Accueil >>  Adoption internationale et nationale

Adoption : “Agir dans la précipitation serait absolument catastrophique”


Blog Le Monde - Haïti après le séisme - par Sylvie Chayette - 18 janvier 2010

La situation est complexe et inextricable. Les parents se sentent incompris, et les internautes touchés, agacés, voire outrés (voir les commentaires de cette note) face à cette question : comment prendre en charge les petits Haïtiens en cours d’adoption ? Où situer l’urgence ? Question éthique et technique car les dossiers d’adoption ont probablement été perdus pour la plupart dans la catastrophe du 12 janvier. Les familles adoptantes, de leur côté, qu’elles soient américaines, françaises ou hollandaises réclament une accélération du protocole pour sortir leurs petits du chaos. Selon leur origine, les gouvernements répondent ou non aux demandes de ces parents en mal d’enfants.

Un avion affrété par les Pays-Bas est parti lundi pour Haïti afin de rapatrier 109 enfants en cours d’adoption par des familles néerlandaises. “Visiblement un pays est moins frileux que le nôtre”, écrit Phil, commentant la décision du Quai d’Orsay, qui n’envisage pas le rapatriement d’urgence des enfants haïtiens pour lesquels une procédure d’adoption a été engagée. Egiron trouve, lui, la décision du gouvernement français “logique et raisonnable” : “Si les enfants sont déjà adoptés, ils sont dès lors citoyens français, et la question ne se pose pas, ils sont automatiquement rapatriés”, explique-t-il. Pas si simple, car un jugement haïtien ne fait pas automatiquement des enfants des citoyens français. “En raison de la situation inquiétante en Haïti, le ministre (de la justice hollandais) Hirsch Ballin a décidé, ce week-end, d’admettre les enfants sans qu’ils disposent de documents de voyage en règle”. 44 dossiers devaient encore être approuvés par le gouvernement haïtien, même s’ils étaient déjà attribués à des parents hollandais. Selon le gouvernement hollandais, les enfants seront rapatriés d’abord, et l’approbation des autorités haïtiennes viendra après.

Aux Etats-Unis, selon CNN, trois cents enfants haïtiens sont en instance d’être adoptés par des familles américaines. Six d’entre eux ont retrouvé leurs parents dimanche soir, en Floride, sept autres enfants sont arrivés à Kansas City (dans le Missouri). “Nous faisons tout pour trouver et identifier ces enfants qui sont déjà adoptables. ils ont des parents qui les attendent, une nouvelle famille dans notre pays. Nous essayons d’accéler autant que possible les dossiers pour qu’ils puissent rejoindre leurs nouvelles maisons”, a ainsi déclaré Hillary Clinton à CNN.

Cependant, dans la vidéo ci-dessous, à l’orphelinat Bresma de Port-au-Prince, tenu par deux Américaines, 150 enfants sont orphelins mais seulement 30 sont en instance d’adoption aux Etats-Unis. Pour ces 120 restants, la situation est moins claire.

Souhaitant que Bernard Kouchner suive l’initiative hollandaise, une cinquantaine de personnes ont défilé dimanche devant le ministère des affaires étrangères à Paris.“Les enfants haïtiens nous préoccupent, déclarait ce matin le ministre des affaires étrangères sur France Info, pas seulement les enfants adoptés.” Le Quai d’Orsay ayant préalablement annoncé que les enfants en voie d’adoption ne seront pas rapatriés en France pour l’instant.

Presqu’en même temps, le secrétaire d’Etat à la coopération Alain Joyandet assure que tous les enfants haïtiens en cours d’adoption par des familles françaises, et dont les dossiers sont complets, seront évacués d’Haïti vers la France. “Pour tous les enfants qui ont des papiers, pour lesquels il n’y a pas d’interrogation, nous allons accélérer leur prise en charge” pour les amener aux parents, a-t-il déclaré sur Europe 1.

Appel à la vigilance

Au Canada, le Secrétariat à l’adoption internationale appelle d’abord à la vigilance : “Avant de penser à la solution qu’est l’adoption internationale, il faut tout mettre en œuvre pour retrouver les familles des enfants qui en ont été séparés.” Les demandes d’adoption se multiplieront certainement, or, c’est la porte ouverte “aux fraudes, abus et trafic”, affirment les Services pour l’enfance américains (JCICS), craignant le même effet pervers qu’en 2004, après le tsunami en Asie du Sud-est.

L’Unicef a appelé à éviter toute “précipitation” concernant les adoptions d’enfants haïtiens par des familles françaises et a évalué à “environ deux millions” le nombre d’enfants touchés, directement ou indirectement, par le séisme.

“La position de l’Unicef, c’est de dire ‘pas de précipitation’ : on est dans une phase de réponse à une urgence qui est absolument catastrophique et qui a déstabilisé, destructuré toutes les autorités du pays”, a expliqué sa porte-parole, Bénédicte Jeannerod, sur France Info. “Agir dans la précipitation (…) ce serait absolument catastrophique.”

“Même si un enfant a perdu un de ses parents ou ses deux parents, on l’a vu, ils sont pris en charge par le collectif. Il est extrêmement important de voir si ses enfants sont seuls au monde.” Pour les enfants qui ont un dossier d’adoption, la prudence est également de mise afin d’éviter des erreurs qui s’avéreraient dramatiques.


