Accueil >>  Zone Franche

Dans mon pays, la sexualité est un crime


Libération, le 4 février 2010, Témoignages et photos recueillis par Philippe Castetbon

Ils sont homosexuels au Yémen, en Ouganda, à la Grenade ou à l’Ile Maurice, des pays où leur sexualité est condamnée. Le journaliste Philippe Castetbon les a rencontrés sur le Net, leur a demandé un autoportrait et a recueilli leur témoignage, des paroles de peur et de révolte mêlées. Voici seize extraits de son livre « les Condamnés », avec, pour chaque pays, le texte de loi qui les condamne.

R. 28 ans. Fès, Maroc.

« Pour moi, toute forme d’amour vrai est humaine et digne de respect. Et l’amour homosexuel est bien de l’amour. L’opinion publique marocaine considère l’homosexualité comme un vice, une insulte et un scandale qui heurtent la conscience morale. Voilà l’état d’esprit actuel ici. »

ARTICLE 489 - Toute personne qui commet des actes obscènes ou contre nature avec une personne du même sexe sera punie d’une peine d’emprisonnement allant de 6 mois à 3 ans et à une amende de 120 à 1 000 Dirhams.

N. 23 ans. Saint-Vincent et les Grenadines.

JPEG - 94 ko

« Je n’ai, heureusement, jamais reçu de coups. La vie des gays ici n’est pas si difficile comparée aux pays voisins, mais bien loin encore des États-Unis. Même si on considère les homosexuels comme une malédiction, ils ne sont pas battus en public, sauf si on les surprend pendant une relation sexuelle. »

ARTICLE 146 - Toute personne qui commet la sodomie avec toute autre personne et toute personne qui commet la sodomie avec elle ou lui, est passible d’une peine emprisonnement de dix ans.

S. 27 ans. Damas, Syrie.

« J’aime mon pays, mais mon pays ne m’aime pas. Je mourrais pour défendre la liberté de mon pays, mais mon pays ne ferait pas la même chose pour moi. C’est un mensonge, ma vie est un gros mensonge dans un pays qui me fait sentir à chaque minute que je devrais avoir honte parce que je suis un homme avec des sentiments pour les autres hommes mais pas pour les femmes… Ceci est mon crime… »

ARTICLE 520 - Toute relation sexuelle non naturelle sera punie d’une peine d’emprisonnement d’un maximum de 3 ans.

P.M. 24 ans, Rose-Hill, Maurice.

« Si vous n’êtes pas retenu pour un emploi ou bien si vous n’obtenez pas de promotion professionnelle à cause de votre préférence sexuelle, tout le monde trouvera ça normal. Et je pense que cette situation ne changera pas de sitôt… »

SECTION 250 - Toute personne coupable du crime de sodomie ou bestialité sera soumise à une servitude pénale pour une période n’excédant pas 5 ans.

F. 38 ans. Saint-Georges, Grenade.

« Etre gay c’est comme participer à un carnaval, porter un masque d’incertitudes en espérant que la Déesse du Hasard soit toujours à vos côtés et ne vous abandonne jamais. J’attends avec fébrilité le jour où nous pourrons simplement être nous-mêmes sans crainte des conséquences à cause de notre sexualité. »

ARTICLE 435 - Si deux personnes sont coupables de connexion contre nature, ou si une personne est coupable d’une connexion contre nature avec un animal, chacune de ces personnes sera passible d’une peine d’emprisonnement de dix ans.

T. 26 ans. Bujumbura, Burundi.

« J’ai été chassé, délaissé, rejeté par ma famille parce que je suis gay. Pourtant je suis fier d’être ce que je suis. Quoi qu’il m’arrive, je garde toujours le sourire et j’ai l’espoir un peu fou de voir un jour les gens de mon pays comprendre qu’être différent n’est pas un crime mais plutôt un enrichissement du monde. »

ARTICLE 563 – Quiconque a une relation sexuelle avec une personne du même sexe est puni d’une peine de trois mois à deux ans de prison et d’une amende de cinquante à cent milles francs burundais, ou d’une de ces deux peines seulement.

S. 27 ans. Dubaï, Emirats Arabes Unis.

« Vivre avec le défi de préserver ce secret tout une vie, comme seul moyen de rester sain et sauf, est fatigant et épuisant à un tel niveau qu’il m’est arrivé de me haïr et de souhaiter vouloir changer pour retrouver une sexualité normale. Mais, j’ai acquis la certitude désormais que je suis né comme ça et que je mourrai comme ça. »

ARTICLE 354 - Toute personne qui a, sous la contrainte, une relation sexuelle avec une femme, ou des relations homosexuelles avec un homosexuel, sera punie de la peine de mort. L’adultère est interdit tout comme tout autre contact sexuel en dehors du mariage.

S. 32 ans. Bagdad, Irak.

« La peur de l’Etat et ses lois injustes, de la religion, des traditions et coutumes sociales, et même des personnes les plus proches, celles qui nous aiment. La peur de la honte et du déshonneur, la peur d’être assassiné. Tout cela peut sembler excessif, vous pouvez ne pas me croire. Telles sont pourtant ma vie et ma réalité. »

Le code pénal irakien n’interdit pas les activités sexuelles entre adultes du même sexe consentants. Mais des escadrons de la mort, encouragés par des chefs religieux qui appellent au meurtre systématique des homosexuels, ont fait des dizaines de victimes ces derniers mois.

