OSI Bouaké - Adoption : Alexandre Dumoulin brise un secret familial Accueil >>  Adoption internationale et nationale

Adoption : Alexandre Dumoulin brise un secret familial


Mots-Clés / Adoption

Libération - 30/01/2015 -

Le trois quarts centre international fait savoir qu’il est le fils biologique de Marc Cécillon, ancien capitaine du XV de France, condamné pour le meurtre de sa femme.

Dans le petit monde du rugby et dans la petite ville de Bourgoin (27000 habitants, Isère), tout le monde savait. Mais personne n’en parlait. Le secret pouvait-il tenir dès lors que l’un des protagonistes accédait à la notoriété ? Sans doute pas. Alors Cédric Dumoulin a décidé de le briser lui-même : le trois quarts centre international du Racing Métro, retenu dans le groupe qui prépare le Tournoi des VI nations, révèle ce vendredi dans plusieurs journaux qu’il est le fils biologique de l’ancien troisième ligne international Marc Cécillon, qui a purgé une peine de prison pour le meurtre de sa femme. « Le joueur et son entourage ont décidé d’eux-mêmes de briser aujourd’hui "le secret de Polichinelle", en accord avec son club et le staff de l’équipe de France après avoir prévenu Carole Dumoulin, la maman, Marc Cécillon et l’une des deux filles de ce dernier », déclare, dans l’Equipe, l’agent du joueur, Jérémy Bouhy.

« Jusqu’à cette semaine, Alexandre Dumoulin, [qui ne s’exprime pas lui-même dans les journaux , ndlr], avait choisi de ne jamais évoquer publiquement cette ascendance », souligne Le Parisien/Aujourd’hui en France, précisant que le jeune joueur n’avait appris l’identité de son père biologique qu’à 17 ans, en 2006, juste avant le procès de ce dernier.

« Alexandre est en train de devenir un joueur médiatisé, on savait qu’il allait se passer un truc un jour ou l’autre sur les réseaux sociaux. Son choix est donc de reconnaître cette situation, ce qui se murmurait dans les soirées rugby et aussi d’arrêter de fantasmer sur le fait qu’il en a souffert », explique à L’Equipe Jérémy Bouhy avant d’ajouter : « Alexandre n’a jamais manqué d’amour avec sa maman et son père adoptif. »

L’annonce, qui fait aussi la une du journal spécialisé Midi Olympique, a été faite aux journaux « lors d’une rencontre à laquelle le joueur n’a pas participé », précise L’Equipe. « Parce que c’est tout de même compliqué. Il a préféré ne pas s’exprimer, et devrait garder le silence sur le sujet à l’avenir », prévient l’agent du joueur. Et d’ajouter dans Le Parisien : « Il appréhendait de plus en plus la révélation de cette histoire. Mais il sait qu’à long terme ça va quand même le soulager et lui faciliter la vie. »

Le quotidien rappelle que c’est Carole Dumoulin qui avait révélé cette paternité à l’occasion du procès de Marc Cécillon. Elle avait dit devant le tribunal que ce dernier étant marié, elle ne lui avait « pas demandé de reconnaître l’enfant ». « Il n’y a jamais eu de rencontre physique entre le père et le fils, ni tentative, assure Bouhy dans Le Parisien. Pas de texto, pas de mail non plus. Mais ça ne veut pas dire qu’ils ne se rencontreront jamais. »

Alexandre Dumoulin, âgé de 25 ans, a joué à Bourgoin-Jallieu comme ses pères biologique et adoptif et porte depuis 2011 le maillot du Racing-Métro. Il compte deux sélections en équipe de France.

Marc Cécillon, 55 ans, a fait toute sa carrière à Bourgoin-Jallieu et joué 46 fois, dont 5 comme capitaine, en équipe de France. En 2008, il a été condamné en appel à 14 années de réclusion criminelle pour le meurtre de son épouse. Le 7 août 2004, l’ancien joueur, en état d’ivresse, avait tiré sur sa femme avec un revolver .357 Magnum, durant une fête réunissant une soixantaine de personnes. Marc Cecillon est en liberté conditionnelle depuis le 7 juillet 2011.


VOIR EN LIGNE : Libération
Publié sur OSI Bouaké le mardi 17 février 2015

LES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE


Rugby : Alexandre Dumoulin brise un secret familial
17 février 2015, par osi.bouake   [retour au début des forums]

Cet article fait écho avec l’idée, longtemps répandue, que l’origine des enfants adoptés serait entachée par une marque d’infamie. Pourtant, Alexandre Dumoulin peut être tranquille : ni le meurtre, ni le rugby ne s’héritent génétiquement !