Accueil >>  Orphelins du sida, orphelins et enfants vulnérables (OEV) >>  Par pays

Swaziland : un site internet pour aider les orphelins du sida


MBABANE, 21 février (PLUSNEWS) - Le site internet est aussi coloré qu’un manuel d’école primaire. Pourtant, les images et les textes qu’il contient traduisent le sentiment d’abandon et de désarroi exprimé par des enfants qui ont perdu leurs parents et doivent assumer seuls la charge d’un foyer.

« Le Swaziland a le taux de prévalence du VIH  /SIDA   le plus élevé au monde, 70 000 enfants sont orphelins, 15 000 familles sont dirigées par un orphelin et leur nombre augmente chaque jour. Vous pouvez les aider avec de la nourriture, des vêtements, de l’espoir. Vous pouvez devenir des héros, vous aussi ».

Ce texte qui défile, illustré par des photos, est celui qui accueille les visiteurs du nouveau site internet ‘Young heroes’ (‘Jeunes héros’) mis en ligne la semaine dernière, le premier site consacré à la crise humanitaire du Swaziland et adressé aux jeunes des pays développés.

« Imaginez que vous avez douze ans », peut-on lire dans la rubrique ‘orphelins du sida  ’. « Cela fait cinq ans que votre père est mort. Votre mère est tombée malade il y a deux ans. Vous avez dû arrêter l’école pour vous occuper d’elle et de vos petits frères et soeurs. Vous avez essayé de faire pousser du maïs sur la terre familiale, mais il y a une sécheresse et vous n’avez pas les connaissances suffisantes pour être un bon agriculteur. Entre-temps, votre mère est, elle aussi, décédée ».

« Alors que vous êtes accablé de douleur et que vous vous inquiétez pour votre avenir, des questions vous réveillent toutes les nuits : Qu’allons-nous devenir maintenant ? De quoi allons-nous vivre ? », poursuit le texte.

‘Young Heroes’, un projet mis en place par le Conseil national de réponse d’urgence au VIH  /SIDA   (NERCHA) au Swaziland, avec l’appui des volontaires américains du Corps de la paix (Peace corps), cherche à inciter les adolescents des pays occidentaux riches à parrainer des orphelins du Swaziland, un pays où les deux tiers de la population vivent dans une pauvreté chronique.

« Young Heroes s’est fixé comme objectif d’inciter les jeunes des pays étrangers, à la fois des individus mais également des groupes scolaires ou religieux, à aider des familles d’orphelins grâce à des dons mensuels, qui serviront à acheter des biens de première nécessité, comme de la nourriture et des vêtements », a expliqué Nana Mdluli, responsable des relations publiques du NERCHA.

« Contrairement aux autres programmes en faveur des orphelins, notre but est d’offrir aux donateurs la possibilité de ne pas séparer les familles, de les laisser vivre à leur domicile ou avec leur communauté », a ajouté Mme Mdluli. « Ainsi, au lieu d’apporter du soutien à un seul enfant, les dons aident une famille entière à subvenir à ses besoins de base. »

Le NERCHA, qui centralise et redistribue les fonds de la lutte contre le sida   alloués par le gouvernement, les institutions privées et le Fonds mondial de lutte contre le sida  , la tuberculose et le paludisme, veut utiliser l’internet comme un moyen d’attirer l’attention du public sur les tragiques conséquences du VIH  /SIDA   au Swaziland, où 40 pour cent de la population adulte sont séropositifs.

Cette forte prévalence du VIH  /SIDA   a entraîné une recrudescence du nombre de décès liés au sida  , ce qui se traduit par l’augmentation du nombre d’orphelins. Débordées, les structures familiales traditionnelles ne parviennent plus à subvenir aux besoins de l’ensemble des orphelins du sida  .

Susciter l’intérêt avant les dons

« Nous incitons les jeunes des pays Occidentaux à parler de ce site, pour l’heure cela est encore plus important que les dons », a expliqué Steve Kallaugher, responsable du projet et ancien bénévole du Peace corps. « Nous voulons que le site soit mentionné dans les bulletins d’information des églises, dans les journaux des écoles et que les gens en parlent ».