VOIR EN LIGNE : Blog Le Monde
Publié sur OSI Bouaké le mercredi 20 janvier 2010

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 


Adoption : “Agir dans la précipitation serait absolument catastrophique”

- L’adoption n’est pas de l’aide humanitaire. Opération "Baby Lift" à Haiti. ... et d’autres articles.

Via United Adoptees International.

- « L’adoption ne doit pas être une réponse à la catastrophe »

Paris et La Haye accélèrent les procédures alors que les ONG appellent à éviter toute « précipitation ». Directeur du Centre international de référence pour les droits de l’enfant privé de famille (SSI/CIR), Hervé Boéchat revient sur la problématique de l’adoption internationale

Le Temps.19.01.2010

- Appel tremblement terre à Haïti : fausses déclaration à propos des "millions d’orphelins"

Via United Adoptees International - News. Source : SOS Children’s Villages

- Position de l’association française "La Voix des Adoptés"

"L’adoption d’aujourd’hui a changé. Désormais, en plus des parents qui témoignent de cette aventure, en plus de l’expertise et de la compétence des professionnels, s’ajoute la voix des principaux intéressés, les adoptés : au centre de la discussion et pourtant si peu entendus. Notre association, elle-même fondée et tenue par des adoptés adultes, a d’abord pour vocation d’être un lieu pour eux, pensé pour eux : d’une rencontre ponctuelle à l’investissement personnel, d’une simple question à la participation aux activités proposées, le choix est large et doit convenir à tout adopté, quelle que soit son histoire, son âge ou son pays d’origine. Etre écouté sans être jugé, telle est la philosophie de l’association !

Et enfin, La Voix des Adoptés a l’ambition d’entrer dans le débat de la problématique de l’adoption sur la scène nationale et internationale, pour rendre celui-ci plus constructif et plus dans l’ère du temps.

Nous sommes persuadés que c’est ensemble, avec tous les acteurs du monde de l’adoption, que nous construisons l’adoption de demain."

Communiqué : Haïti. Maintenant. Et après ? 19 janvier 2010.

- Les médias aiment les parents adoptants. La voix des adoptants prévaut. Media love adoptive parents. The voice of adopters prevail.

United Adoptees International - News20 janvier 2010.

Adoption : “Agir dans la précipitation serait absolument catastrophique”
21 janvier 2010, par  free.fr">Sand   [retour au début des forums]

Merci pour tous ces liens, je vais souvent sur votre blog. Hervé Boéchat du SSI est quelqu’un de toujours très intéressant et pertinent. Pour avoir bien suivi l’affaire de l’arche de zoé (et pris la parole à cette occasion), j’ai l’impression qu’il y a cette fois, davantage de prises de position de la part des professionnels du champ et également de la part de parents adoptants, que nous sommes de plus en plus nombreux à exprimer nos réserves face à l’adoption comme "compulsion" au sauvetage d’enfants. Sandrine D.

Adoption : “Agir dans la précipitation serait absolument catastrophique”
21 janvier 2010, par  free.fr">Sand   [retour au début des forums]

Je reviens sur l’article du SSI particulièrement censé et intéressant. Boéchat y formule une inquiétude que je partage quant à l’état psychologique dans lequel seront les enfants haïtiens adoptés à leur arrivée en France. Ce sont des enfants en état de fort stress post-traumatique lié à la catastrophe et aux conditions de survie, qui vont se trouver propulsés dans un autre monde, alors que la plupart d’entre eux n’ont jamais approché physiquement une personne blanche. En tant que psychologue, je m’interroge sur leurs capacités psychiques à surmonter cette accumulation de traumatismes, et affirme qu’il est indispensable que ces enfants soient vus par des professionnels dès leur arrivée, qui les aideront à surmonter ces épreuves. Certains parents ne tarderont pas à s’en apercevoir car l’enfant traumatisé montrera qu’il va mal (plaintes et atteintes somatiques, cauchemars et terreurs nocturnes, problèmes cognitifs et affectifs, dépression, agitation etc.). D’autres ne manifesteront pas toujours de réaction au trauma, mais le traumatisme créé une fragilité psychique susceptible d’être violemment réactivée des années plus tard, au détour d’un événement qui peut paraitre anodin. Nous savons combien la capacité à dépasser un état post-traumatique et pour grande partie liée à l’inscription dans un groupe, un collectif social (cf Cyrulnik, Moro, Feldman, etc), qui donne sens aux événements, et où l’individu partage le même destin social que ses semblables. Les enfants haitiens traumatisés vont se retrouvés isolés, éloignés de leurs semblables, et donc privés de certaines capacités de récupération. Ils auront sans conteste, besoin de soins.

Adoption : “Agir dans la précipitation serait absolument catastrophique”

- Haïti : l’adoption, une question publique et pas seulement privée. Un billet très pertinent écrit par Jean-Pierre ROSENCZVEIG, sur son blog "Les droits des enfants vu par un juge des enfants".

- "Adoption is a last resort" L’adoption est le dernier recours. Marlène Hofstetter, directrice adoption internationale à Terre des Hommes swissinfo.ch 23.01.2010

- The Dangerous Desire to Adopt Haitian Babies. Upside-down Adoption | 23.01.2010

- La meilleure place pour les enfants d’Haïti est dans leurs familles et pas dans un autre pays. Children are best left with their families. The Sydney Morning Herald 21 janvier 2010.