Accueil >>  VIH/Sida >>  Accès aux ARV et aux soins >>  Par pays

Par pays

Autres pays

 RDC : 75% des malades du sida n’ont pas accès aux antirétroviaux
Reuters - 2 Novembre 2015 - En 2014, environ « 100.000 personnes ont été mises sous traitement antirétroviral » sur les « 400.000 » qui vivent avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en République démocratique du Congo (RDC). De fait, les trois quarts des personnes malades du sida en RDC n’ont pas accès aux traitements antirétroviraux, a résumé, ce week-end, le docteur Franck Fwamba, directeur du Programme national de lutte contre le sida. Et le « taux de prévalence » de la maladie pour (...)
... la suite
 France : les démunis toujours plus privés de soins
Destination Santé - 16 octobre 2012 - L’accès aux soins des plus précaires, se dégrade un peu plus chaque année en France. C’est le constat critique dressé ce mardi par Médecins du Monde (MdM) dans un nouveau rapport. Confrontée aux chiffres catastrophiques concernant la santé des plus démunis, l’Association lance un véritable cri d’alarme. « Entre 2008 et 2011, les consultations médicales dans les 21 centres de Médecins du Monde, ont augmenté de 22% », soulignent ses représentants. Et plus de 98% des (...)
... la suite
 Kenya : l’arrêt de la Haute Cour sur la loi anti-contrefaçon « défend le droit à la santé »
Nairobi - 26 avril 2012 - IRIN - Selon des militants kényans de la lutte contre le VIH, l’arrêt de la Haute Cour, qui estime que la définition du terme « anti-contrefaçon » utilisée dans la Loi anti-contrefaçon de 2008 est trop large, permettra de sauver des millions de Kényans et de protéger le droit à la vie des citoyens. En juillet 2009, trois personnes vivant avec le VIH ont déposé une plainte, faisant valoir que les articles 2, 32 et 34 de la loi contenaient des ambiguïtés qui, si elles étaient mal (...)
... la suite
 En Hongrie, les diabétiques seront punis pour leurs écarts de régime
Le Monde.fr - 23 Avril 2012 - Les mineurs et les personnes atteintes d’une forme sévère de diabète seront exemptés de la nouvelle réglementation. C’est une mesure extrême que vient de prendre l’Etat hongrois. Pour réduire les dépenses de santé, le gouvernement a décidé de punir les diabétiques qui ne suivraient pas scrupuleusement leur régime en les privant d’accès aux meilleurs traitements subventionnés. Selon un décret ministériel, publié lundi 23 avril, dans le Journal officiel, les diabétiques (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : Pénurie de médicaments et de fournitures médicales
Abidjan, 25 mars 2011 (IRIN) - Thomas Luba, 35 ans, a dû débourser la moitié de son salaire mensuel - soit dix fois le montant habituel - pour payer sa dernière dialyse rénale. Le pays est confronté à une pénurie de médicaments provoquée par des sanctions qui empêchent les bateaux européens d’approvisionner les ports ivoiriens. « Je devrais normalement recevoir deux traitements par semaine », a-t-il dit à IRIN depuis le Centre hospitalier universitaire de Treichville, à Abidjan, la capitale commerciale. « (...)
... la suite
 Côte d’Ivoire : la crise politique et l’approvisionnement en ARV
Abidjan, 8 février 2011 - PlusNews - Tandis que l’impasse politique en Côte d’Ivoire traîne en longueur, les organisations non gouvernementales (ONG) s’inquiètent de plus en plus de ses conséquences sur l’approvisionnement en médicaments antirétroviraux (ARV) qui permettent de prolonger la vie. « Les protestations de rues, les blocus et d’autres problèmes ont perturbé l’approvisionnement en antirétroviraux dans certains endroits ; les patients du quartier d’Abobo, au nord d’Abidjan, n’ont pu acheter leurs (...)
... la suite
 Au Cameroun, la décentralisation du traitement contre le VIH est efficace
Catherine Vincent, Le Monde, 14 Aout 2010 - Ils sont trois, tous séropositifs. Le premier, marié à une femme également séropositive, est père de deux enfants. "En dehors des personnes qui nous suivent à l’hôpital, personne n’est au courant", confie-t-il. La deuxième, mère de famille, préfère cacher sa maladie plutôt que se voir coller l’étiquette de femme légère. La troisième, 19 ans, espère devenir avocate, mais parle de renoncer à son projet au cas où son statut serait révélé... Ces témoignages (...)
... la suite
 Botswana : des traitements VIH pour les réfugiés, mais jusqu’à quand ?
Johannesbourg, 9 juillet 2010 (PlusNews) - Jusqu’à l’année dernière, les populations vivant à Dukwi, un camp de réfugiés isolé situé à quelque 200 kilomètres de Francistown, la deuxième ville du Botswana, enterraient les autres résidents décédés de maladies liées au sida au rythme d’environ cinq par mois. Le Botswana est le deuxième pays d’Afrique australe à avoir développé un programme d’accès aux antirétroviraux (ARV), un programme qui a désormais presque atteint une couverture universelle mais est le dernier (...)
... la suite
 Des médicaments génériques made in Africa

Vers la multiplication des usines pharmaceutiques sur le continent africain

Afrik.com, 15 juin 2010 - par Alicia Koch - A l’heure où 77% des Africains n’ont toujours pas accès aux traitements contre le VIH, le paludisme ou la tuberculose, certains pays d’Afrique comme le Cameroun et le Gabon se mobilisent. Soutenus par l’Union Africaine, ils tentent de développer la production des médicaments génériques sur le continent. Beaucoup moins chers que les médicaments de marque, ils deviendraient alors accessibles au plus grand nombre. Des médicaments pour tous ! C’est le projet (...)
... la suite
 Afrique du Sud : Premier gouvernement à adhérer à une importante communauté de brevets
Johannesbourg, 14 mai 2010 (PLUSNEWS) - Une agence du gouvernement sud-africain est devenue la première à rejoindre la plus grande communauté de brevets pour les maladies négligées à l’échelle mondiale, une décision qui pourrait dynamiser les innovations locales en matière de lutte contre des maladies telles que la tuberculose (TB). La Technology Innovation Agency (TIA), une organisation gouvernementale, a récemment annoncé qu’elle était devenue membre d’une communauté de brevets créée par l’entreprise (...)
... la suite
 Centrafrique : Victimes du sida et des voleurs de vie

