Accueil >>  Adoption internationale et nationale

Plaidoyer pour l’adoption nationale

10 propositions pour une mobilisation en faveur des enfants délaissés


OSI Bouaké - 13 septembre 2013 - SD -

Un groupe de professionnelles engagées dans la pratique de l’adoption nationale fait entendre sa voix et celle, trop souvent oubliée, des enfants pupilles de l’Etat et de certains enfants placés à l’ASE  , délaissés tant par leurs parents biologiques que par l’institution qui en a la charge.

En 20 pages et 10 propositions concrètes, elles appellent à une mobilisation urgente en faveur de ces enfants, et à une réforme politique et administrative du dispositif de l’adoption nationale ainsi que la mise en œuvre urgente de bonnes pratiques dans ce domaine.

Le Plaidoyer pour l’adoption nationale est publié aujourd’hui en exclusivité sur OSI Bouaké. C’est une initiative nécessaire dont nous espérons qu’elle trouvera l’écho qu’elle mérite auprès des pouvoirs publics et de nos ministres… parce qu’il est temps d’agir !


P L A I D O Y E R - P O U R - L ’ A D O P T I O N - N A T I O N A L E

10 propositions pour une mobilisation en faveur des enfants délaissés

COMMUNIQUE DE PRESSE / /

Qui sont ces enfants ?

De nombreux enfants se trouvent en situation de délaissement, d’autres continuent à avoir des liens avec leur parent venant gravement entraver leur développement et compromettre leur vie future.

Placés en familles d’accueil ou en institutions, certains grandissent oubliés, sans projets de vie.

  • Chiffres clés : 150 000 enfants placés à l’Aide sociale à l’enfance en France. Seulement 2 345 enfants bénéficient du statut de pupilles de l’état au 1er janvier 2012

Pourquoi cette situation ?

Magistrats, professionnels des services de l’aide sociale à l’enfance, opinion publique…, privilégient par idéologie, par manque de formation, le lien biologique au détriment de l’intérêt de l’enfant.

Cette situation est bien connue et a été décrite en vain par plusieurs rapports, Jean-François Mattei (1995) ; Mission Colombani (2009) ; Rapport défenseur des droits (2011) ; Livre blanc Enfance et famille d’adoption (2012) ; Rapports Observatoire national de l’enfance en danger (2012 et 2013).

Des outils législatifs existent

La loi offre des possibilités d’action ( articles 350 et 378 du code civil) mais elle n’est pas ou trop rarement appliquée.

Une disparité financière qui interroge

  • Chiffres clés : Moyens alloués chaque année par l’Etat : Adoption internationale : 6 millions d’euros vs Adoption nationale : 89 000 euros

Dix propositions pour une mobilisation urgente

Nous, professionnels de l’aide sociale à l’enfance et du milieu associatif, publions aujourd’hui ce plaidoyer dont la finalité est de développer la notion de projet de vie, de favoriser l’évaluation des situations de délaissement, de valoriser le statut de pupille de l’état, de développer l’adoption nationale.

L’enjeu de l’adoption nationale nécessite une complémentarité et l’engagement de la responsabilité de l’état et des départements.

La complémentarité entre ces pôles doit être débattue et soutenue par une volonté politique nationale qui fait aujourd’hui cruellement défaut.

Sylvie Blaison // Chris Benoît à la Guillaume // Marie-Laure Bouet-Simon // Sandrine Dekens // Catherine Lohéac // Annie Roussé

.: Communiqué Presse :.

Plaidoyer 2013

.: Résumé :.

Plaidoyer 2013

.: Texte Intégral :.

Plaidoyer 2013


Publié sur OSI Bouaké le vendredi 13 septembre 2013

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


Plaidoyer pour l’adoption nationale
4 octobre 2013, par gwen   [retour au début des forums]

si les parents qui mettent leurs enfants n’avaient plus les allocations familiales pour les enfants qu’ils n’ont pas en garde peut etre que les mentalitees vont evolues.j’ai ete eleve dans une famille d’accueil avec mon frere ma mere a eu 3 autres enfants et elle avait les alloc pour 5 !!!!

Plaidoyer pour l’adoption nationale
5 octobre 2013   [retour au début des forums]

Maman de deux petites filles d’origine étrangère, je ne comprends pas ce fonctionnement idéologique du "fameux lien du sang" qui finalement fait tant de dégats chez ces enfants délaissés car le premier besoin de l’enfant est l’amour donné. Cet amour que personne ne leur donnera jamais car il ne peut être donné que par des parents qui ont la soucis quotidien de leur bien être.

