Accueil >>  Et en Afrique, on dit quoi ?

Le virus Ebola « hors de contrôle » en Afrique de l’Ouest


Le Monde.fr avec AFP | 30.07.2014 à 12h59 •

Le virus Ebola se propage à grande vitesse en Afrique de l’Ouest. L’épidémie de ce virus, mortel dans 25 à 90 % des cas, s’est déclarée au début de l’année en Guinée puis a gagné le Liberia et la Sierra Leone voisins. Ces trois pays totalisent désormais au moins 1 201 cas, dont 672 mortels, selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS  ).

Lire notre décryptage : Trois graphiques et une carte pour comprendre Ebola

Au Liberia et en Sierra Leone, « une épidémie sans précédent »

Dans les deux pays dernièrement touchés par Ebola, la situation empire de jour en jour, s’est alarmé, mercredi 30 juillet, le directeur des opérations de l’ONG Médecins sans frontières, Bart Janssens. Il appelle dans les colonnes du quotidien belge La Libre Belgique à une plus grande réactivité de la part des autorités :

« Cette épidémie est sans précédent, absolument pas sous contrôle et la situation ne fait qu’empirer puisqu’elle s’étend encore, surtout au Liberia et en Sierra Leone, avec des foyers très importants. C’est à l’OMS   et aux gouvernements à déployer et à organiser davantage de moyens pour amener les efforts et la capacité au niveau requis pour commencer un début de contrôle de cette épidémie. »

Regarder l’infographie : Comprendre la propagation régionale du virus Ebola

Les premiers pays touchés tentent de faire face. Mercredi, le Liberia a décidé de fermer toutes ses écoles pour tenter d’empêcher une propagation de l’épidémie. La présidente Ellen Sirleaf Johnson est venue elle-même annoncer à ses compatriotes cette mesure exceptionnelle dans un discours à la télévision.

Risque de propagation à d’autres pays

Après le Liberia et la Sierra Leone, considérée depuis dimanche par l’OMS   comme le nouvel épicentre de l’épidémie, les pays voisins sont à leur tour sous la menace du virus. « Si la situation ne s’améliore pas assez rapidement, il y a un réel risque de voir de nouveaux pays touchés », a ainsi averti le responsable de MSF  .

La semaine dernière, le Nigeria annonçait le premier cas sur son sol, un Libérien ayant voyagé par avion de Monrovia à Lagos via Lomé et qui est mort le 25 juillet. La principale compagnie aérienne nigériane, Arik Air, a d’ailleurs suspendu tous ses vols au départ et à destination de la Sierra Leone et du Liberia.

L’Organisation de l’aviation civile internationale et l’OMS   ont annoncé, mardi 29 juillet, réfléchir à la façon de limiter la propagation d’Ebola. « Jusqu’à ce [mardi] matin [avant la décision d’Asky] cela ne touchait pas l’aviation civile, mais maintenant nous sommes concernés », ont constaté l’Organisation de l’aviation civile internationale et l’OMS  .

Le risque de propagation du virus par des voyageurs inquiète jusqu’en Europe. Mercredi 30 juillet, le Royaume-Uni a tenu une réunion interministérielle de crise sur le sujet et a mis en alerte ses médecins.

Regarder la vidéo : Le virus Ebola peut-il arriver en France ?
Tout comprendre du virus Ebola par lemondefr

Le Peace Corps américain se retire d’Afrique de l’Ouest

L’organisation d’aide américaine Peace Corps a annoncé mercredi qu’elle retirait ses bénévoles du Liberia, de Sierra Leone et la Guinée en raison de l’épidémie. Elle précise dans un communiqué que ce repli est « provisoire » et qu’elle déterminera « ultérieurement quand des bénévoles pourront retourner » dans ces trois pays, où travaillent au total 340 volontaires.

Deux d’entre eux ont été en contact avec une personne qui a succombé au virus Ebola, a précisé à l’AFP une porte-parole du Peace Corps, sans dire de quel pays d’Afrique de l’Ouest il s’agissait. « Ces bénévoles n’ont pas de symptômes et sont actuellement à l’isolement et sous observation », a assuré la porte-parole.


VOIR EN LIGNE : Le Monde
Publié sur OSI Bouaké le jeudi 31 juillet 2014

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


Le virus Ebola « hors de contrôle » en Afrique de l’Ouest

Il est navrant que la plupart des articles sur le virus d’Ebola, quand ils désignent les chauves-souris (et aussi les singes etc...) comme réservoirs du virus, ne parlent jamais de la déforestation qui a fait remonter, ces colonies de chiroptères, (ne sont pas venus faire du tourisme) vers la Guinée, le Liberia et le Sierra Leone... Si leur habitat n’avait pas été détruit depuis le bassin du Congo jusqu’en Afrique de l’Ouest, elles n’auraient pas été obligées de migrer... Il serait temps que l’OMS   et les autres organisations internationales se rendent compte que la réduction des risques en matière de santé publique commence aussi par la préservation des habitats écologiques... Pour les gens qui doutent de mes propos, il suffit de superposer la carte de la progression du virus d’Ebola ces dernières années, avec celle de la déforestation...

Vous verrez c’est édifiant !!

Il y a bizarrement bien peu d’articles en français sur le sujet (peut-être parce que des "intérêts" français sont trop impliqués dans la déforestation de l’Afrique ?)... Voici donc un article anglophone, du Washington post, sur le sujet : http://www.washingtonpost.com/news/...

Le virus Ebola « hors de contrôle » en Afrique de l’Ouest

Ton commentaire me fait penser à ce qui se passe dans la ville d’Agra en Inde, envahie par les singes. Lire ici. Une petite phrase délicate du journaliste laisse entendre que "l’extension continue de la ville et la diminution des zones forestières expliquent cette cohabitation forcée"... Isn’t it ?