Accueil >>  VIH/Sida >>  Accès aux ARV et aux soins >>  Par pays >>  Autres pays

Centrafrique : Victimes du sida et des voleurs de vie

Article du Monde sur un sujet qui n’intéresse généralement pas la presse grand public : les détournements des fonds du FM par les instances nationales et internationales


Le Monde - 14 Mai 2010 - Philippe Bernard C’est un scandale silencieux. Ses victimes, 13 500 malades souffrant du sida   en République centrafricaine, l’un des pays les plus pauvres et les plus délabrés d’Afrique, sont menacées de mort, mais elles n’ont guère le droit à la parole. Les trafiquants, probablement proches des autorités locales, qui détournent et revendent les médicaments antirétroviraux (ARV  ) destinés à ces patients, agissent dans la plus grande discrétion. Quant au Fonds mondial de lutte contre le sida  , le paludisme et la tuberculose, l’agence internationale créée en 2002 pour financer les traitements, elle fait le gros dos, alors que ses crédits sont en partie détournés depuis des mois en République centrafricaine.

Sollicitée par Le Monde, l’institution reconnaît "quelques dysfonctionnements" et admet l’existence de pièces comptables "non conformes". L’organisme centrafricain chargé de distribuer les médicaments "fait de la résistance", indique seulement Wilfried Thalmas, chef de la division Afrique de l’Ouest du Fonds, basé à Genève, qui dément tout risque de hiatus dans le traitement des malades.

Cependant, les faits recoupés auprès de plusieurs sources fiables sont accablants : la République centrafricaine a interrompu depuis janvier ses commandes d’ARV  , pourtant financées. Un nouvel ordre d’achat devait être donné en avril. Il ne l’a pas été. Compte tenu des stocks existants et du délai de trois mois nécessaire pour l’acheminement, la rupture dans l’approvisionnement, dès la fin du mois de juin, est inéluctable, selon plusieurs observateurs. "Il y a urgence à passer commande dès maintenant, sans perdre de temps, indique, sous couvert d’anonymat, un acteur proche des bailleurs de fonds. Le risque de mort est considérable pour les 13 500 personnes traitées." L’interruption du traitement peut en effet provoquer une mutation du virus qui rend inadaptés les médicaments utilisés auparavant. Il faut alors recourir à des traitements dits "de seconde ligne", quatre fois plus onéreux. "Certaines molécules manquent déjà, constate, à Bangui, Luc N’Vendo, président du Réseau centrafricain des personnes vivant avec le VIH  . On parle de mauvaise gestion. Nous nous demandons qui en est à l’origine."

En février-mars, le traitement des malades a déjà été brutalement interrompu pendant près d’un mois. "Le pronostic vital s’assombrit à terme", assénait alors un rapport confidentiel, relevant "des cas d’agressivité de la part des patients vis-à-vis des personnels soignants". Cette situation faisait suite au gel du financement décidé en octobre 2009 par le Fonds mondial. "Il s’agissait de faire cesser les dysfonctionnements, pas de toucher les approvisionnements en médicaments", assure M. Thalmas.

Les crédits internationaux avaient été suspendus après les constats dressés, en juillet puis en octobre 2009, par deux missions d’inspection du Fonds mondial : le Comité national de lutte contre le sida   (CNLS), partenaire centrafricain du Fonds mondial, avait réembauché des employés auparavant écartés pour "détournements massifs". Le comptable, pièce maîtresse de l’audit financier exigé, avait disparu. Les personnels des centres de dépistage, non payés depuis des mois, s’étaient mis en grève.

Le médecin centrafricain responsable du comité censé superviser les opérations s’interrogeait "sur la capacité à contrôler une situation pouvant impliquer des proches de la présidence". La Croix-Rouge et l’Institut Pasteur, en première ligne dans le suivi sérologique des malades, n’étaient plus rémunérés. Pour couronner le tout, le nouveau coordonnateur d’Onusida   nommé à Bangui n’était autre qu’un médecin mauritanien mis en cause par le Fonds mondial pour le détournement de 4 millions de dollars ( 3,1 millions d’euros) destinés à la lutte contre le sida   dans son pays.

En janvier, une nouvelle mission d’inspection des bailleurs a remédié à ces aberrations et a rétabli les financements en échange de promesses de transparence... qui n’ont pas été tenues jusqu’à présent.

Yacinthe Wodobodé, coordinatrice du CNLS centrafricain, met en cause les retards de financement du Fonds mondial, "dont les malades ont été les premières victimes". Elle reconnaît que certains "sous-traitants" "ne sont pas en mesure de justifier leur gestion", mais assure qu’il n’est pas en son pouvoir de les sanctionner. "Si les responsables ne sont pas écartés, alors le serpent se mordra la queue", résume-t-elle, pour signifier que la corruption perdurera.

D’autres observateurs dressent un tableau moins elliptique : ils décrivent "un système de captation des médicaments dès leur livraison à l’aéroport de Bangui puis dans les lieux de stockage, la multiplication d’officines privées fictives qui revendent les ARV   destinés à être donnés". Selon un témoignage, "un dirigeant de la lutte contre le sida   en République centrafricaine s’est fait construire une clinique médicale".

