Accueil >>  VIH/Sida >>  Conférences >>  AIDS 2012 à Washington

Cameroun : une quinzaine de militants anti-sida risquent la prison pour avoir manifesté légalement pour un meilleur accès aux soins


La Croix - Pierre Bienvault - Washington 24 Juillet 2012 - Responsable d’une association camerounaise de lutte contre le sida  , Fogué Foguito est poursuivi en justice, dans son pays, en compagnie d’une quinzaine d’autres militants, pour avoir organisé une manifestation visant à réclamer davantage d’investissement dans le secteur de la santé. Fogué Foguito a créé, en compagnie d’autres associations, la « Coalition 15% » pour conduire des actions de lobbying auprès des élus et du gouvernement camerounais.

Fogué Foguito est un militant anti-sida   qui, à l’évidence, ne se laisse pas facilement intimider. « Quand on se bat pour une cause juste, il n’y a aucune raison de renoncer » , affirme ce solide camerounais, qui préside l’association Positive-Génération. Ces derniers mois, Fogué Foguito a pourtant pu mesurer les risques qu’il faut parfois prendre pour réclamer davantage d’investissement dans l’accès aux soins. Un mois après son retour de la conférence de Washington, le 22 août, il comparaîtra en justice, aux côtés d’une quinzaine d’autres dirigeants associatifs, poursuivis comme lui pour troubles à l’ordre public par les autorités camerounaises.

Avant de raconter son histoire, Fogué Foguito tient à faire un petit retour en arrière, en rappelant les engagements pris, en 2001 lors d’un sommet sur le sida   à Abuja (Nigéria), par les gouvernements africains. « Ils avaient alors promis de consacrer au moins 15% de leur budget à l’amélioration de leur système de santé » , explique-t-il en ajoutant que, pour l’instant, le Cameroun est loin d’avoir tenu cette promesse. « Chez nous, on est toujours à moins de 6% du budget consacré à la santé alors que l’épidémie de VIH  /sida   est généralisée » , ajoute le président de Positive Generation.Sida  

Face à cette situation, il a créé, en compagnie d’autres associations, la « Coalition 15% » pour conduire des actions de lobbying auprès des élus et du gouvernement camerounais. En 2010, cette coalition a interpellé les autorités du pays pendant 115 jours. Le point d’orgue de cette action devait être l’organisation, le 30 novembre 2010 à Yaoundé, d’une grande réunion publique d’information près de l’Assemblée nationale.

« Casser notre détermination et de nous faire taire »

« Des très nombreux participants ont été interpellés par la police. La plupart ont été relâchés assez vite mais nous avons été 15 leaders associatifs à avoir été emprisonnés pendant plus d’une dizaine d’heures » , raconte Foguité Foguito, en ajoutant que cette incarcération avait immédiatement suscité une large protestation, notamment de l’ Onusida   et du Fonds mondial de lutte contre le sida  , le paludisme et la tuberculose. « Devant la pression, les autorités nous ont libéré avec la promesse que nous ne serions pas poursuivis » , souligne-t-il.

Dans les mois suivants, ces militants ont poursuivi leur campagne de mobilisation, avant d’apprendre en mars dernier qu’ils allaient être finalement poursuivis pour trouble à l’ordre public. « C’est absurde. La manifestation de novembre 2010 était parfaitement légale et tout s’est déroulé dans le calme » , assure Fogué Foguito qui, en compagnie de ses camarades, a déjà comparu lors de deux premières audiences en mars et en mai.

« La prochaine aura lieu le 22 août. C’est difficile de savoir comment va tourner ce procès mais on risque de la prison ferme. Il est clair que le but est de casser notre détermination et de nous faire taire. Mais c’est peine perdue » , affirme ce militant endurci, qui profite de la conférence de Washington pour raconter son histoire à qui veut bien l’entendre. Tout en participants aux multiples sessions organisées ici sur les violations des droits des personnes vivant avec le VIH  /sida  .


VOIR EN LIGNE : La Croix
Publié sur OSI Bouaké le jeudi 26 juillet 2012

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


Cameroun : une quinzaine de militants anti-sida risquent la prison pour avoir manifesté légalement pour un meilleur accès aux soins
15 août 2012, par Sand   [retour au début des forums]

Courage à notre ami Foguito, lecteur fidèle d’OSI Bouaké, que nous ne parvenons pas à joindre pour le moment.