Article du Monde sur un sujet qui n’intéresse généralement pas la presse grand public : les détournements des fonds du FM par les instances nationales et internationales

Le Monde - 14 Mai 2010 - Philippe Bernard C’est un scandale silencieux. Ses victimes, 13 500 malades souffrant du sida en République centrafricaine, l’un des pays les plus pauvres et les plus délabrés d’Afrique, sont menacées de mort, mais elles n’ont guère le droit à la parole. Les trafiquants, probablement proches des autorités locales, qui détournent et revendent les médicaments antirétroviraux (ARV) destinés à ces patients, agissent dans la plus grande discrétion. Quant au Fonds mondial de lutte (...)
... la suite
 Accès gratuit aux soins : la Sierra Leone montre la voie
La Croix - 4 Mai 2010 - Luc Latnprière, Pierre Salignon, Annick Jeantet et Geneviève Garrigos [1] Le 27 avril dernier, la Sierra Leone a officiellement lancé sa nouvelle politique d’accès gratuit aux soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans. C’est une date symbolique, l’anniversaire de l’indépendance du pays, qu’a choisie le gouvernement pour éliminer l’une des principales barrières privant les personnes vulnérables et démunies de services de santé de base. Cette décision doit (...)
... la suite
 Rwanda : Les infirmiers mobilisés pour accélérer l’accès aux ARV
Kigali, 2 mars 2010 (Plusnews) - Les infirmiers rwandais seront bientôt autorisés à administrer aux patients séropositifs des antirétroviraux (ARV), traitements destinés à prolonger leur vie - une mesure qui, d’après les responsables du ministère de la Santé, accélèrera l’extension de l’accès aux ARV dans ce pays d’Afrique de l’Est. « Le transfert des tâches réduira le nombre de cas nécessitant la présence d’un médecin, ce qui permettra de réduire le nombre de patients éligibles aux traitements qui n’ont pas (...)
... la suite
 Afrique du Sud : Traitement ARV, mieux suivi par les étrangers que la population locale
Johannesburg, 15 janvier 2010 (PLUSNEWS) - Une étude révélant que le traitement antirétroviral (ARV) a environ 50 pour cent moins de chances d’échouer chez les étrangers que chez les citoyens sud-africains soignés dans la même clinique de Johannesbourg a remis en question les préjugés largement établis concernant la capacité des immigrés à observer les régimes médicamenteux contre le VIH/SIDA. L’Afrique du Sud accueille de nombreux demandeurs d’asile, réfugiés et immigrés sans papiers venant du reste du (...)
... la suite
 Zambie : Les répercussions de la suspension de l’aide sida
Mpulungu, 28 septembre 2009 (IRIN) - En Zambie, les gens vivant avec le VIH dans les zones rurales ressentent fortement le gel du financement par les donateurs, après des allégations sur la corruption du gouvernement zambien, car ce sont eux qui reçoivent la part du lion dans le soutien financier au VIH/SIDA. « Nous souffrons beaucoup, ici, nous devons venir tous les mois [au centre de santé] dans la ville de Mpulungu pour recevoir des médicaments », a dit Evans Sikazwe, qui vit dans le district (...)
... la suite
 Zimbabwe : L’autorité en charge du sida de nouveau sous le feu des critiques

"La taxe sida a été créée dans le but de prendre soin des personnes vivant avec le VIH, et non de verser des salaires et acheter des voitures de luxe aux administrateurs du fonds"

Harare, 18 septembre 2009 (PLUSNEWS) - Le Conseil national de lutte contre le sida (NAC) du Zimbabwe a acheté des médicaments antirétroviraux (ARV) pour une valeur de 890 000 dollars américains, après avoir été accusé d’avoir détourné des fonds générés par la taxe de trois pour cent, connue sous le nom de taxe sida, prélevée sur les salaires. L’organe gouvernemental responsable de la coordination des efforts de lutte contre le VIH/SIDA a recueilli environ 1,7 million de dollars américains depuis février (...)
... la suite
 Afrique du Sud : Les besoins criants du système de santé
Johannesbourg, 27 août 2009 (Plusnews) - Un système de santé mal équipé pour faire face à l’une des pires épidémies de VIH dans le monde en plus de sérieux problèmes de maladies non transmissibles, de mortalité maternelle et infantile et de taux élevés de décès résultant de violences et de blessures. Voilà ce qui ressort de « Health in South Africa » [La santé en Afrique du Sud], une série d’articles publiée mardi par le journal médical britannique The Lancet et rédigée par certains des plus éminents (...)
... la suite
 Ouganda : Une enquête du gouvernement sur des décès attribués aux pénuries d’ARV
KAMPALA, 5 août 2009 (PLUSNEWS) - Le gouvernement a lancé une enquête afin de déterminer si la pénurie nationale d’antirétroviraux (ARV) était responsable des décès de personnes séropositives signalés dans le nord de l’Ouganda au mois de juillet. Dans le district d’Apac, les travailleurs de la santé ont signalé au moins 17 cas de patients, dont la séropositivité avait été diagnostiquée, morts au cours des dernières semaines suite à une pénurie d’approvisionnement ayant provoqué l’interruption du traitement (...)
... la suite
 Zimbabwe : Chronologie des tribulations du financement du VIH/SIDA

