Accueil >>  VIH/Sida >>  Conférences

La conférence mondiale sur le sida frappée par le crash en Ukraine

Une centaine des passagers du vol Malaysia Airlines – chercheurs, médecins, militants – se rendaient à cette conférence, à Melbourne, selon la presse australienne.


AFP - 18 juillet 2014 - Par Laurence Defranoux

Une centaine des 283 passagers de l’avion malaisien qui s’est écrasé jeudi en Ukraine étaient en route pour la conférence mondiale sur le sida   qui démarre ce week-end à Melbourne, avançaient vendredi les médias australiens. Chercheurs, praticiens et militants, tous spécialisés dans le domaine du sida  , représentaient un bon tiers des passagers du vol MH17, rapportent les quotidiens The Australian et le Sydney Morning Herald, dont les informations ne pouvaient pas être confirmées dans l’immédiat.

Le Boeing 777 transportait 298 personnes (dont 15 membres d’équipage). Il effectuait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, où une partie des passagers devaient ensuite embarquer dans un vol pour Melbourne. Selon le Sydney Morning Herald, des participants à une réunion d’avant conférence, à Sydney, ont été informés qu’une centaine de leurs collègues étaient à bord de l’avion, abattu jeudi au-dessus de l’Ukraine par un missile selon des responsables américains.

La présidente de la Société internationale sur le sida  , la Française Francoise Barré-Sinoussi, a indiqué ne pas pouvoir confirmer que 108 participants à la conférence internationale sur le sida   étaient à bord. La conférence ne sera pas annulée, a ajouté la présidente. « Nous avons décidé de continuer, nous pensons à eux et nous savons que c’est ce qu’ils aimeraient que nous fassions. »

« Mes pensées et mes prières vont aux familles de ceux qui ont disparu tragiquement à bord du vol MH17. Beaucoup de passagers étaient en route pour la conférence AIDS2014 ici à Melbourne », a écrit sur son compte Twitter Michel Sidibe, directeur d’Onusida  , le programme qui coordonne l’action des agence de l’Onu   pour lutter contre la pandémie.

Le chercheur néerlandais Joep Lange, ancien président de la Société internationale sur le sida  , faisait vraisemblablement partie des passagers. « Plusieurs chercheurs, militants et responsables étaient à bord du vol de Malaysian Airlines en route pour Melbourne », a réagi le professeur et activiste américain Gregg Gonsalves, lui aussi sur Twitter, citant le nom de Lange parmi les victimes.

La Société internationale sur le sida  , qui organise la conférence internationale sur cette maladie, a confirmé dans un communiqué que « plusieurs de nos collègues et amis » étaient en route pour Melbourne à bord de l’appareil, mais n’a pas donné de chiffre. Cette conférence internationale se tient tous les deux ans et sa 20e édition ouvre dimanche à Melbourne. Elle doit accueillir cette année quelque 12 000 participants, dont l’ancien président américain Bill Clinton et le chanteur et activiste britannique Bob Geldof. AFP


VOIR EN LIGNE : Libération
Publié sur OSI Bouaké le vendredi 18 juillet 2014

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


La conférence mondiale sur le sida frappée par le crash en Ukraine

La conférence a ouvert sur une minute de silence en hommage aux victimes dont la plus connue est Joep Lange, médecin, chercheur et militant néerlandais, éminent spécialiste de la lutte contre le sida  , qui avait présidé l’IAS de 2002 à 2004. Parmi les autres victimes confirmées, figurent Pim de Kuijer de l’organisation non gouvernementale StopAidsNow, ainsi que Lucie van Mens, directrice d’AIDS Action Europe et sa collègue Maria Adriana de Schutter. Glenn Thomas, un porte-parole de l’OMS   (Organisation mondiale de la Santé et Jacqueline van Tongeren, de l’institut Amsterdam pour la santé mondiale et le développement étaient également à bord de l’appareil.