Accueil >>  Zone Franche

Inde : Les gays sortent progressivement de l’ombre


Rue89, par Cléa Chakraverty, le 02/18/2009 - 16:00

Gay Pride 2008 à Mumbai

(De Delhi) Les homosexuels indiens vont très bientôt avoir leur boutique. Officiellement lancée le 12 février, la marque "Azaad Bazaar" s’adresse aux gays et lesbiennes en Inde. La première exposition des produits vient d’avoir lieu à Bombay.

Un pas a été franchi depuis la première manifestation pour les droits homosexuels en Inde, en juin 2008. Ce 12 février, Sabina et Simran ont lancé à Mumbai Azaad Bazaar avec le soutien de leurs proches. La marque sera bientôt disponible dans une vraie boutique, dont l’ouverture est prévue fin mars, à Bandra (West). Elle est dédiée à toute la communauté gay indienne.

Habitante de Mumbai et politiquement engagée pour la revendication des droits homosexuels, Sabina avait déjà créé, il y a un an, JailBird, une marque de T-shirts aux messages revendicatifs, anti-loi 377 (qui criminalise l’homosexualité) ou flirtant avec l’image de la sexualité normative.

Simran, sa compagne, est artiste et designer. Verres de toutes tailles aux couleurs arc-en-ciel, verres qui ne tiennent pas droit (the non-straight glass), mugs, badges, fanions et drapeau ont été pensés et réalisés à Mumbai.

Simran explique :

"Azaad Bazaar est un début. Nous souhaitons revendiquer notre sexualité en jouant sur l’humour, le politique, le sexy sans jamais gêner la clientèle. En Inde, nombreux sont ceux qui ne sont pas encore au clair avec leur identité sexuelle."

Ainsi, les messages dispersés au gré des produits demeurent discrets et parfois extrêmement subtils pour l’œil étranger.

Des produits identitaires mais aussi ludiques

Les fondatrices d’Azaad Bazaar ont également misé sur le desi, l’indianité des produits afin de rappeler symboliquement que le combat est bien local. Par exemple, le mug Lady’s special écrit en anglais et en hindi représente tout simplement une femme dont le logo est bien connu des passagères de trains locaux, lorsqu’elles empruntent les compartiments pour femmes.

Une autre porte une image clef du film "Sholay", embellie d’un arc-en-ciel, film interprété par certains comme une allégorie discrète (involontaire ?) aux amours masculines viriles.

"Dans n’importe quel contexte, ces mugs sont insignifiants. Mais les trouver dans notre boutique change leurs sens."

Sabina se réfère également à l’actualité.

"Le film “Dostana” [film comique qui traite indirectement de l’homosexualité, ndlr] comporte des chansons phares. Nous les avons réutilisées, étant donné l’impact très positif du film sur la communauté."

Si la plupart des produits s’orientent vers la revendication identitaire, d’autres sont purement ludiques et sensuels, mais toujours discrets. Les menottes à fourrure par exemple, de forme rectangulaire, sont pour le moins étranges. "Je sais ça ne ressemble pas vraiment à des menottes, mais nous devons faire attention", sourit Sabina.

La marque ne compte pas s’arrêter là. "Nous voulons développer des accessoires pour la maison et des meubles rigolos", souligne Simran. Les premiers jours de l’exposition ont été fructueux :

"J’étais étonnée du nombre de personnes hétéros ou homos, que je n’avais jamais vu auparavant dans la communauté. La plupart ont entendu parler de la marque par le bouche-à-oreille, Facebook ou par les groupes d’activistes. C’est un signe très encourageant."

A lire aussi sur Rue89 :Tous les articles sur l’homosexualité

Ailleurs sur le Web :L’Inde va-t-elle légaliser l’homosexualité ?Aujourd’hui l’Inde


VOIR EN LIGNE : Rue89
Publié sur OSI Bouaké le jeudi 19 février 2009

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


Inde : Les gays sortent progressivement de l’ombre
19 février 2009, par Sand   [retour au début des forums]

L’intégration par la consommation : une recette qui a fait ses preuves en Europe ! La gays ont intérêt à protéger leur pouvoir d’achat s’ils veulent trouver une place dans la société...

Inde : Les gays sortent progressivement de l’ombre
19 février 2009, par didier   [retour au début des forums]

La loi 377 criminalisant les "relations charnelles contre nature" (encore un bienfait de la colonisation puisqu’elle date de 1861) est rarement appliquée en Inde, mais reste le prétexte pour harceler en permanence les hommes homosexuels. Dans les grandes villes, les homosexuels sont depuis pas mal de temps "tolérés"...mais ça bouge, la mobilisation contre cette loi prend de l’ampleur et depuis novembre 2003 Mumbai accueille par exemple un festival du film gay. Jusque là la réponse "culturelle" indienne à l’homosexualité était les Hijra, une caste de travestis ! eunuques, homosexuels, hermaphrodite composent cette caste et étaient considérés comme une sorte de "troisième sexe" statut visiblement plus acceptable par la société indienne que l’homosexualité... J’ai personnellement croisé un groupe de Hijra à la descente d’un train de nuit à l’arrivée à Jaïpur, et au réveil...je qualifierais cette rencontre de vraiment insolite...

Inde : Les gays sortent progressivement de l’ombre
19 février 2009, par Sand   [retour au début des forums]

Intéressant. Ton commentaire met en évidence que l’homosexualité telle qu’elle est défendue en Occident est un concept culturel. Souvent, mes amis africains me disent que l’homosexualité n’existe pas dans leur monde : il faut entendre par là que, dans les cultures non occidentales non industrialisées, l’homosexualité n’existe pas en tant que construction identitaire, même si les pratiques homosexuelles existent bien. La reconnaissance de l’homosexualité est donc une revendication identitaire qui répond à des enjeux géopolitiques (et économiques si l’on en croit cet article), il ne s’agit en aucune manière d’un moyen de lutte contre le sida  . S’il s’agissait uniquement d’un problème de santé publique, il suffirait de favoriser des comportements de prévention dans les pratiques homosexuelles à risque, qui pourraient être reconnues au sein d’une identité culturelle comme les hijra.