Les programmes VIH ont été affectés par des relations difficiles

Johnannesbourg, 18 août 2009 - PlusNews - Le Zimbabwe et les bailleurs de fonds internationaux ont une longue mais laborieuse relation dans la lutte contre le VIH/SIDA – en particulier lorsqu’il s’agit d’argent. Bien que le pays ait l’un des taux de prévalence du VIH les plus élevés au monde, ses demandes de subventions au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ont été rejetées à cinq reprises, sur les huit Appels à proposition lancés par l’organisme international depuis (...)
... la suite
 Rwanda : Bien placé dans la course vers l’accès universel au traitement
Kigali, 17 août 2009 (Plusnews) - La toute petite nation du Rwanda se révèle être le pays le plus avancé d’Afrique centrale en matière de progrès vers l’accès universel à la prévention, aux soins et au traitement du VIH. Les traitements antirétroviraux (ARV), qui permettent de prolonger la vie des personnes atteintes du VIH, sont accessibles à plus de 70 pour cent des Rwandais qui en ont besoin ; les services de prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME) touchent 60 pour cent des femmes (...)
... la suite
 Ethiopie : Accélérer l’accès au traitement ARV grâce aux infirmiers
Addis Abeba, 10 août 2009 - PlusNews - Simay Muluneh, 32 ans, habitante d’Addis Abeba, la capitale de l’Ethiopie, se demandera toujours ce qui aurait pu se passer. Son mari est mort de complications liées au sida il y a 10 ans, et un an après sa mort, en faisant une demande de visa pour aller travailler au Liban, elle a découvert qu’elle était elle aussi séropositive. En 2002, elle a appris que son plus jeune fils, âgé de seulement deux mois, était également contaminé. Elle a en vain tenté d’obtenir (...)
... la suite
 France : Trop de médecins refusent les patients pauvres
Libération, Société 01/07/2009 à 18h14 Selon une étude publiée ce mercredi, 25,5% des médecins et dentistes exerçant à Paris refusent de soigner les bénéficiaires de la CMU. A Paris, un médecin sur quatre refuse de soigner les malades les plus défavorisés. Voilà le résultat d’une étude publiée ce mercredi par le fonds de financement de la couverture maladie universelle (CMU). (Télécharger l’étude en pdf) Le collectif d’associations Ciss dénonce depuis plusieurs mois ces refus de soins, dont cette nouvelle (...)
... la suite
 Kenya : Les programmes ARV retrouvent les patients perdus lors des violences électorales
Eldoret, 26 février 2009 (Plusnews) - Les affrontements qui ont éclaté dans la vallée du Rift au Kenya à la suite des élections l’année dernière ont empêché des centaines de patients de se rendre dans leurs centres de soins habituels afin de se procurer leurs antirétroviraux (ARV), faisant redouter aux travailleurs sanitaires que leurs malades ne développent des résistances au traitement, tombent malades, ou meurent. Par exemple, plus de 90 pour cent des patients de l’Academic model for the prevention (...)
... la suite
 Kenya : les pénuries alimentaires menacent l’adhésion aux ARV
Makueni, 28 janvier 2009 - PlusNews - L’hôpital régional de Makueni, dans l’est du Kenya, a constaté une perte de poids significative chez plusieurs de ses patients séropositifs au cours des trois derniers mois, un phénomène que les nutritionnistes imputent aux pénuries alimentaires graves observées dans une bonne partie du pays. « Un grand nombre de nos patients ont un IMC [indice de masse corporelle, une mesure de l’état nutritionnel] inférieur à 18,5, le seuil de corpulence normale », a indiqué à (...)
... la suite
 TOGO : des ARV gratuits, et enfin en stock
Lomé, 27 janvier 2009 - PlusNews) - Au Togo, après deux ans d’accès incertain – voire nul – aux médicaments antirétroviraux (ARV), les patients séropositifs reprennent ou débutent le traitement. En effet, le financement octroyé par un nouveau bailleur de fonds a permis un réapprovisionnement, et les ARV sont distribués gratuitement depuis le 14 novembre. Simba Abalo, âgé de 47 ans, a expliqué à IRIN que sa séropositivité avait été diagnostiquée en 2007, mais qu’il s’était vu refuser le traitement par la (...)
... la suite
 Afghanistan : les patients séropositifs vont bientôt recevoir leurs premiers ARV
Kaboul, 7 janvier 2009 - PlusNews - Quarante des quelque 504 personnes infectées au VIH en Afghanistan recevront prochainement une thérapie antirétrovirale (ARV) pour la première fois, signe des efforts fournis pour accélérer la lutte contre l’épidémie, a dit le ministère de la Santé publique (MoPH). « Nous espérons que l’OMS [Organisation mondiale de la santé] aura importé des ARV d’ici la fin janvier. Nous les donnerons aux 40 patients déjà identifiés », a dit à IRIN Saif ur-Rehman, directeur du (...)
... la suite
 Zimbabwe : le système de santé en crise
Harare, 1 décembre 2008 - PlusNews - Stanley Takaona, vice-président de la Zimbabwe HIV/AIDS activists union, a passé ses deux derniers mois à faire du bénévolat dans deux hôpitaux publics de la capitale Harare, suite à une grève des travailleurs sanitaires qui a conduit à la fermeture de facto des deux structures, laissant des centaines de personnes sans assistance médicale. M. Takaona, qui vit avec le VIH et est conseiller, a expliqué à IRIN/PlusNews que des milliers de Zimbabwéens séropositifs (...)
... la suite
 En France, des séropositifs privés de médicaments

Des ruptures de stock d’antirétroviraux ont été constatées en régions. Grossistes et laboratoires se renvoient la balle.

Par David Servenay - 24/11/2008 - 21:41 Des séropositifs privés de médicaments, un laboratoire pharmaceutique qui nie les ruptures de stock et des grossistes répartiteurs français préférant parfois vendre au meilleur prix en Europe... L’histoire s’est déroulée le mois dernier, dans les Pyrénées-Orientales, autour du Truvada, un antirétroviral utilisé pour les trithérapies. Enquête. Au début, personne ne s’est inquiété. A partir de la mi-octobre, plusieurs pharmacies de Perpignan se rendent compte qu’elles (...)
... la suite
 Cameroun : Recherche désespérément ARV de 3ème ligne
Yaoundé, 22 septembre 2008 (PlusNews) - L’appel à l’aide désespéré lancé récemment par Marie Gisèle Tientcheu, une étudiante camerounaise séropositive, pour se procurer les antirétroviraux de troisième ligne dont elle a besoin pour continuer à vivre, a mis en lumière la situation des patients qui, comme elle, sont en échec thérapeutique mais n’ont pas accès aux ARV les plus récents dans leur pays. Activiste de la lutte contre le sida très médiatisée au Cameroun, Mme Tientcheu, qui a été diagnostiquée positive (...)
... la suite
 Ruptures d’Arv au Cameroun : Les mensonges du gouvernement

Les pvvih dénoncent toujours les ruptures d’antirétroviraux. Le gouvernement dément et les entraîne dans des carcans administratifs.

