Accueil >>  VIH/Sida >>  Actualités

Transmission du VIH : l’allaitement complet moins risqué que l’allaitement mixte

selon une étude publiée dans The Lancet


Mots-Clés / Prévention

Les mères séropositives risquent moins de transmettre le virus du sida   (VIH  ) à leur bébé lorsqu’elles l’allaitent complètement qu’en associant allaitement et lait artificiel ou autres aliments, selon une étude publiée vendredi par la revue médicale britannique The Lancet.

L’allaitement est généralement conseillé, à plus forte raison dans les pays où la mauvaise qualité de l’eau des biberons entraine un risque accru de mortalité à cause de diarrhées. Mais lorsque la mère est séropositive, elle risque de transmettre le VIH   au bébé via le lait maternel.

Selon l’Onusida  , plus de 300.000 enfants sont infectés chaque année par le VIH   via l’allaitement. Le risque de transmission postnanale du VIH   était jusque là estimé à 10% à 20%, sans faire la distinction entre allaitement exclusif et allaitement mixte, soulignent des experts dans The Lancet.

Or, le risque s’avère nettement plus faible lors de l’allaitement exclusif, selon l’étude réalisée en Afrique du sud dans le KwaZulu-Natal par l’équipe de Hoosen Coovadia et Nigel Rollins sur 1.372 bébés nés de mère séropositive.

L’explication serait que l’intégrité de la muqueuse intestinale du bébé serait mieux préservée et jouerait mieux son rôle de barrière face au VIH   lorsqu’il ne consomme que du lait maternel. Par ailleurs, lorsque la mère assure un allaitement complet, elle risquerait moins que dans le cas d’un allaitement mixte de souffrir d’abcès et d’autres problèmes mammaires favorisant la transmission accrue du VIH   dans le lait.

Parmi les 1.132 enfants (83% du total) nourris exclusivement au sein, 175 (19,5%) ont été infectés par le virus du sida   avant l’âge de six mois. Si l’on tient compte des infections survenues dès la grossesse ou lors de l’accouchement, le risque de contamination via l’allaitement est estimé à environ 4% (de 2,3% à 5,8%).

Le risque d’infection par le VIH   était près du double en cas d’allaitement mixte et jusqu’à onze fois plus élevé en cas d’association entre lait maternel et aliments solides (bouillies avec des farines infantiles).

Environ 6% des enfants nourris exclusivement au sein sont morts (toutes causes confondues) avant l’âge de 3 mois, contre 15% des bébés alimentés autrement.

Ces travaux et deux autres études conduites en Côte d’Ivoire et au Zimbabwe ont conduit des experts de l’Organisation mondiale de la santé à préconiser en octobre une révision des recommandations : l’allaitement exclusif est recommandé durant les six premiers mois du bébé aux mères séropositives, sauf si une alimentation de remplacement de bonne qualité sanitaire est accessible.


Publié sur OSI Bouaké le samedi 31 mars 2007

 

DANS LA MEME RUBRIQUE