Accueil >>  Psychologie géopolitique

Fessée, une loi en forme de piège

Chronique de Claude Halmos, psychanalyste


Mots-Clés / Psy / Droit

LeMonde | 27.04.11 | par Claude Halmos, psychanalyste

A la une de l’actualité, un jour, puis un autre, un enfant mort sous les coups de ses parents. La proposition récente d’inscrire dans la loi l’interdiction de la fessée permettrait-elle de mettre un terme à cette horreur ? Non. Car ce n’est pas sur l’absence de loi que bute la protection des enfants maltraités - les lois existent -, mais sur la façon dont elles sont appliquées.

Pour les autres enfants, ceux des familles "normales", l’interdiction serait-elle une bonne chose ? Non. La fessée n’est jamais un acte anodin, et elle ne peut jamais être considérée comme un "outil éducatif". Elle est même parfaitement antiéducative, puisque l’adulte qui frappe l’enfant abuse, dans un rapport de forces inégal, de son pouvoir sur lui, l’humilie, et lui donne de ce fait l’exemple même de la sauvagerie et de la "loi du plus fort" qu’il prétend lui interdire.

Est-ce à dire que le parent qui aime son enfant, le respecte et lui parle, et qui néanmoins, à bout d’arguments, lui donne un jour une fessée, est un parent maltraitant ? En aucun cas. Et la différence n’est pas d’ordre quantitatif (fessées régulières ou fessée occasionnelle). Elle est d’ordre qualitatif. Contrairement au parent maltraitant en effet, qui agit sciemment, consciemment, pour sa seule jouissance et sans aucune culpabilité, le parent "normal", lui, ne décide rien. Il ne prend aucun plaisir et se sent toujours coupable. Coupable d’être tombé dans un piège...

Le scénario qui mène à la fessée est en effet toujours le même. Le parent manifeste une exigence normale ("il est 22 heures, retourne te coucher !"), que l’enfant, fort de sa toute-puissance, refuse. Le conflit est donc inévitable et légitime. Si le parent le comprend, l’enfant finit par accepter la règle et céder. A l’inverse, si le parent doute, l’enfant le sent et l’escalade commence, insupportable. Poussé à bout, réduit à l’impuissance, l’adulte tente de retrouver sa place qu’il sent niée, et use de la seule supériorité qui lui reste : la force physique. Une loi peut-elle régler cela ? Non. Seul un travail le peut. Un travail pour que le parent retrouve, en même temps que des repères éducatifs, une légitimité. Et comprenne aussi ce que l’enfant, dans ces conflits, lui fait inconsciemment revivre.

Les parents qui dérapent ne relèvent pas de la loi, et celle-ci pourrait même leur porter, ainsi qu’à leurs enfants, préjudice. Car, les faisant se sentir encore plus coupables et encore plus incompétents, elle risquerait d’accroître les difficultés qu’ils ont à éduquer. Or, la violence qui menace les enfants aujourd’hui n’est pas celle de la fessée, mais celle de l’absence d’éducation. Cette absence d’éducation qui les laisse exilés des lois du monde, en proie à leurs pulsions. Proposer une loi sur la fessée aujourd’hui, c’est se tromper de combat.


VOIR EN LIGNE : Le Monde
Publié sur OSI Bouaké le jeudi 28 avril 2011

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


Fessée, une loi en forme de piège
28 avril 2011, par Sand   [retour au début des forums]

Pas mieux. De plus, il n’est pas possible de réprimer ces comportements alors qu’il n’existe quasiment pas de dispositifs d’accompagnement et de soutien à la parentalité en France. Et que les parents qui ont des difficultés éducatives avec leur enfant se trouvent démunis et isolés, ce qui amplifie la difficulté parentale. L’accompagnement à la parentalité se résume à trois jours à la maternité pour la naissance, ensuite les maigres dispositifs sont saturés et souvent inefficaces. Quand ils existent ! En Afrique, quand un parent chicote son enfant, il y a toujours un autre adulte présent qui intervient pour stopper le geste excessif. En France, un parent qui donne une fessée signe par ce geste à la fois sa difficulté éducative et son isolement. Un loi ne réglera rien, elle donnera bonne conscience aux politiques (s’ils en ont une) et leurs électeurs.

Fessée, une loi en forme de piège
29 avril 2011, par Sand   [retour au début des forums]

Des parents qui maltraitent leurs enfants ont aussi le droit de s’exprimer sur le Net, et c’est intéressant car on accède à la mécanique interne de la maltraitance.

Pour ceux qui s’intéressent au débat, une page instructive.

Cet article présente un cas classique : celui des enfants dont les parents ont eu recours à des représailles corporelles présentées comme des mesures éducatives. Devenus adultes, ils défendent leurs parents "fesseurs" et éventuellement "gifleurs", en arguant qu’ils les méritaient ces corrections car ils étaient "méchants". Ils revendiquent mettre en oeuvre à leur tour la fessée comme méthode éducative. Manifestement, la vraie valeur éducative de la fessée est d’apprendre aux enfants à faire de même quand ils seront parents à leur tour !

C’est assez incroyable ce que ce débat met en lumière : à la fin de l’article, l’auteure appelle les lecteurs à venir à sa rescousse et à témoigner du fait que l’usage de la fessée est légitime et sans conséquence. Elle dit pourtant n’éprouver aucune culpabilité et "assumer"... Si l’on éclaire cet article à la lumière de celui de Claude Halmos, nous sommes donc bien face à une véritable maltraitance : « le parent maltraitant (...) agit sciemment, consciemment, pour sa seule jouissance et sans aucune culpabilité ». D’ailleurs c’est amusant, car dans l’espace de commentaires, un internaute propose de supprimer les psy qui seraient la source de la mauvaise conscience des parents qui veulent pouvoir "fesser en rond" !