Sur le site Internet, les photographies de la beauté extraordinaire du Swaziland contrastent avec celles des orphelins en haillons, qui vivent dans des habitations rudimentaires.

Trois orphelins du sida   ont rédigé des ‘mini-autobiographies’, dans lesquelles ils racontent leur vie, leurs craintes et leurs espoirs, tissant ainsi des liens intimes avec les personnes qui visitent le site.

Une des pages du site Internet énumère des douzaines de communautés rurales swazi, il mentionne également le nombre de foyers dirigés par un enfant qui nécessitent une aide dans chacune de ces communautés.

Pour ceux qui connaissent l’étendue du sida   dans le pays, il paraît surprenant de voir que la liste de ces familles est relativement peu importante. Par exemple, à Siteki, la capitale provinciale de la région de Lubombo, dans l’est du pays, une région gravement touchée par le sida  , seuls deux foyers dirigés par un enfant sont mentionnés.

« Il y a bien plus de familles qui ont besoin de soutien que celles qui sont mentionnées, mais le projet vient d’être lancé », a indiqué Steve Kallaugher. « Nous commençons donc à un niveau facilement gérable. Nous devons savoir quelle famille a reçu des dons. Chaque famille qui reçoit une aide sera remplacée par une autre famille sur le site Internet ».

Les familles mentionnées ont été repérées par des bénévoles du Peace Corps, qui vivent et travaillent auprès des communautés rurales du Swaziland, comme professeurs ou comme médiateurs en santé publique.

Les voisins des enfants qui vivent seuls depuis la mort de leurs parents et les autorités traditionnelles, comme les chefs traditionnels, ont également contribué à collecter des informations sur les orphelins du sida   du pays.

« Un vieux dicton dit que ‘les orphelins n’existent pas en Afrique’. En effet, selon le concept de la famille étendue, il y a toujours quelqu’un, un oncle, un cousin, ou même un voisin, pour s’occuper de l’enfant », explique le site.

« Mais le sida   a fait tellement de victimes au Swaziland que ce dicton n’est plus d’actualité. Les familles perdent de plus en plus d’adultes, par conséquent, il y a moins d’adultes pour s’occuper des orphelins. La structure de la famille étendue s’effondre, et ce sont les enfants qui en pâtissent le plus », poursuit ‘Young heroes’.

Malgré la gravité de la situation, le pire reste à venir, ajoute le site Internet. Le nombre d’orphelins du sida   ayant besoin d’aide devrait presque doubler d’ici 2010.

Ainsi, d’ici les cinq prochaines années, 120 000 enfants, soit 12 pour cent de la population du Swaziland qui avoisine le million d’habitants, seront des orphelins du sida  , d’où l’urgence d’agir, conclut le site.

Le site Young heroes (en anglais) : www.youngheroes.org.sz


VOIR EN LIGNE : Le site Young heroes
Publié sur OSI Bouaké le mercredi 22 février 2006

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


> Swaziland : un site internet pour aider les orphelins du sida

je ne connaissais pas ce site, ni cette initiative, par contre en lisant cet article, j’ai fait un bon en lisant la phrase suivante :

"Sur le site Internet, les photographies de la beauté extraordinaire du Swaziland contrastent avec celles des orphelins en haillons, qui vivent dans des habitations rudimentaires."

qui donc peut écrire une telle horreur ?

d’abord je vous engage à aller sur le site en question...vous n’y trouverez pas d’orphelins en haillons...et les habitations certes rudimentaires sont le lot de millions d’africains...

et puis cette opposition suggérée entre la beauté de la nature et l’indigence des orphelins...

entendre parler ainsi d’êtres humains quelqu’ils soient m’insupporte,

le fait que l’on parle ainsi d’orphelins du sida   n’arrange rien à ma colère...