Irène Sidonie Ndjabun, 16 Septembre 2008 pour la Nouvelle Expression Névirapine, Abacavir, Effavirenz, Azt, Stocrin, Kaletra, Triomune. Autant dire que ce sont presque toutes les molécules d’antirétroviraux (ARV) utilisées pour le traitement du Sida qui ont manqué au Cameroun ces derniers mois. Notamment dans les structures de prise en charge des personnes vivant avec le Vih/Sida (Pvvihs) disséminés à travers le pays. Plus de 50.000 patients sont sous traitements, 53.000 sont attendus d’ici à la (...)
... la suite
 Sida : Pénurie d’antirétroviraux au Cameroun
GabonEco, le 5 Septembre 2008 Une vingtaine d’associations de lutte contre le Sida et de prise en charge des personnes affectées par ce virus ont manifesté le 1er septembre devant le siège du Comité national de lutte contre le Sida à Yaoundé pour protester contre l’interruption de la distribution des anti-rétroviraux. Les experts du secteur médical ont notamment averti que l’interruption du traitement des patients pouvait favoriser l’apparition de virus plus résistants aux traitements existants pour (...)
... la suite
 Ouganda : Un laboratoire se lance dans la production locale d’ARV

Un mois de traitement devrait coûter à peine 15 dollars

Kampala, 11 octobre 2007 (PlusNews) Un nouveau laboratoire pharmaceutique ougandais a commencé à produire localement des antirétroviraux (ARV), ce qui, selon les autorités gouvernementales devrait augmenter de manière significative, en Ouganda comme dans la région de l’Afrique de l’Est, le nombre de personnes séropositives pouvant accéder à ces médicaments qui prolongent la vie. Ce laboratoire pharmaceutique, qui a coûté 38 millions de dollars, est la première entreprise africaine à produire les ARV (...)
... la suite
 Traverser la frontière pour chercher des ARV
Pour augmenter ses chances de survie, la Zimbabwéenne Khuda Mutchato doit régulièrement traverser une chaîne de montagnes pour se rendre au Mozambique. Devenue veuve en 2006, la jeune femme de 27 ans est allée vivre dans la famille de son défunt mari, dans la province du Manicaland, près de la frontière entre le Zimbabwe et le Mozambique, mais les membres de sa belle-famille se sont mis à la maltraiter lorsqu’ils ont appris qu’elle était séropositive. « J’étais victime d’une discrimination (...)
... la suite
 Zimbabwe : des ARV moins chers et plus accessibles ?

Une entreprise pharmaceutique locale pourrait fabriquer des médicaments anti-rétroviraux

Harare, 18 janvier 2008 Les médicaments anti-rétroviraux (ARV), susceptibles de prolonger la vie des personnes atteintes du VIH/SIDA, sont dangereusement rares au Zimbabwe, et restent hors de prix pour une majorité de Zimbabwéens séropositifs. Pourrait-on les rendre moins chers et plus accessibles en les fabriquant sur place ? Les laboratoires Varichem, une entreprise pharmaceutique locale, ont l’équipement nécessaire pour fabriquer des ARV ; or, compte tenu d’un cruel manque de devises, il est (...)
... la suite
 Nigeria : Les producteurs locaux d’ARV réclament le soutien du gouvernement
Lagos, 19 octobre 2007 (PLUSNEWS) Les producteurs locaux de médicaments antirétroviraux (ARV) ont appelé le gouvernement à augmenter les droits de douane sur les médicaments contre le sida importés et à décourager les organisations humanitaires et les gouvernements étrangers de distribuer gratuitement ces médicaments, afin de pouvoir eux-mêmes continuer à en produire pour les Nigérians qui vivent avec le VIH. « Le gouvernement devrait cesser d’accepter l’aide pharmaceutique de tous ces pays étrangers, (...)
... la suite
 Nigeria : Besoin urgent d’accélérer l’accès aux traitements antirétroviraux

Au Nigeria, la distribution d’ARV dépend encore très largement de l’aide internationale

Lagos, 21 septembre 2007 - Le Nigeria est en retard sur la question de l’approvisionnement en traitements antirétroviraux (ARV) en faveur des personnes qui vivent avec le VIH/SIDA, et seule une personne sur cinq qui a besoin de ces traitements y a accès, a souligné une nouvelle étude. Le Nigeria s’est doté d’un plan quinquennal afin d’augmenter l’approvisionnement en traitements ARV, avec pour objectif de fournir ces médicaments à un million de personnes d’ici 2009. Mais certains signes semblent (...)
... la suite
 Procès Novartis : une décision de justice importante pour l’accès aux ARV
La décision de justice prise cette semaine par la Cour suprême indienne à l’encontre du géant pharmaceutique suisse Novartis a été très bien accueillie par les activistes de la lutte contre le VIH/SIDA qui travaillent dans les pays en développement. Novartis avait contesté une loi indienne qui permettait au pays de casser un brevet sur une version modifiée d’un médicament en vente, considérant qu’elle n’apportait pas de réelle innovation. Selon le Dr Marta Darder, du Bureau sud-africain de l’organisation (...)
... la suite
 Malawi : le Malawi accélère la distribution gratuite d’antirétroviraux
Blantyre, 9 juil 2007 (AFP) Le Malawi s’est fixé comme objectif de fournir gratuitement des anti-rétroviraux (ARV) à 150.000 séropositifs d’ici la fin de l’année, a annoncé lundi le chef de la commission nationale sur le sida (NAC). "Nous avons presque 110.000 personnes traitées avec des antirétroviraux et nous espérons atteindre le chiffre de 150.000 d’ici la fin décembre en lançant un distribution massive du médicament" en septembre, a déclaré à l’AFP Biziwick Mwale. Cette accélération sera prise en (...)
... la suite
 Kenya : "nous défierons les brevets pour sauver des vies"
Nairobi - Les autorités kenyanes sont déterminées à s’opposer aux brevets internationaux très restrictifs des médicaments antirétroviraux (ARV) qui permettent de prolonger la vie de patients vivant avec le VIH et de limiter les conséquences mortelles du VIH/SIDA. « Nous n’allons pas rester là à regarder les gens mourir. Nous allons nous procurer des médicaments génériques bon marché où qu’ils se trouvent et auprès de tout laboratoire prêts à collaborer avec nous pour sauver la vie des patients qui en ont (...)
... la suite
 La Thaïlande autorise des génériques de médicaments protégés par des brevets
La Thaïlande, très active dans la lutte contre le sida, a autorisé, lundi 29 janvier, la fabrication et la distribution à moindre coût de versions génériques de deux médicaments, dont l’un entre dans les thérapies contre le VIH. Le ministère de la santé a annoncé l’émission de licences nationales pour les versions génériques du Kaletra, fabriqué par le groupe américain Abbott Laboratories, un antisida moderne, et du Plavix, produit par Sanofi-Aventis, un anticoagulant dans les traitements cardiologiques. (...)
... la suite
 Mozambique : Formation sur les ARV pour les aides à domicile
Maputo - La Croix-Rouge mozambicaine commencera à former des centaines d’aides à domicile sur la thérapie antirétrovirale (ARV) afin que les personnes vivant avec le VIH/SIDA soient mieux prises en charge. « Cette formation est extrêmement importante et améliorera la qualité du travail fourni par les aides à domicile », a déclaré Paula Macava, coordonnatrice du programme VIH/SIDA de la Croix-Rouge mozambicaine. « Nous venons de terminer une série de formations en huit modules sur la thérapie (...)
... la suite
 RDC : des médicaments ARV encore inaccessibles

