou coauteur indirect, pour cinq chefs de crimes contre l’humanité et deux chefs de crimes de guerre. Dans son mandat d’arrêt en date du 4 mars 2009, la CPI a estimé qu’il existe des (...)
    ... la suite

    Cour pénale internationale : nouvelle victoire américaine

    Le Monde - 27/7/10 - La Haye (Pays-Bas) - Stéphanie Maupas Chargée de poursuivre les auteurs de génocides, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, la Cour pénale internationale (CPI) devrait, théoriquement, juger aussi les auteurs de crimes d’"agression". Mais il n’en est rien. Réunis, début juin, en Ouganda, pour amender le statut de la Cour, les 111 États qui ont ratifié son traité ont adopté une définition juridique à ce crime mais ont repoussé à sept ans au moins toute décision sur sa mise en (...)
    ... la suite

    L’ex-Khmer rouge Douch condamné à 35 ans de prison

    Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 26.07.10 Le tribunal mixte chargé de juger les crimes du régime khmer rouge a condamné l’ancien chef du centre de torture S-21, Kaing Guek Eav, dit "Douch", à trente-cinq ans de prison. Les procureurs avaient requis une peine d’emprisonnement de quarante ans contre l’ancien instituteur, aujourd’hui âgé de 67 ans. La peine capitale n’existe pas au Cambodge. Douch a été reconnu coupable de meurtres, tortures et crimes contre l’humanité. Plus de quatorze mille personnes (...)
    ... la suite

    La justice pénale internationale : l’apport des sciences humaines

    La vie des idées - 07-06-2010 - par Liora Israël Le développement d’une justice pénale internationale depuis les années 1990 a suscité travaux et controverses. Contre ceux qui dénoncent sans nuance une « justice des vainqueurs », jusqu’à donner voix au négationnisme, un ouvrage récent pose en termes empiriques la question des effets et de la réception de ces tribunaux sur les populations concernées. Télécharger ici La justice pénale internationale : l’apport des sciences humaines (PDF - 210.7 ko) par (...)
    ... la suite

    Il ne suffit pas d’avoir les juges. Il faut encore les lois qui leur permettent d’agir

    Réaction de la CFCPI à la tribune de M. Kouchner et Mme Alliot-Marie dans Le Monde du 7 janvier 2010

    CFCPI - 6 janvier 2010 La Coalition française pour la Cour Pénale Internationale (CFCPI) a pris connaissance de l’annonce par M. Kouchner et Mme Alliot-Marie de la création d’un pôle « génocides et crimes contre l’humanité » au tribunal de grande instance de Paris mais demande au gouvernement de faire en sorte qu’elle s’accompagne du vote de la loi adaptant le droit pénal au Statut de la CPI. La CFCPI veut croire les ministres lorsqu’ils écrivent que « la France ne sera jamais un sanctuaire pour les (...)
    ... la suite

    L’ONU dénonce "un crime contre l’humanité " en Guinée

    Le Monde | 21.12.09 | 10h11 | par Alain Frachon Des tirs en rafale sans sommation sur une manifestation politique pacifique réunie dans un stade. Des civils encerclés par l’armée et tués sur place à l’arme automatique, au poignard, à la baïonnette, tabassés à mort à coups de planches à clous. Des femmes violées par dizaines et atrocement mutilées, d’autres enlevées pour servir d’"esclaves sexuelles" dans les camps de l’armée et les villas des officiers… La commission de l’ONU sur les événements de Guinée (...)
    ... la suite

    “Je voudrais demander à la chambre de me libérer" : consternation au procès Douch

    27 novembre 2009 - Les carnets de Phnom Penh - par Arnaud Dubus (à Phnom Penh) Les soumissions finales du procès de Douch, l’ex directeur du centre de torture khmer rouge S 21, se sont terminées dans la confusion, lorsque l’accusé, qui a reconnu sa responsabilité dans l’exécution de plus de 12.000 détenus, a demandé vendredi sa libération aux juges. Son avocat cambodgien Kar Savuth avait déjà demandé l’acquittement de son client mercredi, mais des doutes subsistaient sur la position de l’accusé lui même. (...)
    ... la suite

    RCA / CPI : La FIDH appelle à la délivrance par la Cour pénale internationale d’autres mandats d’arrêt sur la situation en République centrafricaine

    FIDH - jeudi 5 novembre 2009 L’ancien président de la République et chef des armées, Ange-Félix Patassé, au pouvoir lorsque des crimes d’une extrême gravité, notamment des viols massifs, ont été commis contre la population civile en 2002/2003, revient en République centrafricaine (RCA) après 6 années d’exil au Togo. La FIDH souligne à cette occasion sa responsabilité présumée, ainsi que celle d’Abdoulaye Miskine, chef de l’Unité de la sécurité présidentielle, de Jean-Pierre Bemba Gombo, président du (...)
    ... la suite

    CPI : La recevabilité de l’affaire Germain Katanga confirmée en appel

    25 septembre 2009 – La Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) a rejeté vendredi l’appel interjeté par le chef de milice congolais Germain Katanga contre la décision rendue le 12 juin par la Chambre de première instance II, qui avait déclaré l’affaire le concernant recevable devant la CPI. Chef présumé du FRPI (Forces de résistance patriotiques en Ituri), Germain Katanga a été arrêté et transféré à la Cour en octobre 2007. En mars 2008, la Cour a décidé de joindre son affaire à celle du chef (...)
    ... la suite

