Accueil >>  VIH/Sida >>  Actualités

Adoption d’une loi sur le VIH/sida en Centrafrique

La chasse aux sorcières (pardon, aux sidéens) est désormais ouverte à Bangui


29 août 2006 - Bangui, Centrafrique (PANA) -

Le Parlement centrafricain a adopté lundi après-midi un projet de loi fixant les droits et obligations des personnes vivant avec le VIH  /sida  .

Cette loi, qui vient combler un vide juridique, réglemente les questions liées aux tests de dépistage du sida  , à l’accès à l’emploi, à l’éducation et à la formation, à la discrimination et à la stigmatisation des personnes vivant avec le virus.

Elle garantit à toute personne vivant avec le VIH   le droit au respect de son intégrité physique, morale et de sa vie privée, prévoyant des peines d’emprisonnement assorties d’amendes pour toute personne coupable d’avoir révélé l’état de séropositivité d’une personne sans son consentement.

La loi fait obligation à toute personne séropositive d’en informer son partenaire sinon elle risquerait une peine de prison de trois mois à un an ou une amende de 100.000 FCFA à un million de FCFA.

Pour les coupables de contamination volontaire du VIH  , la loi prévoit la réclusion criminelle à perpétuité.

"Avec l’adoption de ce projet de loi, notre pays aura enfin son premier instrument juridique de lutte contre le VIH  /sida  ", se réjouit le ministre de la Justice, Paul Otto.

.: Projet d’ordonnance fixant les droits et les obligations des PVVIH :.

Bangui, RCA, juillet 2005


Publié sur OSI Bouaké le mercredi 30 août 2006

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


> Adoption d’une loi sur le VIH/sida en Centrafrique
30 août 2006, par sand   [retour au début des forums]

Lors de ma mission de l’été 2005 à Bangui, le projet de loi était déjà bien avancé, si je puis dire. Je mettrais en ligne le texte tel qu’il était il y a un an : c’est à dire discriminatoire et inapplicable.

S’il est clair que les questions posées sont pertinentes et réelles (comment protéger les jeunes femmes pauvres qui ne peuvent négocier le préservatif face à des hommes riches, par exemple), les réponses proposées dans la loi sont simplistes et ne peuvent que davantage stigmatiser les séropositifs. Pour avoir recueilli l’avis de nombreux acteurs de terrain, j’ai pu constater que ce texte de loi avait été proposé à l’initiative des médecins infectiologues de Bangui, et avait reçu le soutien du Réseau des pvvih   et d’un réseau de juristes contre le VIH  ... C’est dire l’indépendance de pensée et de parole des personnes vivant avec le VIH   en Centrafrique ! J’avais de plus été frappée par la difficulté des acteurs à mesurer les enjeux de cette question très complexe, ce qui n’est sans doute pas sans relation avec le niveau scolaire très faible de la population.


> Adoption d’une loi sur le VIH/sida en Centrafrique
31 août 2006, par Sand   [retour au début des forums]

Je viens d’ajouter en document joint à cet article la transcription du projet de texte de loi tel qu’il était à l’époque (juillet 2005)... J’espère que nos lecteurs toujours plus nombreux auront envie d’y réagir. Sand


> Adoption d’une loi sur le VIH/sida en Centrafrique

tu te "balades" avec ce blog...

c’est un peu comme si c’etait le tien ?

à moins que ce ne soit parce que tu es une vraie pro de SPIP ?

...trop forte !


> Adoption d’une loi sur le VIH/sida en Centrafrique

(l’air faussement modeste) : oui oui, je sais...

Bon. Ca t’amuse de te moquer ?

Profite de ce moment, tu peux y aller, je suis totalement décontrastée...

Pour preuve, j’accepte de partager mon blog avec toi ! Alors, heureux ?