Des nouvelles de l’usine Pharmakina à Bukavu

Kinshasa, 13 décembre - Des milliers de personnes séropositives en attente d’antirétroviraux (ARV) en République démocratique du Congo (RDC) fondent leurs espoirs sur une fabrique d’ARV génériques établie dans l’est du pays, qui espère recevoir le feu vert des autorités sanitaires internationales pour pouvoir distribuer largement ses médicaments. Depuis le mois d’avril 2005, la RDC produit des médicaments ARV génériques, à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, à l’est du pays. La fabrication d’ARV par (...)
... la suite
 Kenya : La gratuité des ARV, une étape attendue enfin franchie
Le Président Mwai Kibaki a récemment annoncé la gratuité des traitements antirétroviraux (ARV) dans les hôpitaux publics du Kenya - une décision qui a été largement saluée par les personnes séropositives de ce pays d’Afrique de l’Est. « Peu de personnes pouvaient acheter des médicaments lorsque le programme d’accès aux ARV a été lancé à Kisumu [une ville située dans l’ouest du Kenya] en 2004 », a expliqué le docteur Lennah Nyabiage, responsable du programme d’accès aux ARV dans la province de Nyanza. A cette (...)
... la suite
 RDC : Pharmakina à Bukavu, fabrique des antirétroviraux

Le passionnant itinéraire d’une entreprise locale de production pharmaceutique

Pharmakina à Bukavu, Fabrique des anti rétroviraux. A Bukavu... Une usine de produit pharmaceutique fabrique des anti-rétroviraux depuis déjà une année. Les anti rétroviraux ce sont des médicaments pour traiter les gens atteint du VIH Sida. L’usine en question, la Pharmakina, produit 180 000 cures d’ARV par mois de quoi servir toute l’Afrique des grands lacs. En plus de produire ces médicaments, l’usine a également ouvert un centre médical qui prend en charge les malades qui n’ont pas les moyens de (...)
... la suite
 CONGO : La Banque mondiale s’inquiète de l’utilisation des fonds du sida

Rien d’étonnant aux vues des ruptures chroniques d’approvisionnement en ARV auxquelles ont du faire face les malades congolais depuis de longs mois

BRAZZAVILLE, 31 janvier 2006 (PLUSNEWS) - Une mission de supervision de la Banque mondiale a dénoncé des « dysfonctionnements » dans l’utilisation des fonds alloués par l’institution internationale au Congo dans le cadre d’un projet santé et sida. « Nous avons relevé une mauvaise gestion des médicaments, des fonds non justifiés et des activités non réalisées », a déclaré Michèle Lioy, en charge du Congo à la Banque mondiale, lors de son passage à Brazzaville en fin de semaine dernière. « En juillet, nous (...)
... la suite
 Nigeria : Les activistes somment l’Etat de prendre en charge les personnes séropositives

La mobilisation des activistes ne faiblit pas au Nigeria

LAGOS, 29 août 2005 (PLUSNEWS) Les activistes de la lutte contre le sida maintiennent leur pression sur l’Etat, exigeant que les soins, les traitements et les examens cliniques soient gratuits pour les quatre millions de personnes vivant avec le VIH/SIDA au Nigeria. Treatment Action Mouvement (TAM, Mouvement pour l’action en matière de traitement), qui rassemble des membres de la société civile engagés dans la lutte pour l’accès aux traitements et aux soins, a appelé vendredi le gouvernement à agir (...)
... la suite
 South-Africa : ‘We have seen amazing things’

The country’s biggest antiretroviral treatment centre have been convinced that the drugs work.

by Kerry Cullinan 06.06.2005 When Helen Joseph Hospital became one of the first public hospitals in Gauteng to provide antiretroviral (ARV) drugs in April last year, many staff and patients doubted whether the drugs would really work. “There was a lot of disbelief and suspicion about the drugs,” says Dr Francesa Conradie, a clinical consultant. Today, the hospital’s Thembalethu Clinic runs the country’s biggest ARV treatment programme with over 3 000 patients on the drugs “and we have seen (...)
... la suite

Brésil

 VIH/sida - Le Brésil rejette la demande de brevet pour un médicament essentiel pour le traitement du sida

Cette décision sans précédent facilitera probablement l’accès à un médicament important pour le traitement du sida.

