Accueil >>  VIH/Sida >>  Informations médicales

Le VIH transmis de la mère à l’enfant par la nourriture pré-mâchée


Mots-Clés / Prévention

8 février 2008 - Atlanta, Géorgie http://canadianpress.google.com/article/ALeqM5iHZyHFvfQ-vaKiNEM4t2JIkYBVNg

Les autorités sanitaires américaines ont annoncé, pour la première fois, qu’une mère porteuse du virus responsable du sida   et qui pré-mâche la nourriture de son enfant avant de la lui donner - pratique courante dans les pays en développement -, peut le lui transmettre si elle saigne de la bouche, notamment des gencives.

Trois cas de ce type ont déjà été signalés chez des enfants aux Etats-Unis entre 1993 et 2004, ont expliqué des chercheurs des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) lors d’une conférence à Boston.

Selon eux, c’est le sang et non la salive qui était porteur du virus : dans deux cas, au moins, les mères infectées présentaient une gingivite ou des plaies buccales.

Les responsables américains de la santé pensent que la transmission par le biais d’aliments préalablement mâchés est rare aux Etats-Unis, où un tel comportement alimentaire est inhabituel. Il est en revanche souvent pratiqué dans certains pays, où les mères n’ont pas les moyens de se procurer de la nourriture pour enfants, ni la possibilité de mixer les aliments pour leurs bébés avant la poussée dentaire.

"Même un seul cas est un cas de trop", a déclaré le Dr Ken Dominguez, qui a participé à l’enquête sur ces trois cas américains.

Le premier est un garçon afro-américain de Miami, âgé de 15 mois, diagnostiqué en 1993. Sa grand-tante infectée par le HIV lui pré-mâchait les aliments entre neuf et 14 mois. L’autre cas est un garçon caribo-américain de Miami lui aussi, diagnostiqué en 1995, pour lequel sa mère séropositive pré-mâchait la nourriture.

Il aura fallu un troisième cas en 2004 pour établir la preuve de cette corrélation : une petite afro-américaine de neuf mois diagnostiquée avec le VIH   à Memphis, elle aussi nourrie d’aliments pré-mâchés par sa mère.

Ces trois bébés ont été infectés par le HIV au moment où leurs dents poussaient et où les gencives souffraient d’inflammation. Pour que le virus soit transmis d’une bouche à l’autre, il faut que la mère, tout comme le bébé, souffrent de plaies buccales, ont souligné les chercheurs.

Des études précédentes avaient établi un lien entre le pré-machâge et la propagation d’infections, notamment de l’hélicobacter pylori, une bactérie responsable des ulcères gastriques, et du streptocoque pharyngé, responsable d’angines. Ces résultats, encore préliminaires doivent encore être confirmés, ont déclaré les officiels.

En revanche, dans les pays en développement, sans autre choix alimentaire, toute campagne menée contre le pré-machâge pourrait être nuisible, a cependant averti Kimberly Hagen du Centre Emory pour la recherche sur le sida  , à Atlanta.

"Il faudrait vraiment réfléchir longuement avant d’affirmer ’nous avons eu trois cas en 11 ans, il faut donc que vous renonciez à pré-mâcher la nourriture de votre enfant", a-t-elle ajouté.

Sur le Net : Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections : http://www.retroconference.org/2008/AP


HIV can be passed to babies in pre-chewed food

Will Dunham, Feb 6 2008, Washington (Reuters)

The AIDS virus can be passed from an infected mother to her baby if she pre-chews the child’s food as sometimes occurs in developing countries, U.S. government scientists said on Wednesday.

The U.S. Centers for Disease Control and Prevention said it had identified three cases — two in Miami and one in Memphis, Tennessee — in which a child was infected in this way between 1993 and 2004. The mother was involved in two of the cases and a relative who acted as a caregiver was involved in the third.

In developing countries, some mothers pre-chew food for babies. These women may lack access to packaged baby food or may not have a way to blend baby food. This practice is thought to be very rare in the United States or other wealthy nations. The researchers, who presented their findings at a scientific meeting in Boston, said the infected women’s saliva itself did not transmit the virus to the child, but rather it appears blood present in the saliva caused the infection.

The researchers said HIV transmission appears to have occurred when the children ingested pre-chewed food that contained blood from the bleeding gums of HIV-infected women, and this entered the children’s bloodstreams through a cut, sore or inflammation of the mouth or digestive tract.

They said they ruled out other possible means of infection such as breast-feeding or blood transfusion.

"Pre-mastication is a newly recognized route for HIV transmission that warrants further investigation in order to continue reducing cases of HIV transmission in the U.S.," the CDC said in a summary of the findings by epidemiologist Dr. Ken Dominguez and other researchers.

"The findings could have more significant implications for developing countries," the CDC added.

In one case, a girl, age 9 months, was diagnosed with HIV in 2004. The HIV-positive mother reported giving pre-chewed food to the child, who is still alive, receiving HIV drugs.

In a second case, a 3-year-old boy was diagnosed with HIV in 1995. The infant’s mother had AIDS and had given pre-chewed food to the child, who died of AIDS in 1996.

In a third case, a boy, age 15 months, was diagnosed with HIV in 1993. The boy’s mother is HIV-negative but his HIV-positive great-aunt served as a caregiver and had given him pre-chewed food. The researchers said the mother did not know the aunt was HIV-positive until after she died of AIDS. The boy is still alive, getting HIV drugs.

"The researchers advise that health care providers and HIV-infected child caregivers should be aware of the potential health risks and should advise those caregivers against the practice of pre-chewing food for their infants," the CDC said.

(Editing by David Alexander and Cynthia Osterman)


VOIR EN LIGNE : Yahoo News
Publié sur OSI Bouaké le lundi 11 février 2008

 

DANS LA MEME RUBRIQUE