Sierra Leone - OSI Bouaké
Accueil du site > Mots-clés > Pays > Sierra Leone

Sierra Leone


    Ebola. 1er août 2014, la guerre africaine est officiellement déclarée

    1 août 2014 - Jean-Yves Nau - Agence France Presse, BBC, CNN, New York Times - Des images (symboliques). Des mots (puissants). De l’argent (autant que possible). Et le retour des anciens combattants. Aucun doute : ce vendredi 1er août la guerre contre Ebola est officiellement déclarée. Cela prendra la forme d’un « sommet régional » organisé à Conakry en présence des chefs d’Etat de Guinée, Liberia, Sierra Leone et Côte d’Ivoire. Avec 100 millions de dollars à la clef. L’affaire est rapportée par l’AFP (...)
    ... la suite

    Pillage : Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l’accaparement de terres

    Basta, Nadia Djabali - 10 octobre 2012 - Alors que 868 millions de personnes souffrent de sous-alimentation, selon l’Onu, l’accaparement de terres agricoles par des multinationales de l’agrobusiness ou des fonds spéculatifs se poursuit. L’équivalent de trois fois l’Allemagne a ainsi été extorqué aux paysans africains, sud-américains ou asiatiques. Les plantations destinées à l’industrie remplacent l’agriculture locale. Plusieurs grandes entreprises françaises participent à cet accaparement, avec la (...)
    ... la suite

    Charles Taylor condamné à 50 ans de prison par la justice internationale

    L’ex-Président du Liberia Charles Taylor a été condamné ce mercredi, à La Haye, par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSS) à cinquante ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité durant la guerre civile sierra-léonaise qui a fait 120 000 morts.

    Afrik.com - 30 mai 2012 - par Assanatou Baldé Charles Taylor est désormais fixé sur son sort. L’ex-chef d’Etat du Liberia a été condamné à cinquante ans de prison par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSS) à La Haye, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Des crimes commis entre 1991 et 2001, durant la guerre civile sierra-léonaise, qui a fait 120 000 morts et des milliers de mutilés. Il avait déjà été reconnu coupable le 26 avril par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone. Le (...)
    ... la suite

    Les populations indigènes d’Afrique et d’Asie contestent le projet Socfin/Bolloré

    Le Monde - 22.05.2012 - Frédéric Mousseau, directeur politique du Oakland Institute Les tribus Bunong du Cambodge, les pygmées Bagyeli du Cameroun et les villageois de la chefferie de Malen en Sierra Leone ont une chose en commun : ils sont tous aux prises avec le développement de plantations industrielles de palmiers à huile et d’hévéas par des filiales de Socfin (Société Financière des Caoutchoucs), une société dont le principal actionnaire est le groupe Bolloré, détenu par l’homme d’affaires (...)
    ... la suite

    Charles Taylor jugé coupable de crimes contre l’humanité

    L’ancien président du Liberia a été reconnu coupable hier de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre en Sierra Leone.

    La Croix.com - 26 avril 2012 - François d’Alançon Quel a été le verdict prononcé contre Charles Taylor ? « La chambre vous reconnaît coupable d’avoir aidé et encouragé la commission des crimes suivants », a déclaré hier le juge Richard Lussick avant d’énumérer 11 chefs d’accusation, dont « viol » , « meurtre » et « actes inhumains » , lors d’une audience à Leidschendam, près de La Haye, devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL). Le juge avait annoncé peu auparavant que Charles Taylor était « (...)
    ... la suite

    Des militants africains racontent leur combat pour l’amélioration de la santé maternelle

    Amnesty International - 20 septembre 2010 - Les derniers chiffres publiés par les Nations unies le 15 septembre révèlent que les dirigeants du monde ont bien du mal à tenir la promesse qu’ils ont faite de réduire la mortalité maternelle de 75 % d’ici 2015. Pour les militants sierra-léonais, la lenteur des progrès est loin d’être une surprise. « Beaucoup de gens ne comprennent pas que la santé maternelle est une question qui relève des droits humains et il y a tant d’autres facteurs qui contribuent à ces (...)
    ... la suite

    Les « diamants de sang » nourrissent les régimes africains corrompus

    Le régime de contrôle de Kimberley ne parvient pas à réguler le négoce des gemmes douteuses