J. 25 ans. Sana’a, Yémen.

« Tant que l’homosexualité fera partie de la nature et mon pays fera partie de ce monde, il y aura quelque chose à dire au sujet de la vie gay au Yémen. L’homosexualité dans mon pays est interdite, mais elle existe et nous sommes toujours vivants. »

ARTICLE 264 - L’homosexualité entre hommes est définie comme relation anale. La sanction pour un homme célibataire est de 100 coups de fouet ou d’un an d’emprisonnement, tandis que la sanction pour les hommes mariés est la peine de mort par lapidation.

E. 35 ans. Maun, Botswana.

« Comme l’homosexualité est illégale au Botswana, vous ne pouvez que vivre dans un vrai placard fermé avec un maximum de boulons et d’écrous pour s’assurer qu’il ne s’ouvrira jamais, par peur de ce qui pourrait arriver si vous étiez attrapés en train de profiter de moments intimes avec un autre homme. »

ARTICLE 164 - Toute personne qui a une relation charnelle contre l’ordre naturel avec toute personne ou avec un animal, ou qui permet à toute autre personne d’avoir une relation charnelle contre l’ordre naturel avec lui ou elle, est passible d’une peine maximale de 7 ans d’emprisonnement.

A. 24 ans. Manama, Bahreïn.

« J’habite dans un pays conservateur où, malgré la religion, les relations homosexuelles sont très fréquentes même si elles doivent rester secrètes, bien sûr. Les sites Internet de rencontres gay ne sont heureusement pas interdits au Bahreïn. Mais il faut toujours agir en se cachant ce qui n’est pas rassurant. On se sent tout le temps honteux et déprimé. »

ARTICLE 347 - La sodomie est un acte illégal puni par une peine de dix ans d’emprisonnement maximum.

Y. 25 ans. Bruxelles. Algérie.

« Ce qui est drôle, dans la société algérienne, c’est que l’homophobie fait l’unanimité et réconcilie les pires ennemis. Mais alors, que faire ? Je me suis enfui, humilié, car je n’avais plus le courage de les affronter. »

ARTICLE 338 – Tout coupable d’un acte d’homosexualité est puni d’un emprisonnement de deux mois à deux ans et d’une amende de 500 à 2 000 dinars algériens.

D. 28 ans. Dakar, Sénégal.

« J’ai toujours payé cher ma liberté et ma différence. Je n’ai jamais songé une minute à renoncer. Mais je n’ai jamais essayé de choquer personne. Ce n’était pas mon but. Je devais toujours mentir, j’étais menacé et agressé, j’ai donc choisi de quitter mon pays. Il s’agissait de ma survie. »

ARTICLE 319.3 - Sera puni d’un emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 100.000 à 1.500.000 francs CFA, quiconque aura commis un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe. Si l’acte a été commis avec un mineur de 21 ans, le maximum de la peine sera toujours prononcé.

M.S. 26 ans. Kampala, Ouganda.

« Je suis très fier d’être ce que je suis. Mais je sais que beaucoup de gens dans mon pays n’acceptent pas ce que je suis. Je ne vais pas, de toute façon, attendre qu’ils approuvent ma façon d’être ni qu’ils acceptent ma vie pour commencer à vivre réellement. »

ARTICLE 145 - Toute personne qui a une relation charnelle avec une autre personne contre l’ordre de la nature, qui a une relation charnelle avec un animal ou qui permet à un homme d’avoir avec lui ou elle une relation charnelle contre l’ordre de la nature, commet une infraction et est passible de l’emprisonnement à vie.

O. 30 ans. Monrovia, Liberia.

« Comment pouvez-vous justifier de me priver de mon droit ? Comment pouvez-vous justifier de me priver de mon bonheur ? Vous avez pris ma famille et vous m’avez laissé seul. Délaissé et tellement seul, étiez-vous là ? Avez-vous été négligé et jeté ? Pour une sexualité que vous n’avez jamais choisie ? »

SECTION 14.74 - La « sodomie volontaire » est une infraction du fait de s’engager dans un « rapport sexuel dévoyé ». L’infraction est cataloguée comme délit de premier degré.

N. 20 ans. Gaza.

« Un jour, on a retrouvé un homme assassiné sur la plage de Gaza, et cet homme était gay. Il a été assassiné ! Dieu seul sait qui l’a tué et pourquoi. A l’époque j’ai pris conscience encore plus clairement que parler de mon homosexualité à ma famille mettrait ma sécurité en danger et ma vie aussi… »

SECTION 152 – – Toute personne qui commet un acte sexuel avec une autre personne contre l’ordre naturel, ou commet un acte sexuel avec un animal, ou permet ou autorise les actes sus mentionnés est considérée comme ayant commis un crime punissable de 10 ans d’emprisonnement.


VOIR EN LIGNE : Libération
Publié sur OSI Bouaké le dimanche 7 février 2010

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


Dans mon pays, la sexualité est un crime

un très beau reportage, simple, choc et pourtant respectueux...

Dans mon pays, la sexualité est un crime

J’ai acheté le livre il y a quelques jours et c’est une grande réussite. Dispositif simple, ultra-efficace, mise en page et format très réussis... De très nombreux témoignages sur les pratiques gays et la manière dont se pose la question de l’identité sexuelle dans les sociétés répressives dans leur droit et souvent leur morale. Philippe Castetbon nous avait envoyé un petit message très sympa suite à notre article - réaction tellement loin d’être partagée par tous les auteurs, qui n’apprécient pas toujours que l’on parle de leur travail (!) qu’elle m’a donné envie de l’encourager deux fois ! La qualité du livre me donne bien raison...

Pour acheter le livre : Philippe Castetbon (2010), Les condamnés : Dans mon pays, ma sexualité est un crime, Le Triadou : H&O Éditions, 16€