Par ailleurs l’enfant grandit vite et son besoin de sécurité affective doit être comblé dans un délais rapide, sans doute avant les cinq ans ;

Je vous remercie pour votre coup de gueule et vous souhaite la force de convaincre les politiques. A votre avis, des actions sont-elles possibles pour aboutir sur ce sujet ?

Plaidoyer pour l’adoption nationale
6 octobre 2013   [retour au début des forums]

Bonjour à tous et toutes, Nous sommes dans le process de l’adoption internationale depuis 8 ans. A l époque on nous a étiqueté de trop "vieux"(par le système administratif) pour prendre au sérieux notre demande d’adoption de pupille de l’état. Constat au jour d’aujourd’hui ! nous allons certainement arrêter notre projet de vie, car nous sommes épuisés ! ... Cela me révolte car je sais que nous ne sommes pas le seul couple dans cette situation !! En France, il y a de nombreux enfants et tous méritent d’être heureux, d’être aimer, élever par des parents. L’intérêt des enfants, est-il vraiment pris en considération ? Pourquoi payer des familles d’accueils ? N’oublions pas que nous sommes des milliers de postulants à l’adoption en France !!! ...

Plaidoyer pour l’adoption nationale
6 octobre 2013   [retour au début des forums]

BBonjour à vous Excellente initiative que ce plaidoyer pour l’adoption nationale. Nous sommes parents adoptifs d’une enfant Colombien arrivé à l’âge de 3 ans et en attente depuis 5 ans pour son frère nous a sœur (entre 4 et 6 ans) toujours en Colombie. Nous avons été "écartés" d’une adoption d’un pupille de l’Etat car trop âgés soit disant et pourtant, nous précisons chaque année au moment de la confirmation annuelle de notre agrément que nous sommes toujours candidat pour un pupille de l’Etat. Mais comme de nombreux postulants à l’adoption, notre projet ne concerne pas l’accueil d’un nourrisson ... mais d’un enfant dit grand (et c’est stipulé dans notre agrément et sa notice) et là, l’ASE   nous répond qu’il n’y a pas d’enfants grands à adopter ... alors que l’on sait pertinemment que de nombreux enfants sont en situation « d’abandon » en France, placés en familles d’accueil ou en institutions et n’ont pas le statut de pupille qui leur permettrait d’être adoptable et de retrouver un foyer, une famille aimante, protectrice … Et de nombreuses famille se tournent vers l’adoption internationale faute de trouver ne serait-ce qu’une écoute en France. Mais les pouvoirs publics, les ASE   ont-t-ils les moyens et surtout la volonté de changer les choses … de privilégier la situation et le bien-être et les droits des enfants avant toute chose, et de ne pas considérer l’adoption d’enfants « grands » notamment, comme des situations à risque car c’est aussi là qu’est le problème.

Plaidoyer pour l’adoption nationale
7 octobre 2013, par L. Mougel   [retour au début des forums]

Bonjour,

Merci pour cette initiative, ça fait du bien de voir qu’on n’est plus seuls au monde ! Nous en sommes également à notre 2ème agrément et comme beaucoup, sommes trop "vieux" pour un pupille de l’état né sous le secret. Pourquoi ne pas nous avoir attribué un enfant quand nous étions encore "jeunes" ? Lors du 1er agrément en 2006 nous étions dans la tranche d’âge stipulé par le CG pour un bébé. Nous sommes également en attente pour une fratrie de 2 enfants de 0 à 6 ans en Colombie depuis 4 ans et ça ne bouge pas. Nous avons envoyé plusieurs candidatures pour un pupille de l’état "grand" dans d’autres CG mais toujours rien ! c’est inconcevable de voir qu’il y a tellement d’enfants en France qui devraient avoir une famille qui les respectent, les aiment ! Que fait le gouvernement ??? tous ces politiciens n’ont pas compris que TOUS les enfants sont l’avenir de la France !

Plaidoyer pour l’adoption nationale

excellent article, merci de rappeler que la situation de l’adoption en France laisse songeur : pays où l’on laisse des enfants indéfiniment "sur étagère", des fois qu’un jour des parents qui n’ont jamais été capables de s’en occuper deviennent subitement assez stables, non seulement pour reprendre leur place, mais pour en plus gérer tous les traumatismes que le délaissement subi aura causé à leurs enfants.

Droit des parents à garder indéfiniment un semblant de lien (une carte postale /an, non ?) avec des enfants dont ils n’ont que faire, au détriment du droit de ces enfants à grandir dans un environnement stable, entourés par des parents capables de leur apporter la sécurité affective dont ils ont besoin.