2 septembre 2008 – Medecins Sans Frontieres Le Bureau des brevets brésilien a rejeté la demande de brevet déposée par Gilead pour le médicament tenofovir disoproxil fumarate (TDF). Il s’agit là d’une action susceptible de faciliter l’accès dans tous les pays en voie de développement à un médicament essentiel pour combattre le VIH/sida, selon l’organisation humanitaire médicale internationale Médecins Sans Frontières (MSF). « Assurer un meilleur accès au TDF est absolument indispensable, » a déclaré le (...)
... la suite
 Brésil et grands labos, le face-à-face
Le gouvernement de Brasilia veut mettre les médicaments à portée de tous et réclame d’autres règles concernant les brevets pharmaceutiques. Aux grands maux, les grands remèdes : le Brésil, qui compte près de 190 millions d’habitants, est le pays d’Amérique du Sud le plus affecté par le virus du sida (environ 600 000 séropositifs), mais il est aussi celui où les réponses politiques et sociales sont sans doute parmi les plus efficaces. La pandémie apparue au début des années 1980 n’a certes pas été (...)
... la suite
 Contre le sida, le Brésil poursuit son bras de fer avec les laboratoires
Le Brésil, qui a enrayé la progression du sida avec sa politique pionnière de lutte contre la maladie entamée il y a plus de 20 ans, poursuit aujourd’hui son bras de fer avec les grands laboratoires pour mettre les médicaments à la portée de tous. Ce pays de 190 millions d’habitants, où vit un tiers des latino-américains séropositifs, enregistre actuellement 32.000 nouveaux cas par an contre 25.000 dans les années 1990, inversant les pronostics d’une épidémie explosive à l’image de l’Afrique. La (...)
... la suite
 Le Brésil rejette le brevet du médicament antisida de Gilead

Traduit par Jérôme Dumoulin pour Emed

Rio de janeiro, le 10 avril 2008 (Reuters) Le Brésil a classé le Tenofir, médicament antisida de la firme américaine Gilead, comme médicament « d’intérêt général » indice qu’il peut rejeter la demande de brevet à cause d’un prix élevé et qu’il négocie des importations de génériques. Le ministre de la santé a déclaré dans un décret publié mercredi que le brevetage du médicament au Brésil « entraîne des droits de monopole avec un impact sur le prix du produit. » Le plus grand pays d’Amérique Latine a un programme de (...)
... la suite
 Accord entre le Brésil et Abbott sur une baisse de 30% d’un remède antisida
Brasilia, 04/07 - Le gouvernement brésilien a conclu mercredi un accord avec le laboratoire américain Abbott sur une réduction de 30% du prix du médicament anti-sida Kaletra distribué au Brésil, a informé l`AFP. Cet accord survient deux mois après que le Brésil eut décidé de passer outre le brevet du médicament anti-sida Efavirenz produit par le groupe pharmaceutique américain Merck. Il a reçu lundi un premier lot d`un médicament générique anti-sida fabriqué en Inde pour remplacer l`Efavirenz. (...)
... la suite
 « La santé prime sur le commerce »

Mariângela Simão, directrice du programme brésilien de lutte contre le sida, justifie la décision du président Lula de casser le brevet d’un médicament

Par Chantal RAYES - lundi 7 mai 2007 - São Paulo Mariângela Simão dirige le programme brésilien de lutte contre le sida, qui permet la distribution gratuite d’un traitement à 180 000 malades. Elle revient sur la décision du Brésil, annoncée vendredi par le président Lula, de ne plus respecter le brevet de l’Efavirenz, antirétroviral produit par le laboratoire américain Merck. Le laboratoire public brésilien Farmanguinhos estime être capable d’en fabriquer des copies d’ici un an. D’ici là, le Brésil va (...)
... la suite
 A Brasilia, le débat sur les brevets rebondit

Un (bon ?) rebondissement...

LE MONDE | 28.07.05 | 11h46 . Mis à jour le 28.07.05 | 11h58 RIO DE JANEIRO de notre envoyé spécial La crise que connaît actuellement le gouvernement brésilien et en premier lieu le Parti des travailleurs (PT, gauche) du président Luiz Inacio Lula da Silva, empêtré dans un scandale de corruption, a eu des répercussions inattendues dans l’épreuve de force qui oppose Brasilia et le laboratoire américain Abbott à propos d’un médicament antisida, le Kaletra. Après avoir menacé le laboratoire de casser son (...)
... la suite
 Le Brésil oublie les génériques

Le brevet du Kaletra, antirétroviral de l’américain Abbott, ne sera pas « cassé ».

Par Chantal RAYES, lundi 18 juillet 2005, Liberation le Brésil a renoncé à « casser » le brevet du Kaletra, antirétroviral (ARV) fabriqué par le laboratoire américain Abbott. Au terme de dix jours de négociations, le ministère de la Santé, qui traite à ses frais les malades du sida, a annoncé le 8 juillet avoir décroché une « réduction significative » du prix du Kaletra, qui lui permettra d’économiser 259 millions de dollars en six ans (215 000 000 euros). Le prix unitaire fixé dans l’accord n’a pas été rendu (...)
... la suite
 Le gouvernement déclare que l’antirétroviral Kaletra est d’intérêt public et va le produire au Brésil
Diffusé par PR Newswire pour Ministry of Health of Brazil BRASILIA, Brésil, June 25 /PRNewswire/ Le Ministère de la santé du Brésil a déclaré que l’antirétroviral Kaletra (Lopinavir/ritonavir), fabriqué par Abbott Laboratories, était d’intérêt public. Par conséquent, le gouvernement brésilien va adopter la licence obligatoire du médicament, au cas où le fabricant ne ferait pas le nécessaire pour garantir la pérennité du programme MTS/SIDA national. Un avis officiel transmis ce vendredi au Laboratoire (...)
... la suite
 La chambre des députés approuve à l’unanimité un projet de loi qui libère les ARV des lois sur les brevets.
Brésil : La commission de constitution, de citoyenneté de justice de la chambre des députés (CCJ) à approuvé à l’unanimité, le 1/06/2005, le projet de loi le numéro 22/03 soumis par le député fédéral Roberto Gouveia (PT-São Paulo). Ce projet de loi modifie l’article 18 du droit des brevets brésilien (9,279/96), et exclu les ARV, ainsi que leurs processus de fabrication de l’obligation d’obtention de licence. Ceci permettra aux laboratoires brésiliens de fabriquer des ARV. Les députés des différents (...)
... la suite
 Est-ce que l’histoire se repète ?

