Accueil >>  VIH/Sida >>  Accès aux ARV et aux soins

Le Brésil est capable de produire les antirétroviraux sous brevet

Une étude montre que l’argent utilisé pour l’importation pourrait permettre la production nationale


Mots-Clés / ARV / Brevet

extrait de la liste de diffusion "CARE Moderators"  ensp.fiocruz.br>

Une etude de la REBRIP montre que l’argent utilise pour l’importation pourrait être utilisé dans la fabrication nationale de génériques.

Le Brésil a la capacité et l’habilité de produire la nommee seconde ligne de medicaments antiretroviraux (ARVs). C est la conclusion du document : "La production des ARVs au Bresil ?" Une evaluation", elabore par le Groupe de Travail sur la Propriete Intellectuelle du Reseau Bresilien pour l Integration des Peuples - GTPI/REBRIP, coordonne par l Association Bresilienne Interdisciplinaire de Sida   (ABIA).

D apres l etude, les industries bresiliennes sont capables de produire des medicaments ARVs avec des schemas de fabrication qui pourraient les rendre economiquement competitifs par rapport aux meilleurs producteurs mondiaux de medicaments generiques. Aussi, d apres le document, la situation scientifique et technologique du Bresil et l experience prealable des compagnies nationales pourraient changer l actuel cadre dans lequel une grande partie de l argent est utilisee pour importer des medicaments.

Actuellement, l acces aux medicaments de a une importance critique pour controler l infection par VIH  , surtout dans les personnes resistantes aux anterieurs traitements ARVs. Au Bresil, l acces a tous les medicaments necessaires pour le traitement du VIH  /SIDA   est garanti par l Etat. Depuis 2005, les ONGs de SIDA   et le GTPI ont denonce que la production nationale de medicaments de seconde ligne est fondamentale pour que le Programme National de VIH  /SIDA   soit soutenable. Les licences obligatoires des medicaments ont ete toujours seulement des menaces et le principal argument du gouvernement est le soi-disant manque de capacite bresilienne. Ce rapport technique montre que c est un faux argument>>, assura Renata Reis, de la ABIA/GTPI/REBRIP.

Pour obtenir ces resultats, furent visites quatre grands laboratoires pharmaceutiques bresiliens (Cristalia, Nortec Quimica, LAFEPE e FIOCRUZ/Far- Manguinhos) pendant le premier trimestre de 2006. Furent evalues deux aspects techniques : la capacite de produire des ingredients pharmaceutiques actifs et la capacite de produire des doses pretes.

Pour la production de doses pretes, la recherche montra que la capacite oisive disponible est suffisante pour satisfaire les besoins du Bresil. L industrie nationale dispose deja de cette capacite de production sans que soient necessaires des investissements. Dans le cas de FAR-Manguinhos, par exemple, on y trouve une grande diversite de technologies et une capacite excedante qui pourraient repondre aux demandes de production de ARVs, comparables aux plus grands laboratoires pharmaceutiques internationaux.

Par rapport a l evaluation de la capacite de Production des Ingredients Pharmaceutiques Actifs (APIs), produit fondamental des antiretroviraux, la recherche montra que les laboratoires peuvent produire une quantite tres significative des APIs necessaires a la demande nationale. Les compagnies bresiliennes produisent deja, en ce moment, des APIs commerciaux qui presentent des defis techniques similaires aux necessaires pour produire les ARVs. En plus, la production, la qualite et les postes de gerance sont occupes par des professionnels bien entraînes et qui ont d excellentes qualifications.

Carla Rodrigues y Veronica MarquesBureau de Presse /(21)9981-0211

Jose Carlos Veloso / GAPA SÃo Paulo / Brasil / www.gapabrsp.org.br / www.redegapa.org.br

Ceci est un message de care ews.unaids.org , le forum ou les membres du Reseau Global de Soins echangent leurs experiences et des informations relatives a leur travail. Le moderateur de cette liste en ligne est l Ecole Nationale de la Sante Publique ENSP, Fondation Fiocruz, Rio de Janeiro. Il est soutenu par le Secretariat de l ONUSIDA  . Tous les messages de cette liste en ligne n engagent que l auteur et n impliquent aucune prise de position de la part de l institution pour laquelle il ou elle travaille sauf dans le cas ou il est clairement indique ainsi. De meme, les contributions ne refletent pas la position du Secretariat de l ONUSIDA   ni celle de l ENSP.


Publié sur OSI Bouaké le vendredi 26 mai 2006

 

DANS LA MEME RUBRIQUE