Quand il y a des familles prêtes à les accueillir, et surtout, "prêtes" dans les deux sens du terme, c’est-à-dire aussi préparées à affronter les défis propres à l’adoption d’un enfant plus âgé !

Plaidoyer pour l’adoption nationale
7 octobre 2013, par Zaza   [retour au début des forums]

Bravo pour vos actions. Effectivement les difficultés suplémentaires à adopter en France des enfants francais sont inacceptables. L’amour et les capacités psychologiques à adopter devraient etre les éléments disciminants (voir les seuls) à la possibilité d’adoption.

Plaidoyer pour l’adoption nationale
8 octobre 2013, par Ch. Manchon   [retour au début des forums]

Ayant adopté 2 enfants pupilles j’ai malheureusement vu la disparité de moyens entre les différents départements. Grâce aussi à une journée de conférence au ministère de la famille où j’ai été invité il y a 2 ans et demi, j’ai aussi vu le manque de formation/de connaissances de certains professionnels ! Je vois aussi que c’est encore les mêmes qui essayent de faire bouger les choses car malheureusement ils ne sont pas écouter/suivis ! Cela me rassure/me fait plaisir de voir qu’ils n’ont pas baissé les bras. Mais quand est-ce qu’ils vont être relayé/écouté !!!

Ma fille est restée 4 ans en famille d’accueil, nous l’avons adopter dans notre famille à plus de 8 ans, notre fils dernièrement arrivé, est resté 6 ans en famille d’accueil après 1 an de pouponnière ! Quel gâchis, que de temps perdu pour eux ! Qu’attendent les juges nos chers députés pour faire bouger les choses. Il y a aussi plein de couples en mal de parentalité qu’il faut mieux informer/préparer.

Je n’ai pas choisi l’adoption de mes enfants par dépit par rapport à notre âge et aujourd’hui, nous ne le regrettons pas, bien au contraire. Nous remercions aussi tous les professionnels que nous avons croisé dans les différentes ASE   où nous avons été invité car grâce à eux nous avons évolué et construit notre famille. Aujourd’hui il y a de nombreux professionnels qui croient en ces projets, mais il y en a encore de nombreux à convaincre malheureusement.

Nous sommes heureux de la famille que l’on a crée et nous espérons aussi que les choses évoluerons, que nos chers politiques vont le comprendre et mettre enfin les moyens qu’il faut ! Qu’ils pensent enfin aux enfants qui restent sur le bas côté de la route à attendre que l’on s’occupe enfin d’eux à leur trouver une famille bien à eux, un papa, une maman, une famille pour la vie ! Les politiques ont trop tendance à penser qu’il n’y a pas de différences entre une famille d’accueil et une famille de coeur ! Même si beaucoup de famille d’accueil font bien leur travail ce n’est pas la même chose, ce n’est pas le même projet de vie !

Faisons aussi mieux connaître l’adoption en France, car trop de gens pensent que c’est trop difficile d’adopter dans notre pays, qu’il vaut mieux partir à l’étranger !

Plaidoyer pour l’adoption nationale
9 octobre 2013, par Ch. Manchon   [retour au début des forums]

un autre petit mot, juste pour dire que je félicite les personnes qui ont fait ce plaidoyer en espérant que cela ne va pas créer une énième commission qui fera un énième rapport qui aboutira à...

En attendant 150 000 enfants attendent à l’ASE   que quelqu’un s’occupe d’eux. Après avoir été abandonné/délaissé par leurs familles, ils sont délaissés par nos lois et le manque de moyen de nos pouvoirs publics ! Comment peut-on expliqué que l’on donne 6 millions en faveur de l’adoption internationale alors que dans un même temps il n’y a que 89 000 euro pour nos pupilles. Bien-sûr on va nous répondre que c’est du ressort des conseils généraux !

Messieurs de l’état, formez enfin comme il faut les professionnels des ASE   et les juges qui statuent l’adoptabilité ou non, pour que ces enfants délaissés trouvent enfin leur place ! Ils ont déjà un boulet au pied, aidez les à l’enlever pour qu’il trouve leur chemin/leur vie !

Plaidoyer pour l’adoption nationale
9 octobre 2013, par Maridor   [retour au début des forums]

Bravo pour votre prise de position courageuse. Il y a beaucoup à faire sur le sujet en effet. Par exemple, quand on évoque le mot "pupille", on pense à des bébés ; sauf qu’il existe des enfants plus grands "placés" dans des familles d’accueils, des foyers dont personne ne parle. Lors des entretiens pour obtenir l’agrément pour adoption, personne n’informe les postulants qui souhaitent s’orienter vers des enfants grands qu’il existe, en France, des enfants adoptables. Il faut bien sur être informé sur la spécificité de ce type d’adoption. Concernant votre plaidoyer, ne pourrait-il pas être relayé via une plateforme de pétition comme http://www.change.org/fr Merci.

