Accueil >>  Adoption internationale et nationale >>  Les adoptés dans l’espace public

Réunionnaise de la Creuse, je voudrais comprendre qui je suis

Marie-Thérèse Gasp, aussi connue sous le nom de Dominique Foucher, fait partie des enfants réunionnais déplacés entre 1966 et 1970 dans la Creuse, dans le cadre d’un programme destiné à repeupler les campagnes. Elle raconte les démarches entreprises pour en savoir plus sur ses origines.


Rue 89 - 2 avril 2012 -

Marie-Thérèse Gasp dans les locaux de Rue89, le 30 mars 2012 (Marie Kostrz)

Je ne sais pas comment me présenter : Dominique Foucher, mon nom d’adoption, ou Marie-Thérèse Gasp, mon nom d’origine ?

A 35 ans, j’ai découvert l’histoire des Réunionnais de la Creuse grâce à un article de Marc Pivois dans le journal Libération. Il m’apportait la réponse à la question que je me posais depuis toujours : qu’est-ce qu’une enfant réunionnaise comme moi faisait à la Ddass de la Creuse en 1966 ? Je savais que j’avais été adoptée, par la famille Foucher, en 1967. Mais je n’en savais pas plus sur mon histoire.

Après avoir lu cette enquête, j’ai consulté mon dossier d’adoption. Au début, le personnel de la Ddass ne me photocopiait que certaines pièces. Au bout de la la troisième consultation, j’ai enfin pu accéder à l’ensemble de mon dossier et procéder moi-même aux reproductions. Mais il y a des pièces manquantes, et je ne peux pas être certaine qu’elles n’ont pas été retirées du dossier. Les employés ne s’expliquent cette disparition.

Je m’appelais en réalité Marie-Thérèse Gasp

C’est dans ce dossier que j’ai découvert que je m’appelais en réalité Marie-Thérèse Gasp. Comme je connaissais mon nom d’origine, je pouvais enfin me mettre à la recherche de ma famille réunionnaise. J’ai retrouvé ma mère en 1999. Elle m’a contactée par téléphone. Au départ, j’étais méfiante. Son fils, Julius, m’a expliquée qu’elle lui avait un jour confié avoir eu un premier enfant, une fille, en 1963. Par la suite, j’ai reçu des photos d’elle. La ressemblance entre nous deux était trop frappante pour être une simple coïncidence.

J’ai appris que ma mère naturelle m’avait confié à un foyer tenu par des religieuses, La Providence, à l’âge de six semaines. A 3 ans, le foyer ne pouvait plus me garder. J’ai donc été expédiée dans la Creuse. Entre 1966 et 1967, j’ai fait des allers-retours entre un foyer, dans lequel je vivais avec d’autres enfants réunionnais, et une ferme, où je tenais compagnie à une vieille dame à la retraite.

En 1967, la famille Foucher cherchait à adopter un troisième enfant, de préférence réunionnais. Ils ont donc contacté la Ddass de la Réunion, qui les a renvoyés vers celle de la Creuse, où étaient inscrits plusieurs enfants originaires de l’île. Mes parents adoptifs, qui habitaient la Sarthe, ne se sont pas trop demandé pourquoi ils étaient là, ou bien ils me l’ont caché.

Pendant ce temps-là, à La Réunion, ma mère me réclamait auprès de l’institut religieux qui gérait La Providence. Elle n’avait jamais compté m’abandonner, et m’y avait placé temporairement parce qu’elle était malade. On lui a répondu que j’étais désormais en France. Pourquoi ces instituts n’ont-ils rien dit, alors qu’ils assistaient à une hemorragie de jeunes enfants vers la métropole ? Quand je leur pose la question, ils me répondent : « On n’était pas au courant. » Je pense qu’ils ont fermé les yeux.

Marie-Thérèse Gasp, le 30 mars 2012 (Marie Kostrz)

J’essaye actuellement de reconstituer le puzzle de ma vie. J’aimerais savoir, par exemple, si l’enquête réalisée avant que l’on me juge abandonnée a réellement été menée et, si oui, comment. Pour moi, cette histoire ne repose pas seulement sur un dysfonctionnement administratif, c’est aussi une affaire de morale.

L’Etat n’a pas cherché à comprendre les familles réunionnaises. A cette époque, les habitants de l’île, qui ne savaient souvent ni lire ni écrire, faisaient ce que les autorités leur disaient de faire. Il signaient d’une croix des papiers administratifs stipulant qu’ils abandonnaient leurs enfants.

Je suis fatiguée de cette histoire. Souvent, au moment où on pense atteindre la vérité, tout s’écroule et on doit recommencer à recouper les dates. Les documents sont mal dactylographiés, les dates approximatives. Du coup, je privilégie le terrain : les gens acceptent de me parler, surtout à La Réunion.

Ma mère adoptive, elle, ne veut plus me voir. Elle n’accepte pas que je me fasse appeler Marie-Thérèse Gasp. Elle n’a jamais compris pourquoi j’étais retournée à La Réunion. Elle a merdé.

J’attends que l’Etat reconnaisse ses torts

J’ai le sentiment que mes origines n’ont pas été respectées. Du coup, j’ai eu beaucoup de mal à me projeter dans le futur. Je ne parvenais pas à aller au bout de mes projets, qui m’éloignaient de ma quête, celle de la vérité sur mes origines.

Je voudrais comprendre qui je suis. C’est pourquoi j’ai écrit un roman qui raconte l’histoire d’une petite fille dans un orphelinat. Je cherche actuellement un co-éditeur pour pouvoir le publier non seulement à la Réunion, mais aussi en France.

En attendant, j’intente un procès à des représentants de l’Etat. Les autres Réunionnais de la Creuse ont essayé le tribunal administratif. Depuis dix ans, leur affaire n’est toujours pas réglée. C’est pourquoi je me suis tournée vers un tribunal pénal. J’attends avant tout que l’Etat reconnaisse ses torts.

L’émission Histoires en Série, présentée par Béatrice Schönberg, diffusera un portrait de Marie-Thérèse Gasp ce mardi à 20h35, sur France 2


VOIR EN LIGNE : Rue 89
Publié sur OSI Bouaké le mardi 3 avril 2012

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


Réunionnaise de la Creuse, je voudrais comprendre qui je suis

Les « enfances perdues » de l’Australie et de la Réunion.

Entretien avec Ivan Jablonka, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université du Maine, chercheur associé au Collège de France.

Source : L’Observatoire des questions sexuelles et raciales | 17.11.2009