    CPI/Jean-Pierre Bemba : la FIDH craint pour la sécurité des victimes et des témoins

    Infosud/Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) - 4 septembre 2009 A quelques jours de la tenue des audiences de la Cour pénale internationale (CPI) avec les Etats susceptibles d’accueillir Jean-Pierre Bemba Gombo, poursuivi pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre, la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) est très préoccupée du risque que pourrait représenter sa libération provisoire pour toutes les victimes et les témoins. Ces audiences (...)
    ... la suite

    Procès khmer rouge : quand la défense montre les dents

    Duch, ex-responsable de la prison S21 à Tuol Sleng, est sur le banc des accusés. Il s’agit du premier tribunal international qui offre une juridiction mixte, une défense forte et une partie civile constituée par des victimes. Mais de nombreuses lacunes demeurent.

    Ka-set - Carnet d’un tribunal - 24 août 09 - Phnom Penh, Carole Vann/Infosud Chaque matin, l’homme aux traits sino-khmer s’avance, flanqué de deux policiers, vers la salle d’audience. Joignant les deux mains, il se courbe pour saluer un parterre de paysans assis de l’autre côté d’une immense vitre blindée. Un sourire énigmatique fend son visage, laissant planer un indicible malaise. Nous sommes à Phnom Penh au sein des Chambres extraordinaires des Tribunaux Cambodgiens (CETC). Cette juridiction mixte (...)
    ... la suite

    Douch avait soif d’acceptation

    Traduction inédite d’un article cambodgien suite à la déposition des experts psychologues

    The Phnom Penh Post - Robbie Corey Boulet – 1er septembre 2009 – Traduit de l’anglais par Sandrine Dekens L’expert psychologue déclare que le désir de louange conduisait le chef du S21 L’homme qui a dirigé Tuol Sleng est un perfectionniste largement insensible, qui a souvent affiché une « absence de culpabilité » face à la mort des quelques 16 000 prisonniers du centre de torture, ont déclaré lundi deux témoins cités comme experts devant le tribunal des Khmers rouges. Cependant, Kaing Guek Eav alias (...)
    ... la suite

    Procès Thomas Lubanga : la présentation des preuves à décharge par la Défense prévue en septembre prochain

    Digitalcongo / Kinshasa, 18/07/2009 / Politique / Hygin Mandiangu (hyginzoka yahoo.fr) / MMC Thomas Lubanga Dyilo, dirigeant de l’UPC, serait, selon la CPI, responsable de crimes de guerre consistant en la conscription et l’enrôlement d’enfants de moins de 15 ans et le fait de les avoir fait participer activement à des hostilités en Rdc. Le chargé de communication de la Cpi/Rdc, Paul Madidi, a animé un point de presse vendredi à Kinshasa dans le cadre du 11ème anniversaire de l’adoption du Statut (...)
    ... la suite

    RDC : L’armée congolaise responsable de milliers de viols demeurés impunis

    Le Monde | 17.07.09 | 15h05 | Jean-Pierre Stroobants (correspondant à Bruxelles), et Christophe Châtelot (Paris) Elle a 15 ans et habite Kihonga, dans le Sud-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Elle a raconté l’inimaginable aux enquêteurs de l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch (HRW), qui l’ont inclus dans un rapport publié à Bruxelles, jeudi 16 juillet. (Ce rapport s’intitule "Les soldats violent, les commandants ferment les yeux. Violences sexuelles et (...)
    ... la suite

    Procès Thomas Lubanga : un témoin raconte que Ntaganda tuait des enfants soldats

    RACHEL IRWIN, REPORTER AUPRES DE L’IWPR A LA HAYE. Kinshasa, 17/07/2009 (LP/MCN, via mediacongo.net) Une spécialiste de protection de l’enfance a déclaré à la Cour pénale internationale cette semaine que le fugitif de la CPI Bosco Ntaganda avait exécuté une jeune recrue qui tentait de s’échapper. Christine Peduto, qui travaillait pour la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), témoignait au procès de Thomas Lubanga accusé du recrutement et de la conscription d’enfants (...)
    ... la suite

    L’Afrique rompt avec la justice internationale, pas le Botswana

    Rue89 - Par Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana - L’observateur paalga | 08/07/2009 | 14H34 Le 2 juillet, à la faveur du treizième sommet de l’Union africaine (UA), une quinzaine de chefs d’Etat ont décidé à Syrte de ne pas « coopérer avec la CPI dans le dossier Omar El Béchir » . Autrement dit, que la Cour pénale internationale ne compte pas sur eux pour arrêter le président soudanais, qui est accusé de « crimes de guerre et de crimes contre l’humanité ». Curieuse et étonnante décision de leur part, puisque (...)
    ... la suite

    RD Congo : pour son premier procès, la Cour pénale internationale s’attaque à l’utilisation des enfants soldats

    26 janvier 2009, Human rights watch Le procès de la Cour pénale internationale (CPI) contre Thomas Lubanga Dyilo, qui s’ouvrira lundi 26 janvier 2009 à La Haye, représente une étape marquante dans les efforts menés afin de punir et mettre fin à l’utilisation des enfants dans des opérations militaires, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. Au même moment, toutefois, un autre chef de guerre congolais, Bosco Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale, est toujours libre. Lubanga, ancien (...)
    ... la suite