Merci

Merci, de faire avancer les choses Avoir l’espoir que notre personnel politique va enfin s’emparer réellement du sujet.

Plaidoyer pour l’adoption nationale
14 octobre 2013, par SOPHIE M-L   [retour au début des forums]

bonjour, quand la France va t’elle arrêter de maltraiter ces enfants sous couverts des liens du sang combien d’enfants sont laissés à leurs familles maltraitantes sous ce même prétexte. Parlant en connaissance de cause, je peux vous dire que pour moi les liens du sang ne veulent rien dire, je préfère avoir été adoptée que d’être restée dans ma famille naturelle. Je pense qu’il faut aller plus loin et en faire une PRIORITE NATIONALE ...

Plaidoyer pour l’adoption nationale
31 octobre 2013, par B.Grosjean   [retour au début des forums]

Pére adoptif et travailleur social j’assiste dans le cadre de mon travail à des synthéses concernant l’avenir, les projets pour des enfants de - de trois ans. Malgré un délaissement manifeste des parents, il est mis en place des visites de une heure tous les quinzes jours, visite qui ne sont pas honorées une fois sur deux. Les enfants passent de la pouponiére du foyer de l’enfance à une famille d’accueil du même foyer, puis à une autre famille d’accueil du CG si le placement se prolonge. A ces réunions il est avancé, souvent avec l’appui des psy présents, les liens qui se créent entre l’enfant et sa mére, d’une part et l’enfant et l’assistante maternelle d’autre part. Sans parler des liens créés avec la fratrie que l’on invite à venir avec la mère. Pour les travailleurs sociaux présents il est inconcevable, trivial, anti prof, d’évoquer l’abadon et donc l’adoption. Par experience ( presque 40 ans de métier) nous savons que dans un certain nombre de cas ces enfants ont un avenir ASE   tout tracé. Je deteste et lutte contre les conclusions prédictives, mais force est de constater cette réalité. Bien sur derrière ce que j’évoque, je peux mettre des noms. Ma situation personnelle de parent adoptif ( que je ne cache pas) me rend forcément suspect de vouloir ainsi permettre à des parents d’adopter.

Plaidoyer pour l’adoption nationale

En procédure d’adoption depuis 2008 (agrément fratrie 0-7ans), nous sommes désemparés devant la tournure que prend notre projet de famille. Lors des réunions auxquelles nous assistons, il n’est fait que des constatations : aucun enfant pupille adoptable - ralentissement des adoptions - fermeture des pays à l’adoption. Pourquoi donner des agréments si aucun enfant n’est adoptable ? Pourquoi donner de l’espoir à des couples en attente de fonder une famille si aucune action dans ce sens n’est prise ? Nous sommes très en colère contre ce soit disant lien du sang. Nous ne souhaitons qu’une seule chose donner une famille, un foyer, donner une nouvelle chance à des enfants malheureux sans famille aimante. MERCI POUR VOTRE PLAIDOYER - MERCI DE VOUS BATTRE POUR NOUS.

Créer des liens
6 novembre 2013, par pascal   [retour au début des forums]

Bonjour, Enfance & Familles d’Adoption de la Nièvre organise un après-midi conférence dans le cadre de la semaine des droits de l’enfant le lundi 18/11/2013 à 16h sur le thème : "En France, comment créer des liens équilibrants pour l’avenir des enfants en précarité affective ? Parrainer ? Adopter des enfants grands ?"

Intervenants : Catherine ENJOLET, romancière, fondatrice de l’ONG Parrains par mille, Daniele HOUSSET Présidente d’honneur de EFA, Sylvie SIRE de ERF.

Voir programme détaillé sur le site www.efa58.org

Cet évènement s’inscrit dans un cadre militant pour les 60 ans d’EFA.

Argumentaire : Un enfant ne peut s’épanouir que s’il est en sécurité affective. De nombreux enfants y compris ceux accueillis durablement en France à l’aide sociale à l’enfance en situation de délaissement sont sans perspective, alors qu’ils pourraient bénéficier pour leur épanouissement d’un parrainage de proximité ou d’un projet d’adoption nationale (pas uniquement des bébés mais aussi des enfants plus grands).

Notre idée étant de susciter des prises de conscience de la part des institutions, élus, associations, citoyens, sur les pratiques et les enjeux à faire autrement

EFA58