intervention de Gabriela Costa Chaves sur Emed

Le Programme National de MST/SIDA brésilien, qui est un point de réference pour d’autres pays en developpement, affronte en ce moment un problème de pérénisation à cause de l’augmentation progressive des dépenses dues aux médicaments antiretroviraux (ARVs). 3 des 17 médicaments fournis par le Programme " efavirenz, lopinavir/ritonavir et tenofovir " sont responsables du 80% des dépenses du Ministère de Santé en ARVs. Et cela, parce que ces médicaments sont brevetés et les compagnies multinationales (...)
... la suite
 Le défi brésilien

Le Gouvernement brésilien se déclare fermement disposé à utiliser les licences obligatoires

AMS-OMS : LE BRESIL DEFEND DES ANTIRETROVIRAUX MOINS CHERS La licence obligatoire pour les antiretroviraux. Le Bresil peut faire appel a la licence obligatoire des patentes des antiretroviraux si les prix des laboratoires internationaux empechent l’acces des bresiliens seropositifs a ces medicaments. Le message a ete diffuse, le mardi 17, par le Ministre de la Sante, Humberto Costa, dans son discours (ci-dessous les versions en portugais, anglais et espagnol) a la 58eme Assemblee Mondiale (...)
... la suite
 Médicaments génériques : Le ministre de la santé du Brésil doit tenir ses promesses

Dans la rubrique : connaissez vos ennemis...

Act Up-Paris / Communiqué de presse / 12 mai 2005 Aujourd’hui jeudi 12 mai, une douzaine de militantEs d’Act Up ont manifesté devant l’ambassade du Brésil à Paris pour demander le lancement effectif par le gouvernement brésilien de la production de génériques des derniers médicaments anti-sida. Ceux-ci, plus efficaces, sont toujours importés par le Brésil à des prix prohibitifs qui mettent en danger la pérennité de leur programme d’accès aux traitements. Mme Maria Laura da rocha, Ministre Conseiller de (...)
... la suite
 Brésil : Lula trace sa voie en Afrique
Brésil C’est par le Cameroun que Luiz Inacio Lula da Silva a entamé dimanche une visite de quatre jours en Afrique qui doit ensuite le conduire au Nigeria, au Ghana, en Guinée Bissau et au Sénégal. Le président brésilien se rend pour la quatrième fois en deux ans et demi sur ce continent où il jouit d’un grand prestige grâce à son engagement international en faveur des pays en voie de développement. Les autorités brésiliennes ont choisi un symbole fort pour traduire le renforcement des relations entre (...)
... la suite
 Le Brésil, bon élève turbulent de la lutte antisida

Des nouvelles du bras de fer génériqueurs/firmes

Profitant du 1er Forum Pôle Amériques du Réseau international des Instituts Pasteur qu’il accueillait à Rio, le président de la Fiocruz, principal organisme de recherche et de production de médicaments d’Amérique latine, a annoncé que son pays s’apprête à copier trois médicaments antisida sans l’accord des laboratoires qui en détiennent les brevets. C’est le dernier épisode en date d’un bras de fer engagé depuis dix ans et qui a permis, jusqu’à présent, au pays le plus exposé d’Amérique latine de déjouer les (...)
... la suite

Inde

 Le régime des brevets en Inde et l’affaire Novartis

Questions/Réponses

MSF - Campagne d’Accès aux Médicaments (CAME) - 21 Juin 2012 - Le contexte : des brevets, des prix et des patients Pourquoi des millions de personnes dépendent-elles de l’Inde pour bénéficier de médicaments abordables ? Les médicaments fabriqués par des génériqueurs en Inde sont parmi les moins chers au monde. Cela s’explique par le fait que jusqu’en 2005, l’Inde n’octroyait pas de brevets sur les médicaments. L’Inde est l’un des rares pays en développement dotés des capacités de production nécessaires (...)
... la suite
 Novartis tente d’affaiblir la loi indienne sur les brevets favorable aux malades
MSF - 13.09.2011 - L’entreprise pharmaceutique revient à la charge devant les tribunaux indiens pour faire breveter un médicament contre le cancer. Une action qui met en péril l’accès aux génériques. Novartis, la multinationale pharmaceutique suisse, a saisi la Cour suprême indienne dans une dernière tentative pour saper l’une des dispositions clés de sauvegarde de la santé publique. Inscrite dans la loi indienne sur les brevets, cette mesure est spécifiquement conçue pour empêcher les compagnies (...)
... la suite
 La pharmacie du monde en danger
LeMonde.fr - 17.11.10 - Une simple signature à Bruxelles peut-elle provoquer une catastrophe humanitaire ? Nous pourrions bientôt en avoir la preuve, et le nombre de victimes serait alors très élevé. Le cycle de négociations des accords de libre-échange qui s’est ouvert la semaine passée entre l’Union européenne et l’Inde risque en effet de mettre un terme à la production massive de médicaments en Inde. Et ainsi mettre en danger le fonctionnement de ce qui s’est imposé ces dernières années comme la (...)
... la suite
 Afrique : L’accord UE-Inde pourrait menacer l’accès à des médicaments VIH essentiels

Plus de 80 pour cent de l’ensemble des antirétroviraux financés par les bailleurs de fond et utilisés dans les pays en développement sont des médicaments génériques indiens

Nairobi, 11 novembre 2010 - PlusNews - Alors que des responsables indiens et européens se rencontrent à Bruxelles pour mettre au point les détails d’un accord de libre-échange, des activistes de la société civile s’inquiètent que l’accord puisse déboucher sur une protection renforcée de la propriété intellectuelle qui pourrait réduire l’accès aux médicaments génériques indiens bon marché. « L’Union européenne pousse pour l’exclusivité des données, ce qui signifie que les fabricants indiens de génériques ne (...)
... la suite
 VIH : les médicaments indiens, une bouée de sauvetage désormais quantifiée
T. V. Padma - 20 septembre 2010 New Delhi - Le rôle de premier plan joué par l’Inde dans la fourniture des médicaments bon marché contre le VIH aux pays en développement a été évalué quantitativement pour la première fois. L’évaluation détaillée a révélé que l’Inde fournit 80 pour cent des médicaments antirétroviraux (ARV) bon marché achetés par les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. Les auteurs de cette évaluation soutiennent que leur travail révèle l’ampleur des dommages qui pourraient être causés (...)
... la suite
 Victoire de l’Inde contre Bayer pour l’accès aux médicaments
La récente tentative de la compagnie pharmaceutique internationale Bayer de faire adopter de nouvelles mesures visant à empêcher la concurrence des médicaments génériques en Inde a échoué. La Haute Cour de Delhi a refusé de supprimer dans la loi indienne les mesures qui existent sur les brevets et qui assurent l’accès aux médicaments essentiels à des prix plus abordables pour les patients dans le besoin. Bayer a l’intention de faire appel de cette décision devant la Cour Suprême. « Nous nous (...)
... la suite
 La production indienne de médicaments génériques en danger