    Le Monde, 7 Août 2010 - En Afrique, les diamants ne sont plus les amis des seigneurs de la guerre. Nombre des conflits alimentés par le trafic de ces précieuses gemmes sur le continent noir - en Sierra Leone ou au Liberia - sont terminés ou apaisés. En atteste l’actuel procès de l’ancien chef libérien Charles Taylor, jugé pour crimes de guerre et soupçonné d’avoir pris une part active au trafic de « diamants du sang ». En revanche, il ne manque pas de régimes violents ou corrompus pour perpétrer le (...)
    ... la suite

    « Diamants de sang » : un ami de Naomi Campbell démissionne

    Par Caroline Venaille | Rue89 | 20/08/2010 Naomi Campbell peut respirer. L’un de ses amis sud-africains, Jeremy Ratcliffe, 74 ans et proche de Mandela, est en train d’endosser l’entière responsabilité de la « disparition » des diamants de sangs offerts en 1997 par l’ex-dictateur du Libéria Charles Taylor, jugé début août à la Haye pour crimes contre l’humanité. L’ami en question a démissionné mercredi de ses fonctions d’administrateur au sein de la Fondation Nelson Mandela pour l’enfance et de son poste au (...)
    ... la suite

    Sierra Leone : les people au secours de la justice internationale

    Mediapart - 10 Août 2010 - Par Thomas Cantaloube Il est facile d’ironiser sur l’aspect télé-réalité des témoignages de Naomi Campbell et de Mia Farrow devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) à La Haye (Pays-Bas). On peut aussi regretter qu’il faille attendre que des people soient convoqués à la barre (et livrent des récits contradictoires), pour que le monde s’intéresse à un procès majeur, en cours depuis deux ans, celui de Charles Taylor, l’ancien président du Liberia accusé de crimes (...)
    ... la suite

    Et Naomi Campbell ressuscita le procès Taylor

    Le dernier sujet du 20h remontait à...janvier 2008

    Arrêt sur images - 06/08/2010 par Laure Daussy On avait oublié le procès de ce sanguinaire dictateur, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité durant la guerre au Sierra Léone de 1990 à 2001. Jusqu’à ce que les JT diffusent, tous, ce jeudi, des sujets de reportage sur l’audition de la top model Naomi Campbell, entendue au procès, qui renaît ainsi de ces cendres médiatiques. L’audience se poursuit depuis plus de deux ans, dans l’indifférence des journaux télévisés. Un sujet sur France 2, (...)
    ... la suite

    Accès gratuit aux soins : la Sierra Leone montre la voie

    La Croix - 4 Mai 2010 - Luc Latnprière, Pierre Salignon, Annick Jeantet et Geneviève Garrigos [1] Le 27 avril dernier, la Sierra Leone a officiellement lancé sa nouvelle politique d’accès gratuit aux soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans. C’est une date symbolique, l’anniversaire de l’indépendance du pays, qu’a choisie le gouvernement pour éliminer l’une des principales barrières privant les personnes vulnérables et démunies de services de santé de base. Cette décision doit (...)
    ... la suite

    Devant le Tribunal spécial, Charles Taylor se présente comme un homme de paix

    Compte rendu | Le Monde | 14.07.09 | 15h15 | Stéphanie Maupas | Correspondante à La Haye Courtenay Griffiths a plaidé avec passion l’innocence de Charles Taylor devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL), lundi 13 juillet, à La Haye. Accusé de crimes contre l’humanité et crimes de guerre, l’ex-président du Liberia est devenu, dans ses mots, un homme de paix. Depuis le début du procès, en juin 2007, le procureur a appelé 91 témoins à la barre. Ils ont raconté comment Charles Taylor a pillé (...)
    ... la suite

    Sierra Leone : Les orphelins de guerre toujours hantés par les violences du passé

    Koindu, 31 juillet 2008 (IRIN) Theresa, une adolescente de 16 ans pleine d’entrain, a vu ses parents pour la dernière fois le jour où ils ont été emportés loin d’elle, dans la cohue, alors qu’ils fuyaient pour se réfugier en Guinée voisine à la suite d’une attaque menée par les rebelles dans leur ville, pendant la guerre civile (1991-2000). La jeune fille, qui n’a jamais retrouvé ses parents, a vécu la guerre et ses conséquences dans des camps de réfugiés, mendiant et vendant son corps à des soldats et à (...)
    ... la suite