Accueil >>  VIH/Sida >>  Actualités

Togo : Les ONG inquiètes des conséquences d’une mauvaise gestion des fonds


Mots-Clés / Togo

LOME, 19 septembre 2006 (PLUSNEWS)

Les ONG au Togo, via une pétition, tentent de faire pression sur les autorités pour obtenir des mesures qui assureraient une bonne gestion des fonds extérieurs après la suspension de leur programmes contre le VIH  /SIDA  .

Le Fonds mondial de lutte contre le sida  , la tuberculose et le paludisme a envoyé le 4 septembre dernier une lettre au ministère de la Santé du Togo, attirant son attention sur des « irrégularités » dans la gestion des fonds destinés à la lutte contre le sida   au Togo. Un nouveau cycle de financement ne pourra donc pas être négocié avec l’institution financière, comme cela était prévu.

« Nous sommes inquiets car nous n’allons plus être capables d’assurer des traitements antirétroviraux aux personnes qui vivent avec le VIH   », a expliqué Augustin Dokla, qui préside le réseau des associations de personnes vivant avec le VIH  /SIDA  , RAS+. « La vie de milliers de personnes est en danger et la lutte contre la pandémie est compromise. »

Le Fonds mondial a accordé en juillet 2004 au Togo l’octroi d’une subvention de près de 27 millions de dollars, en vue d’intensifier la lutte contre le VIH  /SIDA   dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. En juillet dernier, le ministère de la Santé a annoncé une chute du nombre de contaminations au VIH   chez les personnes adultes, qui serait passé de six pour cent en 2005 à 3,2 pour cent de la population en 2006.


VOIR EN LIGNE : Plus News
Publié sur OSI Bouaké le lundi 25 septembre 2006

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


> Togo : Les ONG inquiètes des conséquences d’une mauvaise gestion des fonds
25 septembre 2006, par  free.fr">Sand   [retour au début des forums]

Tous les militants togolais craignaient cette décision du FM, pour l’avoir depuis longtemps sentie venir... Au Togo comme en RCI, ce sont les malades les plus démunis qui paient les mauvaises pratiques. Mais je pose une question : de quel véritable pouvoir de dénonciation et d’assainissement des pratiques sont dépositiares les pvvih   représentées dans les instances de gestion de ces fonds ?? Quel pouvoir d’empêchement ?

Le risque pour le Réseau est d’être tenu pour co-responsable des pratiques auxquelles il n’a pas pu s’opposer alors même que des représentants font partie du CCM...

Je sais que nos amis togolais nous lisent et il serait important de recueillir leurs arguments.


> Togo : Les ONG inquiètes des conséquences d’une mauvaise gestion des fonds
27 septembre 2006   [retour au début des forums]

Merci de mettre cette information sur votre site. Je vous enverrai sous des infos.

K. Eugène NOVON Directeur de l’ONG Aides Médicales & Charité (AMC), membre fondateur de RAS+ 04 BP 145 Lomé 04 Tél. +228 251 26 47 Mobile +228 901 38 35 Fax +228 251 26 57 e.mail : amc_lome yahoo.fr, aidesmedich hotmail.com