L’affaire, emblématique du fonctionnement de nombreux mécanismes d’aide en Afrique, met en lumière leur inadaptation, en particulier dans des pays où l’Etat relève de la fiction et n’est pas à même de servir de relais. C’est le cas en République centrafricaine, sortie de la guerre civile en 2003, mais dont certaines régions ne sont pas contrôlées par le pouvoir central. Le Fonds mondial, soucieux de ne pas se substituer aux autorités locales, ne dispose pas de personnel local dédié et s’en remet de fait à ces dernières. "Le Fonds mondial fait le silence sur la corruption pour ne pas désespérer les donateurs", analyse un universitaire spécialiste de l’Afrique.

Un seul chiffre donne la mesure du gouffre qui sépare un pays comme la République centrafricaine de la communauté internationale : le budget annuel consacré par le Fonds mondial à la lutte contre le sida  , le paludisme et la tuberculose dans ce pays s’élève à 22,9 millions de dollars, soit plus de dix fois le budget total du ministère de la santé centrafricain (1,8 million de dollars). De quoi expliquer les convoitises que suscite cette manne. Mais pas l’omerta qui entoure son évaporation.


Synthèse

La république centraficaine au coeur des fléaux africains

Le Monde | 14.05.10 | 18h28 / Philippe Bernard

L’Assemblée nationale de la République centrafricaine a adopté, lundi 10 mai, un projet de loi permettant de prolonger sine die le mandat du président de la République, François Bozizé, qui expire le 11 juin. Aucune date n’a été fixée pour l’élection présidentielle qui devait avoir lieu le 25 avril, puis le 16 mai.

La société civile et les bailleurs de fonds internationaux reconnaissent que les conditions ne sont pas réunies pour qu’un scrutin incontestable puisse être organisé, notamment faute d’un recensement des électeurs. Cette situation fait craindre la reproduction, en République centrafricaine, du scénario de la Côte d’Ivoire, où le président Laurent Gbagbo reste au pouvoir alors que son mandat a expiré en 2005.

Le 8 avril, Alain Joyandet, secrétaire d’Etat français à la coopération, a signé à Bangui un nouvel accord de défense entre la République centrafricaine et la France. Il a souhaité que les élections aient lieu "dans le respect des conditions démocratiques".

La stabilité du pays importe à la France, notamment parce qu’Areva y a signé, en août 2008, un accord prévoyant la mise en exploitation en 2010 de la mine d’uranium de Bakouma. Mais ce projet a pris du retard, suscitant une tension entre les deux pays.

La République centrafricaine, dominée dans les années 1970 par l’empereur Bokassa, soutenu par la France, est régulièrement secouée par des coups d’Etat. Le dernier, en 2003, a porté au pouvoir le général Bozizé, qui a été confirmé par les urnes en 2005.

Le pays, ravagé par une guerre civile au début des années 2000, reste en proie à une insécurité persistante, alimentée par des rebelles et des coupeurs de route. Le nord du pays, aux confins du Tchad et du Soudan, est affecté par le conflit du Darfour ainsi que par une rébellion locale. Dans le Sud-Est sévit l’Armée de résistance du Seigneur, d’origine ougandaise, connue pour ses enlèvements d’enfants, dont les exactions provoquent des déplacements de population.

Pays enclavé et pauvre, la République centrafricaine est classée 179e sur 182 à l’indice du développement humain des Nations unies publié en 2009. C’est le 10e pays du monde le plus infecté par le sida  .

Mais seules 36 % des personnes qui en souffrent à un stade avancé bénéficient des médicaments antirétroviraux, selon le dernier rapport de l’Onusida  . Ce taux ne dépasse pas 4 % pour les enfants. En raison de ce contexte, l’espérance de vie diminue : de 43 ans voilà cinq ans, elle vient de passer au-dessous de la barre symbolique des 40 ans.


VOIR EN LIGNE : Le Monde
Publié sur OSI Bouaké le samedi 15 mai 2010

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


Victimes du sida et des voleurs de vie
15 mai 2010, par Sand   [retour au début des forums]

"Quant au Fonds mondial (...) il fait le gros dos, alors que ses crédits sont en partie détournés depuis des mois en République centrafricaine". Depuis des mois ? Je propose une version moins politiquement correcte : Quant au FM, il a continué pendant des années à alimenter le pays en fonds en fermant les yeux sur les détournements. Un seul exemple : En 2007, une dizaine de 4x4 stationnaient dans l’enceinte du FM à Bangui, inutilisables pour cause de désossage et revente des pièces détachées.

Centrafrique : Victimes du sida et des voleurs de vie
15 mai 2010, par Sand   [retour au début des forums]

Cela me retourne. Voilà un pays où tout le monde mange sur le dos des malades depuis bien longtemps... Dans une indifférence incroyable. 40 ans d’espérance de vie, les gens meurent comme des mouches alors que des millions d’euros arrivent dans le pays pour soit-disant lutter contre le sida  . Une vaste fumisterie. Dès qu’un PVVIH   tente d’élever la voix pour dénoncer le scandale, son silence est acheté, avec une facilité déconcertante puisque les malades meurent de faim. L’horreur.