La décision de la justice indienne pourrait avoir de lourdes conséquences sur l’accès aux médicaments contre le VIH/SIDA de millions de personnes

Bangalore, 14 mars 2007 (PlusNews) - Le jugement dans le procès qui oppose la firme pharmaceutique suisse Novartis à l’Inde, à propos de la législation indienne sur les brevets, a été reporté, la semaine dernière, au mois prochain ,mais la menace plane toujours sur l’industrie nationale de fabrication de médicaments génériques. Certains des médicaments de cette société sont fabriqués et commercialisés en Inde sous forme de génériques, et Novartis espère dorénavant que ses brevets bénéficieront d’une plus (...)
... la suite
 Brevets sur les médicaments en Inde : MSF inquiète pour les malades du sida
Médecins sans Frontières (MSF) s’est alarmé jeudi de l’application d’une loi indienne interdisant la copie de médicaments brevetés qui risque selon l’organisation humanitaire de rendre inaccessible l’accès aux traitements de lutte contre le sida à des millions de pauvres. Dans un communiqué, MSF s’inquiète de la demande de brevet émise par le laboratoire GlaxoSmithKline pour le Combivir, combinaison de deux antirétroviraux AZT/3TC, à laquelle des activistes indiens ont déposé une opposition. "Si cette (...)
... la suite
 L’Inde, amie du Sud ?

Les dirigeants actuels du parti du Congrès sont davantage la réincarnation de Tony Blair que celle de Nehru

Cédric Waelti - Publié le 23 avril 2005 Il y a quelques jours, l’Inde a décidé de réviser sa loi sur les brevets. Le pays, champion incontesté des génériques et, depuis Cancún, symbole de la résistance du Sud à la déréglementation, ne pourra en principe plus copier de nouveaux médicaments (lire nos éditions du 16 avril). En cédant aux injonctions de l’OMC, l’Inde a-t-elle sabordé malgré elle son industrie pharmaceutique ou suit-elle finalement son karma, celui de la mondialisation ? Tout indique aujourd’hui (...)
... la suite
 Médicaments génériques menacés, malades en danger

Communiqué très explicite de MSF

Communiqué Médecins sans frontières Mis en ligne le 21 mars 2005 http://www.msf.fr/site/actu.nsf/act... L’Inde est actuellement en train de changer sa loi sur les brevets afin de la mettre en conformité avec le droit sur la propriété intellectuelle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Cette modification va totalement bouleverser l’accès aux médicaments génériques, copies conformes, moins chères, des médicaments développés par les grands laboratoires pharmaceutiques. L’accès aux traitements sera (...)
... la suite
 Réaction de Jeanne, pvvih du Burundi

Mail adressé au forum Infoaction juste après le vote

Bonjour à tous, Je ne sais pas par où commencer tellement ma révolte est grande. Depuis des mois des associations des malades, des ONG des droits de l’homme, des associations du Nord comme du Sud, de lutte contre le sida et d’autres, se sont mobilisées afin d’attirer l’attention du Gouvernement Indien et surtout du parlement Indien, pour voter une loi intelligente, une loi salvatrice, mais pas une seule fois on entend nos gouvernements africains se prononcer a ce sujet. Pourtant ils devaient être (...)
... la suite
 Act Up-Paris dénonce la trahison de 40 millions de séropositifs par le Parti Indien du Congrès

Réaction d’Act Up Paris après l’adoption de la loi indienne du 23 mars 2005

Act Up-Paris dénonce la trahison de 40 millions de séropositifs par le Parti Indien du Congrès Aujourd’hui 23 mars le Parlement indien a adopté un projet de loi déposé seulement 3 jours ouvrables auparavant et visant à réviser la loi indienne des brevets. Act Up-Paris dénonce une trahison des malades du sida de la part de gouvernement indien. Le projet de loi adopté aujourd’hui est plus restrictif que même ne l’exige l’OMC, dans la mesure où : il prévoit un délai incompressible de 3 ans après l’octroi (...)
... la suite
 Attac et MSF condamnent le projet de loi indien sur les brevets

Réactions des 2 associations après le vote du parlement indien

PARIS, 23 mars 2005 (AFP) L’association altermondialiste Attac et Médecins sans frontières (MSF) ont dénoncé mercredi les « conséquences dramatiques » du projet d’amendement indien prévoyant d’interdire la copie de médicaments brevetés sur l’accès des pays pauvres aux médicaments. « Même si on a évité le pire, puisque la loi sur les brevets ne s’appliquera qu’aux nouvelles molécules, cela va forcément entraîner une hausse des prix » des futurs médicaments, comme des génériques, a déclaré à l’AFP Annick Hamel, de (...)
... la suite
 « Les multinationales de la pharmacie ont fait un intense travail de lobbying "

Un avocat indien qui défend l’accès aux génériques parle...

http://www.humanite.presse.fr/journ... K. M. Gopakumar est membre du Lawyers Collective VIH / Sida Unit, un collectif d’avocats qui défend en Inde l’accès aux médicaments génériques pour les malades du sida. Pourquoi, selon vous, le gouvernement indien a-t-il décidé d’adopter une législation encore plus restrictive que ce qu’exigent les accords de l’OMC sur les médicaments ? K. M. Gopakumar. L’administration indienne s’est laissé influencer par un intense lobbying des multinationales pharmaceutiques, (...)
... la suite